Pro­té­ger sans pol­luer : les al­ter­na­tives aux bio­cides

Voile Magazine - - Technique -

La so­lu­tion la plus ra­di­cale est de se pas­ser de pro­duit toxique. En op­tant, par exemple, pour un re­vê­te­ment an­ti­adhé­sif à base de si­li­cone, à l’image du sti­cker qui avait été ap­pli­qué sur le First 210 Voile Ma­ga­zine (voir VM n°244). Ce der­nier avait bé­né­fi­cié d’une cou­ver­ture Uni­flow (ap­pli­ca­tion pro­fes­sion­nelle ex­clu­si­ve­ment). Le ré­sul­tat s’est avé­ré re­mar­quable en termes de glisse et de pro­tec­tion an­ti­sa­lis­sure, le film adhé­sif a juste mon­tré – lo­gi­que­ment – une cer­taine fra­gi­li­té mé­ca­nique, no­tam­ment sur la zone de contact quille pi­vo­tante-coque et à l’em­pla­ce­ment des pa­tins de ber pen­dant l’hi­ver­nage. Il existe aus­si des an­ti­fou­lings si­li­cone en pein­ture qui s’ap­pliquent au rou­leau ou à la brosse sur tout type de coque, sauf sur le bois. Pour un pro­duit comme le pri­maire époxy Si­lic Seal (Pro­cé­dé Si­lic One de Hem­pel), comp­tez un bud­get de 1 350 € pour un Sun Odys­sey 349. Autre so­lu­tion : les trai­te­ments du­rables à base de ré­sine époxy mé­lan­gée à du cuivre à haute den­si­té. Très ré­sis­tants à l’usure, ils pro­tègent les ba­teaux de tous types (po­ly­es­ter, fonte, acier, bois, fer­ro ci­ment) pour une pé­riode su­pé­rieure à dix ans, à par­tir d’un unique trai­te­ment. Comp­tez en moyenne 120 €/l, sa­chant qu’un litre couvre 16 m2 et qu’il faut ap­pli­quer quatre couches. Sur notre voi­lier de ré­fé­rence, dix pots se­raient né­ces­saires se­lon le cal­cul du fa­bri­cant, fai­sant grim­per la note à 1 200 € (pro­cé­dé Cop­per­coat). Avan­tage : un simple rou­leau suf­fit pour l’ap­pli­ca­tion (le pis­to­let est même dé­con­seillé pour les par­ti­cu­liers, ques­tion de ré­glages com­pli­qués et consom­ma­teur de pro­duit). Une al­ter­na­tive : les re­vê­te­ments po­ly­mé­ro­mé­tal­liques (com­po­sés à plus de 75% de cuivre pur) éco­lo­giques à base aqueuse, de type AF2011 de So­fi­plast. Ils sont an­ti­cor­ro­sion, ne contiennent au­cun bio­cide or­ga­nique (fon­gi­cide, her­bi­cide), sont an­ti­sa­lis­sure, an­ti­bac­té­riens na­tu­rels (par la pré­sence de cuivre et cu­pro­ni­ckel), inertes, re­cy­clables et, pom­pon sur le bon­net, ef­fi­caces jus­qu’à cinq ans, se­lon les condi­tions d’uti­li­sa­tion. Le Sa­fe­guard Uni­ver­sal (pri­maire), en condi­tion­ne­ment de 18 litres, a un pou­voir cou­vrant de 10 m2/l. Comp­tez en­vi­ron 170 €. Le Sea­force 90 (trai­te­ment) en condi­tion­ne­ment de 20 litres (3 m2/l en deux couches), cou­leur rouge clair ou rouge fon­cé (500 €) ou noir au­tour de 580 € en­vi­ron) est ap­pli­cable au rou­leau ou au pis­to­let avec l’ajout de di­luant spé­ci­fique à rai­son de 25 €/l. Reste à sa­voir si le re­li­quat éven­tuel­le­ment non uti­li­sé du­re­ra bien cinq ans entre chaque ca­ré­nage. Pour les coques mé­tal­liques, la pro­tec­tion ano­dique la plus ré­pu­tée est com­mer­cia­li­sée en France par le chan­tier Me­ta de Ta­rare. Il vous pro­pose des re­vê­te­ments à base de zinc si­li­ca­té non or­ga­nique, consti­tués de poudre et de liant, le Me­ta­grip (coques acier) et l’In­ver­sa­lu (coques alu­mi­nium). Ils forment une sorte de gal­va­ni­sa­tion à froid de la ca­rène, avec une pro­tec­tion ano­dique très ef­fi­cace. Les pro­duits sont in­al­té­rables, donc sans re­jet, et leur ré­sis­tance leur per­met d’être bros­sés et grat­tés, à rai­son d’un ou deux net­toyages par sai­son. Il fau­dra comp­ter 24 kg de pro­duit pour une coque de 10 m, pour un coût avoi­si­nant les 930 €. A ap­pli­quer en quatre couches sur une ca­rène propre, ou une seule ap­pli­ca­tion sur une couche dé­jà exis­tante. Restent les ul­tra­sons, une mé­thode dont l’efficacité n’a ja­mais été dé­mon­trée et dont on n’en­tend plus beau­coup par­ler... Et les mé­thodes mé­ca­niques à flot. Il existe no­tam­ment un ou­til de net­toyage à tête os­cil­lante à 3 000 tours/ mi­nute. Cet ap­pa­reil étanche res­semble à un cou­teau de peintre mo­to­ri­sé, mais les nom­breux ou­tils sont in­ter­chan­geables. Com­mer­cia­li­sés sous les noms de Po­wer­shark et Wa­ve­blade (699 € et 269 €), ils dis­pensent d’ap­pli­quer l’an­ti­fou­ling. Plus ba­sique mais ré­ser­vée à l’hi­ver­nage à flot ou aux longs sta­tion­ne­ments : la bâche ! Laide, éven­tuel­le­ment com­pli­quée à po­si­tion­ner à cause de la quille… mais éco­no­mique et très ef­fi­cace !

La si­li­cone se pose aus­si au pin­ceau et reste une al­ter­na­tive non toxique aux pro­duits bio­cides.

Notre First 210 Voile Ma­ga­zine a bé­né­fi­cié de la pose, par un pro­fes­sion­nel, du film adhé­sif Uni­flow.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.