Raquel Zimmermann

Sa avec Vogue Pa­ris a com­men­cé LOVE il y STO­RY a près de quinze ans… Sans doute parce qu’elle est de ces beau­tés clas­siques, mais Et ra­cées, parce qu’elle dont on in­ter­prète ne se lasse les pas. per­son­nages de ses shoo­tings mode comme une ac­trice – ce qu’

VOGUE Paris - - La Complice -

Qu’est- ce qui vous a don­né l’idée de faire ce mé­tier ? Rien de plus ba­nal : j’étais au col­lège et mes co­pines m’ont sug­gé­ré d’es­sayer… Un mo­dèle ? Nao­mi Camp­bell, qui m’a tou­jours in­fluen­cée. Quel était votre rap­port à la mode avant de tra­vailler comme man­ne­quin ? Je ne connais­sais rien aux grandes marques, mais j’ai tou­jours ai­mé m’ha­biller, me loo­ker un peu. Je me sou­viens d’avoir de­man­dé à ma mère de me coudre un pan­ta­lon pattes- d’eph et un gi­let pour mon dixième an­ni­ver­saire. Quelle est la pho­to qui vous a lan­cée ? La cou­ver­ture du nu­mé­ro de sep­tembre 2000 de Vogue Ita­lie, shoo­tée par Ste­ven Mei­sel. Votre pre­mière ap­pa­ri­tion dans Vogue Pa­ris ? C’était une pho­to de groupe si­gnée Ma­rio Tes­ti­no, au dé­but des an­nées 2000. Par­mi toutes les pho­tos que vous avez faites pour Vogue Pa­ris, y en a-t-il aux­quelles vous êtes par­ti­cu­liè­re­ment at­ta­chée ? J’adore une séance d’es­prit punk que nous avons faite à Londres, en 2010, avec Da­vid Sims. J’aime aus­si une sé­rie haute cou­ture shoo­tée à Pa­ris par Ma­rio Tes­ti­no, en 2009, de­vant des murs en­tiè­re­ment re­cou­verts de graf­fi­tis. Et puis, il y a ce shoo­ting en­core plus an­cien (2006, pour être pré­cise) pour le­quel nous sommes par­tis en Égypte avec Mi­kael Jans­son et où j’ap­pa­rais comme une mo­tarde per­due dans le dé­sert. Ça a été l’un des meilleurs mo­ments de ma car­rière. Votre se­cret pour du­rer ? Res­ter dé­ter­mi­née et ne pas m’éco­no­mi­ser. Est- ce que votre at­ti­tude sur les pla­teaux a évo­lué, au fil des an­nées ? Di­sons que j’ai ap­pris à ne prendre au­cun com­men­taire sur les pho­tos per­son­nel­le­ment. Et que j’ai de plus en plus d’as­su­rance pour ce qui est de jouer les ca­mé­léons et me fondre dans le per­son­nage qu’on me de­mande d’in­car­ner…

de haut en bas, Raquel Zimmermann pho­to­gra­phiée par Inez & Vi­noodh pour Vogue en mai 2007, août 2006 et no­vembre 2011.

ci-des­sus, par Mi­kael Jans­son en avril 2006.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.