(aj) L’éblouis­se­ment : Bul­ga­ri à Mos­cou

VOGUE Paris - - News -

Où ad­mi­rer les plus belles oeuvres d’une mai­son ita­lienne fon­dée par un or­fèvre grec et dé­sor­mais pos­sé­dée par un groupe fran­çais ? À Mos­cou ! Pen­dant quatre mois, le mu­sée du Krem­lin ac­cueille Bul­ga­ri. Plus de 400 pièces uniques is­sues de la col­lec­tion Bul­ga­ri Hé­ri­tage ou de col­lec­tion­neurs pri­vés y se­ront ex­po­sées. Cette va­rié­té per­met à la griffe de re­pré­sen­ter toutes les époques, des pre­mières pièces en ar­gent réa­li­sées dans la tra­di­tion néo-grecque par le fon­da­teur So­ti­rio Bul­ga­ri dans les an­nées 1870 jus­qu’à au­jourd’hui. Par­mi elles, on re­trou­ve­ra évi­dem­ment les bra­ce­lets-montres Ser­pen­ti, dé­ve­lop­pés dans les an­nées 40, qui, tout en fai­sant ré­fé­rence à la Rome an­tique, s’ap­puyaient sur une tech­no­lo­gie mo­derne ins­pi­rée des tuyaux flexibles d’échap­pe­ment des voi­tures… Outre la beau­té des pierres et les prouesses tech­niques, l’ex­po montre aus­si les liens qui unissent les ac­trices à la griffe, no­tam­ment Eli­za­beth Tay­lor qui, certes, n’était pas fi­dèle à un joaillier, mais dont Ri­chard Bur­ton di­sait tout de même: «Le seul mot qu’elle connaisse en ita­lien, c’est Bul­ga­ri» !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.