LA COM­PLICE : CH­RIS­TY TUR­LING­TON

L’in­dé­trô­nable su­per­mo­del pose en cou­ver­ture de ce nu­mé­ro, ain­si que dans la sé­rie «CHEESE!» shoo­tée par Inez & Vi­noodh, aux cô­tés d’Eva Her­zi­go­va, autre beau­té ra­cée im­per­méable au temps qui passe. L’oc­ca­sion d’une in­ter­view ex­press.

VOGUE Paris - - Contents - Par Louise Vau­thier

L’in­dé­trô­nable su­per­mo­del pose en cou­ver­ture de ce nu­mé­ro et dans notre sé­rie «Cheese!» shoo­tée par Inez & Vi­noodh. In­ter­view.

Vos dé­buts de man­ne­quin ? J’ai été re­pé­rée à 13 ans, à Mia­mi, alors que j’étais à che­val. J’ai com­men­cé à po­ser oc­ca­sion­nel­le­ment après l’école. Je suis par­tie pour Pa­ris l’été de mes 15 ans et je suis pas­sée par New York, où j’ai fait la tour­née des ré­dac­tions et des pho­to­graphes, sur le che­min du re­tour. L’été sui­vant, j’ai été shoo­tée pour Vogue par Ar­thur El­gort. Et les choses se sont en­chaî­nées ra­pi­de­ment dès lors. Y a-t-il des man­ne­quins, des pho­to­graphes ou des créa­teurs qui vous ont don­né en­vie de faire ce mé­tier ? Non, parce que je ne connais­sais rien à la mode au­pa­ra­vant. Ça ne m’in­té­res­sait pas plus que ça. Les gens qui ont eu le plus d’in­fluence sur votre car­rière ? Chez les pho­to­graphes, Ar­thur El­gort, je le di­sais, et Ste­ven Mei­sel, qui m’ont beau­coup ap­pris et avec les­quels je me suis énor­mé­ment amu­sée. Par­mi les ré­dac­trices, Pol­ly Mel­len, Grace Cod­ding­ton et Liz Til­be­ris. Et puis, des de­si­gners comme Cal­vin Klein, Marc Ja­cobs, Gian­ni Ver­sace… Y a-t-il des photos de Vogue Pa­ris que vous consi­dé­rez comme em­blé­ma­tiques ? Toutes celles d’Hel­mut New­ton. Je n’ai tra­vaillé qu’une seule fois avec lui, pour une pub de chaus­sures. Ce n’était pas vrai­ment l’ex­pé­rience dont j’au­rais rê­vé, mais bref… Je l’ai tout de suite beau­coup ai­mé. Il était im­pos­sible à im­pres­sion­ner. Et plein d’es­prit.

Vous sou­ve­nez-vous de votre pre­mière co­ver de Vogue Pa­ris? C’était en 1986. Bill King m’a shoo­tée à Pa­ris, nous avons fait deux cou­ver­tures d’un coup. Je por­tais du Saint Laurent, une te­nue rose sur l’une, bleue sur l’autre. Je me sou­viens de toutes mes cou­ver­tures de Vogue, soit dit en pas­sant. La toute pre­mière, c’était à Rome, pour Vogue Ita­lie. Il y a aus­si eu un shoot de Pa­trick De­mar­che­lier pour le Vogue an­glais. Le Vogue US est ve­nu quelques an­nées plus tard. Par­mi toutes les séances que vous avez faites pour le ma­ga­zine, y en a-t-il une à la­quelle vous êtes par­ti­cu­liè­re­ment at­ta­chée ? Oui, une sto­ry shoo­tée au Ra­jas­than par Inez & Vi­noodh en 2002. Il fai­sait si chaud qu’on de­vait tra­vailler ef­fi­ca­ce­ment avant 9 heures, ou bien at­tendre jus­qu’à la fin de la jour­née… Quel re­gard por­tez-vous sur les réseaux so­ciaux, que la nou­velle gé­né­ra­tion de tops uti­lise tel­le­ment ? Je ne suis pas beau­coup les jeunes man­ne­quins. Et si je me sers de ces réseaux, c’est pour le fun. Pas par stra­té­gie. Le se­cret d’une car­rière qui dure ? De bons gènes, j’ima­gine…

Ch­ris­ty Tur­ling­ton au fil des cou­ver­tures de Vogue Pa­ris, à par­tir de 1986.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.