QUES­TIONS DE STYLE: LEN­NY KRA­VITZ

Après vingt and de car­rier, son nou­vel al­bum, «Raise Vi­bra­tion», confirme sa place de choix au sein de la scène rock ac­tuelle. Tou­jours aus­si sexy et d’une al­lure as­sez folle, entre rock’n’roll, fun­ky at­ti­tude et hip­pie-chic, le mu­si­cien amé­ri­cain ré­pond

VOGUE Paris - - Van Cleef & Arpels - Par So­phie Ro­se­mont.

Après vingt ans de car­rière, son nou­vel al­bum «Raise Vi­bra­tion» confirme sa place de choix au sein de la scène rock ac­tuelle. Tou­jours aus­si sexy et d’une al­lure as­sez folle, entre rock’n’roll, fun­ky at­ti­tude et hip­pie chic, le mu­si­cien amé­ri­cain ré­pond aux 17 ques­tions style de Vogue Pa­ris. Par So­phie Ro­se­mont

C’est quoi, l’élé­gance ? L’au­then­ti­ci­té. La soul at­ti­tude. Quel­qu’un qui est fi­dèle à ce qu’il est, qui reste sin­cère. L’in­car­na­tion du style à vos yeux? Ma mère. Elle avait, en plus d’un bon goût ves­ti­men­taire, une belle âme. Et ses amis ar­tistes, ac­teurs, étaient tous vrai­ment fun­ky. Les voir évo­luer au­tour de moi dans les an­nées 70, où les looks étaient très forts, très vi­suels, m’a beau­coup in­fluen­cé. Et celle du mau­vais goût ? Ces ar­tistes qui, sur ta­pis rouge, sont en­gon­cés dans des vê­te­ments que leur sty­liste a choi­sis pour eux. On ne peut être élé­gant qu’en étant ef­fort­less. Il faut pos­sé­der un flair na­tu­rel… Le fé­tiche de votre dres­sing ? Une che­mise qui a ap­par­te­nu à John Len­non. Un jour, j’étais chez Yo­ko Ono et c’était mon an­ni­ver­saire. Elle m’a em­me­né dans une pièce rem­plie des vê­te­ments de John et elle s’est ar­rê­tée de­vant une dis­co shirt. «C’était l’une des pré­fé­rées de John! Je te l’offre.» Je l’ai por­tée une fois sur scène, en chan­tant Al­ways on the Run avec les Guns’N’Roses au Parc des Princes, en 1992… Qui est la rock star la mieux ha­billée de tous les temps ? Il n’y en a pas une, mais deux ! Ji­mi Hen­drix, dont le style ho­bo était unique au monde, et Da­vid Bo­wie, qui s’est ré­in­ven­té une sil­houette à chaque al­bum. Votre pièce fa­vo­rite ? Une veste en daim. C’est fa­cile à mettre, ver­sion chic ou dé­con­trac­tée, on peut la teindre, la por­ter avec une che­mise ou rien en des­sous… Ce que vous ne pour­riez ja­mais por­ter? Des ma­tières syn­thé­tiques. D’après vous, qu’est-ce qui rap­proche mu­sique et mode ? L’image nour­rit le son, l’aide à dé­ployer sa per­son­na­li­té. D’ailleurs, les meilleurs mu­si­ciens du monde ont tou­jours eu un style in­croyable, de Duke El­ling­ton à Miles Da­vis… Quels créa­teurs vous im­pres­sionnent ? Pour les pion­niers : Saint Laurent, Ga­brielle Cha­nel, Dior. Au­jourd’hui, Rick Owens qui a su construire sa propre es­thé­tique. La pièce la plus ex­tra­va­gante de votre dres­sing ? En ce mo­ment, c’est un bon­net fa­çon Bob Mar­ley… as­sez voyant. En ma­tière de mode, quel est votre four­nis­seur of­fi­ciel ? Les fri­pe­ries du monde en­tier. Et je fais aus­si faire mes propres vê­te­ments, d’après mes des­sins. Quel est le comble du luxe, se­lon vous ? Le temps. Le par­fum au­quel vous êtes fi­dèle? To­bac­co Va­nille de Tom Ford est l’une des rares fra­grances com­mer­cia­li­sées que j’aime por­ter. Le bi­jou qui ne vous quitte ja­mais ? Je col­lec­tionne les bi­joux afri­cains et in­diens, mais je ne sors ja­mais sans mes boucles d’oreilles et mon pier­cing au nez. Hor­mis si on me le de­mande sur un pla­teau de tour­nage, rien ne me fait les en­le­ver ! Avec quelle per­son­na­li­té de la mode ai­me­riez-vous dî­ner ? Yves Saint Laurent. J’au­rais ado­ré dis­cu­ter avec lui. C’était un sur­doué. Il a li­bé­ré la femme, il a fait dé­fi­ler beau­coup d’Afri­caines… Un coup de coeur ré­cent ? Une paire de lu­nettes de so­leil Cha­nel, vin­tage bien sûr. Fi­nis­sez cette phrase de Co­co Cha­nel: «Pour être ir­rem­pla­çable, il faut être…» Ori­gi­nal. Il n’y a rien de pire que de res­sem­bler aux autres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.