Sur­na­tur’ Elle

VOGUE Paris - - News - Par Fré­dé­rique Ver­ley, pho­to­graphe Alique, réa­li­sa­tion Cé­lia Azou­lay

SUR­NA­TUR’ELLE Elle est la preuve rayon­nante qu’on peut res­ter «The Bo­dy» pas­sés 50 ans: Elle Mac­pher­son nous livre les clés de son in­croyable éner­gie et de sa beau­té in­oxy­dable.

bap­ti­sée «the bo­dy» par Time Ma­ga­zine en 1989, en co­ver de Sports Il­lus­tra­ted cinq fois (un re­cord), Elle Mac­pher­son af­fiche tou­jours un corps d’ama­zone… trente ans plus tard ! Au­jourd’hui, la top aus­tra­lienne, ma­man de deux grands en­fants (Ar­pad Flynn, 20 ans, et Au­re­lius Cy, 15 ans), en­tre­pre­neuse à suc­cès, se par­tage entre Mia­mi, où elle ré­side, New York (ses bu­reaux) et l’Aus­tra­lie où sont ba­sées sa so­cié­té de lin­ge­rie et sa marque de nu­tri­tion Wel­leCo. Et parce qu’à 54 ans, on ne peut plus comp­ter uni­que­ment sur ses bons gènes, dit-elle, elle dé­taille ici son pro­gramme mind & bo­dy pour conser­ver une forme olym­pique.

Vous avez été la par­faite heal­thy girl bien avant l’heure. Vos pa­rents vous ont-ils éle­vée ain­si ? Étant aus­tra­lienne, c’est vrai que l’ap­proche ho­lis­tique du bien-être a tou­jours fait par­tie de ma vie. Quand j’étais pe­tite, ma mère m’em­me­nait dé­jà chez le chi­ro­prac­teur et l’acu­punc­teur. Et ce­la s’est ren­for­cé avec le temps, en pre­nant de l’âge, je trouve que la beau­té et le bie­nêtre doivent être en­core mieux ali­gnés.

Vous étiez dé­jà l’une des tops les plus spor­tives. Est-ce que le sport a tou­jours été une né­ces­si­té pour vous ? Oui, mais en pri­vi­lé­giant le plai­sir. Donc hors de ques­tion pour moi de m’en­fer­mer dans une salle. Je m’ac­tive tou­jours de­hors, au contact des élé­ments, en ne fai­sant que des choses que j’aime : le surf, le paddle, la na­ta­tion, l’es­ca­lade, la plon­gée, le yo­ga ou le ski, que je pra­tique au moins 45 mi­nutes par jour. Et je les al­terne, à la fois pour conti­nuer à m’amu­ser et pour stres­ser mon corps au mi­ni­mum. La clé à mon sens pour per­sé­vé­rer sans ef­fort.

Et le men­tal dans tout ça ? L’ap­proche ho­lis­tique est se­lon moi la seule fa­çon d’op­ti­mi­ser l’in­té­rieur comme l’ex­té­rieur. Chaque ma­tin, je me fais vio­lence pour ne pas re­gar­der mon té­lé­phone au ré­veil (vers 5 heures) et com­men­cer par une séance de mé­di­ta­tion dans le si­lence ab­so­lu. Et, hon­nê­te­ment, je vois vrai­ment la dif­fé­rence sur ma peau, quand je fais suf­fi­sam­ment d’exer­cice, que je dors bien, que je bois 3 litres d’eau par jour et que je me nour­ris avec une ali­men­ta­tion es­sen­tiel­le­ment vé­gé­tale. Mon chal­lenge au­jourd’hui est d’être la plus clean in­té­rieu­re­ment, se­reine et ac­tive que pos­sible.

Quelle est votre tech­nique pour lut­ter contre la pres­sion et le stress ? Le som­meil. Je sens que mon corps se stresse beau­coup plus fa­ci­le­ment quand je ne dors pas as­sez. Pour dor­mir 7 heures par nuit mi­ni­mum, je si­rote ma ti­sane Sleep Welle Cal­ming Tea, à base d’herbes mé­di­ci­nales, de va­lé­riane, scu­tel­laire et hou­blon de Wel­leCo, je va­po­rise un peu de Cal­ming Wist (tou­jours de Wel­leCo) à la la­vande sur mon oreiller, et je me couche à 22 heures au plus tard. Si je suis trop éner­vée par ma jour­née, je m’al­longe les jambes à l’équerre contre le mur pen­dant cinq mi­nutes :

écla­tante qu’avec Elle est un la ré­gime preuve al­ca­lin, cou­plé à une ac­ti­vi­té spor­tive connec­tée aux élé­ments, on peut res­ter «The Bo­dy» pas­sés 50 ans. nous livre Elle les Mac­pher­son clés de son in­croyable éner­gie et de sa beau­té in­oxy­dable.

«Après 50 ans, une ap­proche plus du bien-être, com­bi­nant une ho­lis­tique ali­men­ta­tion ba­si­fiante, une vé­gé­ta­rienne ac­ti­vi­té phy­sique quo­ti­dienne, de la et un cer­tain re­laxa­tion équi­libre émo­tion­nel, men­tale me cor­res­pond mieux et me main­tient au top de ma forme.»

cette pose de yo­ga vi­pa­ri­ta ka­ra­ni a un ef­fet mé­di­ta­tif im­mé­diat sur moi. Et sur­tout, je ré­siste à l’en­vie de ré­pondre à mes der­niers mails une fois au lit… Alors que j’aime me cou­cher quand tout le tra­vail de la jour­née est ac­com­pli.

Quel re­gard por­tez-vous sur vous-même avec le temps qui passe? J’ai ap­pris à ap­pré­cier chaque pé­riode de mon exis­tence en m’y adap­tant. Me concen­trer sur ici et main­te­nant m’aide beau­coup. J’aime l’idée d’avan­cer en phase avec la vie. Jus­te­ment, le temps ne semble pas avoir de prise sur vous. Comment faites-vous ? Pour être hon­nête, tout dé­pend de la fa­çon dont je me sens à l’in­té­rieur. Si je me sens bien, forte et dy­na­mique, alors je me trouve mieux phy­si­que­ment. Et de­puis que j’ai in­tro­duit le Su­per Elixir (de Wel­leCo) dans ma rou­tine quo­ti­dienne, j’ai en­fin l’im­pres­sion que mon corps ab­sorbe tous les nu­tri­ments dont il a be­soin. J’ai dé­cou­vert l’ef­fet pro­fond de la nu­tri­tion sur mon éner­gie et sur mon ap­pa­rence.

Wel­leCo, la marque de nu­tri­tion que vous avez créée avec le Dr Si­mone Laub­scher, dis­tri­bue trois pro­duits stars. Comment les in­té­grez-vous dans votre rou­tine quo­ti­dienne ? Le ma­tin, à jeun, je mé­lange deux cuillères de Su­per Elixir à 500 ml d’eau fil­trée ou à de l’eau de co­co. À base de 45 vé­gé­taux, dont le shi­take et le mai­take, de pré et pro­bio­tiques, d’omé­ga-3, il agit au ni­veau cel­lu­laire pour ré­équi­li­brer les 11 sys­tèmes de l’or­ga­nisme, ren­force l’im­mu­ni­té et sou­tient les fonc­tions di­ges­tives en me ré­éner­gi­sant pour la jour­née. En­suite, dès que j’ai un creux, ou en rem­pla­ce­ment d’un re­pas, je me pré­pare un milk­shake avec le Nou­ri­shing Plant Pro­tein, une for­mule à base de pro­téines de pois, riz brun ger­mé et ca­cao, que je mixe avec de la glace pi­lée et un de­mi-avo­cat. En­fin, le soir, je me pré­pare une ti­sane Sleep Welle pour faire re­des­cendre mes éner­gies et cal­mer mon men­tal. Au dé­jeu­ner et au dî­ner, je mange sur­tout des re­pas vé­gé­ta­riens à base de lé­gumes, lé­gu­mi­neuses, cé­réales et graines.

Les femmes se disent sou­vent fa­ti­guées par la mul­ti­tude de tâches du quo­ti­dien. Quelle est la clé de l’éner­gie se­lon vous ? Sim­pli­fier sa vie. Je n’ai pas une grande garde-robe et je ne porte qua­si­ment pas d’ac­ces­soires. Je ne prends pas beau­coup de vi­ta­mines, ni de sup­plé­ments, seule­ment le Su­per Elixir. C’est li­bé­ra­teur de se concen­trer sur l’es­sen­tiel. Plus concrè­te­ment, j’at­taque la jour­née par un verre d’eau tiède avec du ci­tron et du poivre noir, pour boos­ter mon mé­ta­bo­lisme et dé­mar­rer le pro­ces­sus d’hy­dra­ta­tion. Et je bois vrai­ment 3 litres d’eau par jour (tou­jours fil­trée pour écar­ter les pol­luants chi­miques), même da­van­tage si je fais une séance de boxe ou d’in­ter­val trai­ning.

Au­jourd’hui, vous êtes de­ve­nue vé­gé­ta­rienne, pour­quoi ? Il y a quatre ans, j’ai réa­li­sé que je de­vais ajus­ter mon style de vie et que je ne pou­vais plus comp­ter uni­que­ment sur mes bons gènes. J’ai donc adop­té un ré­gime vé­gé­tal et al­ca­lin. C’est le Dr Laub­scher qui m’a ex­pli­qué com­bien ba­si­fier le corps (en évi­tant la ca­féine, le pain, le sucre et l’al­cool) per­met­tait de ré­duire l’in­flam­ma­tion, stop­per les baisses d’éner­gie, perdre du poids et ra­len­tir le vieillis­se­ment cel­lu­laire. Le tout en adop­tant la mé­thode 80/20 (80% de heal­thy food, 20 % de lâ­cher prise, et pas l’in­verse). Mon corps, ma peau, mon hu­meur ont ré­pon­du su­per vite.

Quelle est jus­te­ment votre per­cep­tion des femmes de 50 ans ? À 50 ans, on a de l’ex­pé­rience et une cer­taine sa­gesse. C’est un tour­nant d’un point de vue phy­sique, émo­tion­nel et spi­ri­tuel. De nom­breuses femmes que j’ad­mire ont d’ailleurs dé­pas­sé cet âge : Arian­na Huf­fing­ton, An­drea Hor­wood, Diane von Furs­ten­berg, In­dia Hicks. Et c’est un âge où l’on peut en­fin com­men­cer à être sa­tis­faite de ce que l’on a ac­com­pli.

«En 2014, quand nous avons lan­cé Wel­leCo, la beau­té se li­mi­tait à une ac­tion sur la peau et les femmes re­cher­chaient avant tout la bonne crème. Au­jourd’ hui, elles veulent vrai­ment se sen­tir bien à l’in­té­rieur pour que ce­la se voie à l’ex­té­rieur. Fee­ling well, !» plu­tôt que loo­king well

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.