Brian Be­nett, le ta­lent tout sim­ple­ment !

Voile Magazine - - Essai Quelques Bords A Bord -

Des yeux bleus et un sourire char­meur sous une mous­tache poivre et sel, tel est Brian Be­nett. Ce sourire est ce­lui d’un ar­chi­tecte qui a trou­vé son cré­neau : les quillards de sport mo­no­types. Un cré­neau qui lui réus­sit plu­tôt bien si l’on en juge par les chiffres de pro­duc­tion du Vi­per 640 (en­vi­ron 270 ba­teaux) et de son pe­tit frère le VX One (dé­jà plus de 200 en cinq ans, et sa car­rière est en­core as­cen­dante). Mais le sourire de Brian Be­nett té­moigne aus­si de son plai­sir à na­vi­guer sur ces ba­teaux si plai­sants à me­ner. Il est vrai qu’on l’a cueilli au meilleur mo­ment, l’ar­chi­tecte néo-zé­lan­dais, alors qu’il dé­bar­quait du VX One après une belle jour­née de ré­gate au Grand Prix de l’Ecole Na­vale. A Ca­ma­ret, Brian et son com­père Na­than Ba­che­lor (le pa­tron du chan­tier Ovingh­ton) avaient réus­si un bon coup : ras­sem­bler six VX One pour lan­cer la sé­rie en France, à l’heure où d’autres sup­ports comme le Longtze amorcent leur dé­clin. D’ailleurs, clin d’oeil du des­tin, ces der­niers n’étaient que deux au Grand Prix de l’Ecole Na­vale… In­gé­nieur de for­ma­tion, Brian Be­nett na­vigue de­puis son plus jeune âge. Nor­mal me di­rez-vous, c’est un Ki­wi ! Il a pour­tant cou­ru la Whit­bread sur un ba­teau bri­tan­nique, Ocean Grey­hound. C’était en 1983. En­suite, il a été pré­pa­ra­teur pen­dant quelques an­nées avant de se mettre sé­rieu­se­ment à l’ar­chi­tec­ture na­vale. Une évo­lu­tion lo­gique, pour lui qui a construit son pre­mier dé­ri­veur (« une sorte de pe­tit Con­ten­der ») à l’âge de dix ans. Et une car­rière d’ar­chi­tecte ré­com­pen­sée, on l’a vu, par le suc­cès de ses mo­no­types. Au­jourd’hui, quand il n’ar­pente pas les pon­tons fi­nis­té­riens, Brian vit aux Etats-Unis, plus pré­ci­sé­ment dans l’Etat de Rhode Is­land. Il y di­rige un chan­tier qui pro­duit une par­tie de ses ba­teaux, mais pas tous. La pro­duc­tion du VX One, par exemple, a été confiée au chan­tier néo-zé­lan­dais Ma­ckay Boats pour l’Aus­tra­lie et la Nou­velle-Zé­lande, et à Ovingh­ton pour l’Eu­rope. Plus étroit que le Vi­per et beau­coup plus lé­ger, donc fa­cile à trans­por­ter et à mettre en oeuvre, le VX One est en train de conqué­rir le monde et il s’en ré­jouit avec une dis­cré­tion as­sez élé­gante, avant de s’ex­cu­ser : « It’s time for a beer ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.