De la théo­rie à la pra­tique : Le san­dow

Du Dy­nee­ma élas­tique, c’est un peu an­ti­no­mique ! En fait, l’élas­ti­ci­té ne concerne pas la tresse en Dy­nee­ma mais le san­dow que l’on épisse à l’in­té­rieur de celle-ci. Une as­tuce qui per­met d’ob­te­nir un cor­dage à la fois élas­tique et so­lide. Sui­vez le guide

Voile Magazine - - Sommaire - Texte et pho­tos : Cé­cile Hoy­nant.

INSERER UN SAN­DOW

à l’in­té­rieur d’une tresse Dy­nee­ma, quelle drôle d’idée ! Ce ma­te­lo­tage, peu cou­rant, peut quand même être très utile. Pre­nons le cas d’un dé­ri­veur dont la pou­lie d’écoute de grand-voile est fixée sur une pan­toire, un cor­dage fixé sur le plat-bord et qui tra­verse le cock­pit à l’ar­rière. L’avan­tage de ce sys­tème est sa lé­gè­re­té et sa fa­ci­li­té de mise en place. Mais lorsque la pan­toire n’est plus ti­rée vers le haut par le pa­lan de GV (au por­tant), il est fré­quent qu’elle se coince dans l’angle du ta­bleau ar­rière. En épis­sant un san­dow à l’in­té­rieur d’une tresse en Dy­nee­ma, on ré­sout ef­fi­ca­ce­ment le pro­blème : quand l’écoute de grand-voile n’est plus sous ten­sion, le san­dow se tend et main­tient la pan­toire en place. Pre­nons un autre exemple, à bord d’un croiseur équi­pé d’un spi sy­mé­trique. Lorsque le tan­gon est ran­gé le long des fi­lières mais reste gréé (ba­lan­cine et hale-bas à poste), le risque est de se prendre les pieds dans les pattes-d’oie quand on manoeuvre sur la plage avant. Une so­lu­tion consiste à rem­pla­cer les deux cor­dages qui ac­tionnent l’ou­ver­ture des mâ­choires par une tresse en Dy­nee­ma avec une âme en san­dow. Lorsque la ba­lan­cine n’est plus sous ten­sion, la par­tie en V de la patte-d’oie, qui est élas­tique, se plaque contre le tan­gon au lieu de traî­ner sur le pont. Et pour­quoi ne pas uti­li­ser di­rec­te­ment du san­dow sans l’épis­ser dans du Dy­nee­ma ? Parce que le san­dow n’est pas as­sez so­lide ! Sans ou­blier les pro­blé­ma­tiques de ra­gage : en plus d’as­su­mer la charge, la tresse en Dy­nee­ma pro­tège l’élas­tique de l’abra­sion.

Epis­ser un san­dow dans une tresse en Dy­nee­ma ne de­mande pas de grandes com­pé­tences en ma­te­lo­tage. Le plus dur est de faire les sur­liures !

Ici, le tan­gon a été équi­pé de cor­dages élas­tiques. Dom­mage que le san­dow ait été noué à la tresse en Dy­nee­ma au lieu d’être épis­sé à l’in­té­rieur de celle-ci, une so­lu­tion plus ra­pide mais moins so­lide et mois du­rable.

L’as­tuce de la pan­toire élas­tique évite que celle-ci se coince dans le ta­bleau ar­rière du dé­ri­veur au por­tant.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.