Ad­van­ced Night Re­pair Eye Su­per­char­ged Com­plex, Es­tée Lau­der, 62 €.

VOGUE Paris - - News -

Parce que la lu­mière bleue de nos écrans, dif­fu­sée le soir, désyn­chro­nise les rythmes cel­lu­laires et pousse la peau à se pro­té­ger, plu­tôt qu’à se ré­pa­rer, cette pé­pite cos­mé­tique in­verse le pro­ces­sus pour un contour de l’oeil ré­gé­né­ré et ra­fraî­chi au pe­tit ma­tin.

Un sé­rum char­gé d’ac­tifs an­ti-stress pour contrer la li­bé­ra­tion des neu­ro­pep­tides in­flam­ma­toires qui ont ten­dance à en­traî­ner rou­geurs, aug­men­ta­tion de la pro­duc­tion de mé­la­nine et de sé­bum. Si les odeurs sont connec­tées à nos émo­tions, elles re­pré­sentent aus­si une vraie porte d’en­trée vers le bien-être : «Le sens de l’odo­rat peut dé­clen­cher des ré­ac­tions pro­fondes dans la psyché. En choi­sis­sant le bon par­fum, vous ajou­tez un in­gré­dient à votre au­ra, l’éner­gie man­quante pour at­teindre l’har­mo­nie», ex­plique Lo­la Ka­ri­mo­va-Tillyae­va, créa­trice de la mai­son The Har­mo­nist. Par les in­gré­dients qui les com­posent et l’his­toire dont ils sont ins­pi­rés, jus­qu’à la fa­çon de les por­ter, les par­fums sont dé­sor­mais plus que de simples sen­teurs : de vrais al­liés wellness char­gés de bonnes ondes pour les per­sonnes qui les portent, comme pour celles qui croisent leur sillage.

Par­mi les par­fums ico­niques de la mai­son, qui a fait du wellness sa marque de fa­brique, Gui­ding Wa­ter re­vient dans une ver­sion «ex­trait», plus in­tense et plus in­time. Une concen­tra­tion de bien­veillance ol­fac­tive qui s’ins­pire de la dou­ceur d’une perle de ro­sée glis­sant le long d’une fleur… Un pschitt suf­fit pour se sen­tir em­plie d’une sen­sa­tion zen et to­ni­fiante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.