COUP D’ÉCLAT

Pour cé­lé­brer ses 10 ans, ATE­LIER SWA­ROVS­KI lance En scène, une col­lec­tion pour la de pre­mière fine je­wel­ry. fois, aux cô­tés des cé­lèbres cris­taux, des dia­mants et éme­raudes créés de toutes pièces en la­bo­ra­toire. Un luxe dé­mo­cra­ti­sé et pré­sen­té comme éco-

VOGUE Paris - - Vogue - Fré­dé­rique Ver­ley. Pho­to­graphe Ch­ris­tian MacDo­nald. Réa­li­sa­tion Gé­ral­dine Sa­glio.

Pour cé­lé­brer ses 10 ans, Ate­lier Swa­rovs­ki lance une col­lec­tion de fine je­wel­ry por­tée en éten­dard par l’ac­trice Nao­mie Har­ris. En scène, pour la pre­mière fois, des dia­mants et éme­raudes créés de toutes pièces en la­bo­ra­toire. Par Fré­dé­rique Ver­ley, pho­to­graphe Ch­ris­tian MacDo­nald, réa­li­sa­tion Gé­ral­dine Sa­glio

LE DIA­MANT DÉMOCRATIQUE Rendre les pa­rures ac­ces­sibles à toutes les femmes, de tout âge, dans le monde en­tier. Si telle était la de­vise de Da­niel Swa­rovs­ki au siècle der­nier, sa des­cen­dante, Nad­ja Swa­rovs­ki, la pousse un cran plus loin. Pour fê­ter les 10 ans d’Ate­lier Swa­rovs­ki (et ses col­la­bo­ra­tions avec des de­si­gners comme Karl La­ger­feld, Za­ha Ha­did ou Ch­ris­to­pher Kane), elle pré­sente la pre­mière col­lec­tion de fine je­wel­ry de la marque avec des dia­mants et éme­raudes de la­bo­ra­toire. «J’ai trou­vé in­té­res­sant de mon­trer que Swa­rovs­ki était aus­si un très bon tailleur de pierres pré­cieuses, pas seule­ment de cris­taux.» Mais qu’est-ce, au juste, qu’un dia­mant de la­bo­ra­toire ? Une base 100 % car­bone pla­cée ar­ti­fi­ciel­le­ment, pen­dant des jours, voire des se­maines, dans des condi­tions de tem­pé­ra­ture et de pres­sion équi­va­lentes à une pro­fon­deur de 100 ki­lo­mètres. Au fi­nal, les pierres ob­te­nues ont les mêmes pro­prié­tés op­tiques, phy­siques et chi­miques que les dia­mants ex­traits des mines, dixit l’In­ter­na­tio­nal Ge­mo­lo­gi­cal Ins­ti­tute.

LE DIA­MANT ÉCO-FRIEND­LY Si le dia­mant de la­bo­ra­toire est moins oné­reux que le dia­mant de mine (-20 % en­vi­ron), il se re­ven­dique sur­tout plus res­pon­sable. «Swa­rovs­ki a tou­jours été une so­cié­té éthique, qui prône le dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Nous sommes d’ailleurs membres du Res­pon­sible Je­wel­le­ry Coun­cil ( RJC). Dans cette veine, il m’a pa­ru in­té­res­sant de créer une ligne de fine je­wel­le­ry qui n’épuise pas les res­sources mon­diales de pierres pré­cieuses. Ici, on peut vrai­ment par­ler de luxe éco-friend­ly.» C’est d’ailleurs cette di­men­sion «earth pro­tec­tion» qui a sé­duit l’ac­trice Nao­mie Har­ris, am­bas­sa­drice de la ligne : «J’ai l’im­pres­sion qu’au­jourd’hui, les gens veulent connaître la pro­ve­nance de ce qu’ils portent. Ils veulent pou­voir faire un choix so­cia­le­ment et éco­lo­gi­que­ment res­pon­sable. Et, de mon point de vue, en fou­lant le ta­pis rouge avec Ate­lier Swa­rovs­ki, je montre que l’art et la beau­té peuvent être sy­no­nymes de dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Ce qui est très im­por­tant pour moi.»

LE DIA­MANT SUR TA­PIS ROUGE Ce n’est évi­dem­ment pas un ha­sard si Nad­ja Swa­rovs­ki a choi­si Nao­mie Har­ris comme égé­rie de cette nou­velle ligne : «C’est une ex­cel­lente ac­trice, mais c’est aus­si une belle et bonne per­sonne, très in­tel­li­gente de sur­croît. Or, nous choi­sis­sons tou­jours des femmes qui sont des mo­dèles forts pour les autres femmes, pour les jeunes no­tam­ment. De celles qui sym­bo­lisent l’éman­ci­pa­tion, le pou­voir de se sen­tir belles, de se sen­tir bien et qui se battent pour des causes.» Et si la pre­mière par­tie de la col­lec­tion a été lan­cée aux Os­cars, à Los An­geles, la se­conde a été pré­sen­tée à Cannes, en mai der­nier. «Swa­rovs­ki vit une grande his­toire d’amour avec le ci­né­ma, de­puis 85 ans, rap­pelle Nad­ja. Pré­sen­ter nos pa­rures à Cannes était donc une évi­dence pour nous. Le Fes­ti­val de Cannes étant à la fois la quin­tes­sence de la créa­ti­vi­té (ci­né­ma­to­gra­phique) et le comble de la so­phis­ti­ca­tion.» Après le style Art Dé­co cette an­née, Nad­ja tra­vaille dé­jà sur un thème plus or­ga­nique, plus na­ture, plus flo­ral, pour l’an­née pro­chaine. Avec peut-être, dans le fu­tur, une op­tion sur le sa­phir de la­bo­ra­toire ( le bleu étant sa cou­leur pré­fé­rée), tou­jours en pro­cess pour l’ins­tant. À suivre…

Boucle d’oreille et bague Mo­saic (res­pec­ti­ve­ment 39 cts et 58 cts d’éme­raude) et bra­ce­let Art Dé­co (386 cts d’éme­raude), is­sus de la col­lec­tion en éme­raudes et dia­mants de la­bo­ra­toire mon­tés sur or blanc, Ate­lier Swa­rovs­ki. Bo­dy Nor­ma Ka­ma­li. Ma­quillage Pe­tros Pe­tro­hi­los. Coif­fure Shon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.