Mathias au­gus­ty­niak

VOGUE Hommes International - - À L’AFFICHE -

n’a ja­mais me­né d’in­ter­views. Sa conver­sa­tion en roue libre avec Ben­ja­min Bio­lay pour est un bap­tême du feu ( p. 230 ). « J’ai tou­jours rê­vé de ça, dit–il. De po­ser des ques­tions à des per­son­na­li­tés dif­fé­rentes et de des­si­ner en même temps, his­toire de gar­der une trace du mo­ment. Cette conver­sa­tion avec Ben­ja­min est peut–être le dé­but de quelque chose… Pour­quoi ne pas conti­nuer avec des ar­tistes que j’ai la sur scène, j’ai pris une cen­taine de photos et j’ai sen­ti qu’il fal­lait ac­com­pa­gner les images d’une voix off. Je me suis lan­cé. » La ren­contre de ces deux french lo­vers date du dé­but des an­nées 2000, lorsque, en­cou­ra­gé par sa mai­son de disques, l’au­teur–com­po­si­teur fait ap­pel à Mathias pour la créa­tion de la po­chette de l’al­bum Né­ga­tif. « J’avais en­ten­du par­ler de lui, j’étais tom­bé va­gue­ment sur quelques–unes de ses chan­sons et, comme ça m’ar­rive fré­quem­ment avec des per­sonnes dont je suis très proche, au dé­but je fais sem­blant de ne pas être sé­duit. On s’est ren­con­trés, on ne s’est plus quit­tés. » Et s’il ne de­vait re­te­nir qu’une seule chan­son de Bio­lay ? « “Cac­tus Con­cer­to”, sans hé­si­ter. Elle est toute pe­tite et en même temps im­mense. » chance de croi­ser, Agnès Var­da, Ka­nye West ? » À l’ori­gine du tan­dem ar­tis­tique star M / M (avec Mi­chael Am­za­lag), vi­vier de pro­jets et de col­la­bo­ra­tions étoi­lées avec Björk, Ma­don­na, Phi­lippe Par­re­no, Dou­glas Gor­don et Ben­ja­min Bio­lay jus­te­ment, Mathias est un ar­tiste com­plet qui des­sine et ma­nie les mots avec la même vir­tuo­si­té insolite et poétique. « La seule fois où j’ai osé un texte long, c’est au­tour d’une tour­née avec Ben­ja­min, “La Su­perbe”. Je l’ai sui­vi sur la route,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.