Un croi­seur simple et ef­fi­cace!

Voile Magazine - - Essai - Texte : Cé­cile Hoy­nant. Pho­tos : Oli­vier Blan­chet et l’au­teur.

AVEC LE LAN­CE­MENT

du Sun Odys­sey 319, Jean­neau comble en­fin un trou res­té béant de­puis cinq ans dans sa gamme, après l’ar­rêt de la pro­duc­tion des SO 30i et 33i. Les afi­cio­na­dos de la marque ré­cla­maient un 30 pieds à cor et à cri. Le chan­tier ven­déen a fi­na­le­ment prê­té l’oreille, pour sa­tis­faire ses clients mais aus­si pour ga­gner de nou­velles parts de mar­ché, en conqué­rant le coeur des pri­mo-ac­cé­dants ou des jeunes couples. Com­ment ? En pro­po­sant un voi­lier très com­pé­ti­tif, au­tour de 100 000 € bien équi­pé, qui soit concur­ren­tiel par rap­port à l’offre des autres grands chan­tiers mais éga­le­ment par rap­port à celle du parc de l’oc­ca­sion, très four­nie sur ce seg­ment. Pour maî­tri­ser les coûts, le 319 a été dé­ve­lop­pé en in­terne et la construc­tion a été sous-trai­tée à un par­te­naire de confiance, le chan­tier po­lo­nais Del­phia. La coque, le plan de pont et le grée­ment ont été des­si­nés par Her­vé Pi­ve­teau, vain­queur de la Mi­ni-Tran­sat en sé­rie en 2007. L’in­té­rieur est une re­prise d’un contre-moule exis­tant. Un ba­teau fait de bric et de broc ? Point du tout ! Le 319 est un croi­seur fa­mi­lial très co­hé­rent, simple et ef­fi­cace. Son look n’a rien de ré­vo­lu­tion­naire : la barre à roue cen­trale sur­prend. Mais c’est une so­lu­tion moins coû­teuse et qui per­met de dé­ga­ger du volume de ran­ge­ment. En té­moignent l’im­mense soute à tri­bord et le coffre conte­nant deux bou­teilles de gaz à bâ­bord, très pra­tiques en croi­sière. Les adeptes des cock­pits « bou­le­vards » peuvent tou­jours op­ter pour l’op­tion barre à roue re­pliable. Né d’un pro­jet spé­ci­fique, le 319 ne fait pour­tant pas bande à part et reste fi­dèle à l’iden­ti­té des Sun Odys­sey. Etrave droite, bou­chain ar­rière, hu­blot de rouf en forme de pau­pière et hu­blot de coque rec­tan­gu­laire : on re­con­naît sans peine la si­gna­ture du chan­tier à la rose des vents. Et l’on est bien en pré­sence d’un voi­lier mo­derne, aux formes ar­rière larges et au franc-bord im­po­sant. Amar­rés à couple de son grand frère le 349, nous consta­tons ain­si que les ponts des deux ba­teaux sont au même ni­veau ! Pas éton­nant qu’on soit bluf­fés par le volume in­té­rieur ! En plus du haut franc-bord, le rouf pro­émi­nent, très vi­tré, ap­porte du volume et de la lu­mière.

1,90 METRE DE HAU­TEUR SOUS BAR­ROTS

Ef­fec­ti­ve­ment, les jeunes gé­né­ra­tions ne se sen­ti­ront pas étri­quées : avec une hau­teur sous bar­rots au­tour de 1,90 m, on peut dire que le 319 est dans l’air du temps. Les deux der­nières marches de la des­cente sont un poil raides mais en­core une fois, l’es­pace éco­no­mi­sé ici se re­trouve ailleurs, en l’oc­cur­rence dans la ca­bine ar­rière. Celle-ci s’oc­troie les deux tiers de la coque, l’autre tiers étant ré­ser­vé à la salle d’eau. C’est éga­le­ment pour pri­vi­lé­gier le volume de la ca­bine que les bancs de cock­pit sont larges. Ré­sul­tat, on bé­né­fi­cie d’une hau­teur de 1 m au-des­sus de la cou­chette XXL. Dans le car­ré, on re­trouve une dis­po­si­tion clas­sique : la cui­sine à bâ­bord et la table à cartes à tri­bord. Ses di­men­sions ré­duites et sa dis­po­si­tion dans le sens in­verse de la marche per­mettent de pro­fi­ter de deux grandes ban­quettes de car­ré sy­mé­triques. La pointe avant est oc­cu­pée par une deuxième ca­bine fer­mée amé­na­gée avec un lit bre­ton. Cô­té ran­ge­ments, point cru­cial à bord d’un croi­seur, le 319 ob­tient une bonne note : pen­de­ries dans les ca­bines, meubles fixés sur les bor­dés dans le car­ré, grands coffres sous les ban­quettes, pla­cards bien di­men­sion­nés dans la cui­sine. Le 319 au­rait pu avoir les fé­li­ci­ta­tions du ju­ry si la salle d’eau n’avait pas été un peu né­gli­gée. On trouve bien un pla­card mais à moins d’avoir un né­ces­saire de toi­lette mi­ni­ma­liste, sa conte­nance est un peu juste. Et c’est dans la salle d’eau que la lo­gique d’éco­no­mie est la plus vi­sible. Le mot d’ordre à bord : « Pas de chi­chi » ! C’est vi­sible à une foule de dé­tails, comme le cou­vercle du fri­go sans char­nières ni vé­rin, les mains cou­rantes en in­ox ef­fi­caces mais un peu gros­sières ou en­core l’ab­sence de vai­grages. Mais gar­dons en tête que le ni­veau de fi­ni­tion est très sa­tis­fai­sant au vu de l’ad­di­tion : le 319 est le fruit d’un in­tel­li­gent com­pro­mis entre confort et ac­ces­si­bi­li­té. Et sous voiles, le 319 est une bonne sur­prise ! Son al­lure « haut sur pattes » pour­rait faire dou­ter de ses per­for­mances. Pour­tant, mal­gré un vent lé­ger flir­tant avec les 10 noeuds, nous avons main­te­nu une vi­tesse de croi­sière entre 5 et 6 noeuds au bon plein. Pas mal non ? Bon, la garde-robe per­for­mance Tech­ni­voiles n’y est pas pour rien. La grand-voile en­tiè­re­ment lat­tée et l’ef­fi­cace code 0 s’ac­cordent à mer­veille avec la douce mé­lo­die des pe­tits airs. La barre est

Du volume, du franc-bord, mais aus­si une cer­taine élé­gance sur l’eau.

agréable, douce et ré­ac­tive, se­lon l’ex­pres­sion consa­crée. Les ma­noeuvres sont fa­ciles : le plan de pont simple mais soi­gné, avec un ac­cas­tillage de qua­li­té bien di­men­sion­né. Les winches pri­maires sont à proxi­mi­té du bar­reur qui peut gé­rer seul les écoutes de gé­nois. Le ti­rant d’eau stan­dard de 1,85 m ga­ran­tit une bonne rai­deur à la toile. Mais le 319, bi-sa­fran, est éga­le­ment dé­cli­né en dé­ri­veur : ca­lant à 0,75 m dé­rive haute, cette ver­sion offre de belles pers­pec­tives d’ex­plo­ra­tion de la côte.

Le code 0, voile ma­niable et po­ly­va­lente, est d’un grand ren­fort dans le pe­tit temps.

190 m de hau­teur sous bar­rots et une sa­crée sur­face vi­trée dans le car­ré... Qui dit mieux ?

Simple, abor­dable, ho­mo­gène, le nou­veau Sun Odys­sey était très at­ten­du par le ré­seau Jean­neau.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.