Naomi Camp­bell

Vogue, avril 1991.

VOGUE Paris - - News - Par Oli­vier Saillard.

Naomi Camp­bell fait la cou­ver­ture de Vogue dans les an­nées 90. Naomi ap­par­tient à cette grande his­toire des man­ne­quins de cou­leur, vé­ri­tables déesses contem­po­raines qui ont fait des po­diums de dé­fi­lés leur pié­des­tal, leur socle. Des sculp­tures vi­vantes aux pro­por­tions idéales. Leur grande beau­té mo­derne et ar­chaïque peut être me­na­çante, comme les joyaux pré­cieux sont aus­si source de contro­verse. Do­nyale Lu­na, pre­mier man­ne­quin noire des an­nées 60 chez Pa­co Ra­banne, im­po­sée par Ed­monde Charles-Roux au sein de la ré­dac­tion, fut la pre­mière à obtenir une cou­ver­ture de Vogue Paris. Bien des an­nées plus tard, on di­ra que les traits de beau­tés exo­tiques, aus­si re­cher­chés soient-ils, af­fi­chés en cou­ver­ture des ma­ga­zines, ne vendent pas au­tant que les beau­tés blanches et gla­ciales. Yves Saint Laurent et Az­ze­dine Alaïa ont été les ar­ti­sans de leur re­con­nais­sance. Iman, Ama­lia, Ka­tou­cha, Mou­nia ont ser­vi avec di­gni­té et sen­sua­li­té les créa­teurs qu’elles ont ac­com­pa­gnés comme l’encre le des­sin. Naomi est de cette trempe. Chez ce­lui qu’elle avait cou­tume d’ap­pe­ler «Pa­pa» (Alaïa), la jeune Naomi a gran­di, sculp­tant à son contact ses gestes et son grand coeur. Puisse dé­sor­mais la cou­leur de l’âme et de l’être s’im­po­ser avant celle de la peau et le des­tin hors norme de Naomi fa­vo­ri­ser d’autres vo­ca­tions...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.