Je ne se­rais plus de ce monde. »

VOGUE Hommes International - - DUEL - Et d’ailleurs, si je l’avais fait,

Il n’est pas mort si jeune mais il a tou­jours été cet IA homme– en­fant pour moi. Je ne sais pas com­ment il a fait pour vivre ain­si pen­dant des an­nées. Je ne sais pas … C’était un être ab­so­lu­ment char­mant, ir­ré­sis­tible, d’une beau­té d’ange, certes abî­mé … Per­sonne ne pou­vait lui ré­sis­ter. Il y a eu cette époque d’ac­ci­dents, de ten­ta­tives de sui­cide, d’over­doses … Il est re­ve­nu de tout avec l’in­so­lence des in­vin­cibles. Un jour, la ma­la­die a dit stop, ça suf­fit. Comme ce qui l’at­ten­dait était juste ef­froyable en termes de soins à su­bir, de dou­leur sans ga­ran­tie de ré­mis­sion, il est par­ti. J’ai eu cette vision. Et s’il s’était dit « j’ai une pe­tite lu­carne, j’y vais » ? À l’hô­pi­tal, j’ai vu sur ses pau­pières closes, la forme de sa bouche, une toute pe­tite ef­fluve de sou­rire, un mes­sage d’amour pour ses deux en­fants. Je lui avais ren­du vi­site la veille, le jour de Noël, il était com­plè­te­ment ver­ti­cal, c’était le prince My­ch­kine. Les êtres hu­mains juste avant de par­tir sont roya­le­ment eux–mêmes. Cha­cun à sa fa­çon. Chez lui, tout ce qu’il y avait de prin­cier s’im­po­sait. Je sais qu’il est par­ti aus­si pour nous sou­la­ger, nous li­bé­rer. Et ça s’est pas­sé à la fin la nuit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.