BRuce We­beR

VOGUE Hommes International - - Vogue Hommes Guests -

est un géant de la pho­to, une lé­gende vi­vante. Rien que ça. Son noir et blanc en­sor­ce­lant, son oeil la­ser, im­pla­cable pour dénicher des beau­tés à cou­per le souffle qu’il sai­sit sur le vif, la bluf­fante liste de stars qu’il met à l’aise comme per­sonne ( Ma­don­na, Eli­za­beth Taylor, Ja­vier Bar­dem, Mi­chael Jack­son, Geor­gia O’Keefe, Leo­nar­do Di­Ca­prio … ), le peps et le clas­si­cisme de ses images, sans ou­blier les frasques de ses chiens dans les pho­tos, signent im­mé­dia­te­ment une oeuvre que les ma­ga­zines, Vogue Hommes en tête ( p. 240 ), et les mu­sées s’ar­rachent. Dans une in­ter­view pour les mas­ters de Vogue, le pho­to­graphe ori­gi­naire de Penn­syl­va­nie ex­plique que sa pas­sion pour la pho­to re­monte à l’en­fance. « Mon père fil­mait la fa­mille le di­manche et moi et mes soeurs nous pre­nions en pho­tos. C’est le seul mo­ment de la se­maine où nos re­la­tions s’apai­saient », dit–il. De­ve­nu cé­lèbre au tout dé­but des an­nées 1980 grâce à ses sé­ries de mode homme pour le GQ amé­ri­cain et ses cam­pagnes Cal­vin Klein, Bruce We­ber ne dissocie ja­mais la pho­to­gra­phie de ses films. Il en a réa­li­sé plu­sieurs au­jourd’hui cultes, dont le clas­sieux Let’s get lost consa­cré à Chet Ba­ker.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.