L’île de Sein

Voile Magazine - - SOMMAIRE -

Vous avez écu­mé tous les bis­trots et vi­si­té le Port Mu­sée à Douar­ne­nez. Vous sou­hai­tez pous­ser en­core plus au sud. C’est le mo­ment de faire le grand saut et de fran­chir le raz de Sein ! Au mo­ment d’ap­pa­reiller, un sen­ti­ment d’ex­ci­ta­tion mê­lé à de l’ap­pré­hen­sion vous ti­tille le ventre. Dans les grandes lignes, voi­ci ce qui vous at­tend…

Pour fran­chir le raz de Sein, passage de 2 milles de large et d’en­vi­ron 5 de long entre la pointe du Raz et l’île de Sein, quelques pré­cau­tions d’usage sont à res­pec­ter pour en gar­der un bon souvenir. Com­pa­ré à nos in­tré­pides aî­nés qui n’avaient que les cartes pa­pier et leur sens marin pour s’orien­ter, nous sommes gâ­tés. Le GPS nous fa­ci­lite drô­le­ment la tâche, ne nous en plai­gnons pas ! Mais le piège se­rait de res­ter « scot­ché » à l’écran de la ta­blette. Une bonne lec­ture du pay­sage vous per­met­tra de re­pé­rer fa­ci­le­ment les prin­ci­paux amers. Le pre­mier sur la liste est Té­ven­nec, source d’ins­pi­ra­tion de nom­breuses lé­gendes bre­tonnes tout à fait mor­bides. Ne vous lais­sez pas im­pres­sion­ner par la beau­té si­nistre de ce sombre ro­cher. Le phare marque les dan­gers nord du Raz. Vous pou­vez le contour­ner par l’est ou l’ouest. En ve­nant du nord, Té­ven­nec consti­tue la pre­mière pointe d’un tri­angle com­plé­té par le phare de La Vieille (au large de la pointe du Raz) et ce­lui du Chat (à l’est de l’île de Sein). Pas de crainte concer­nant le ba­li­sage, le raz de Sein est bien équi­pé !

CARESSEZ LE RAZ DANS LE SENS DU POIL

Le prin­ci­pal dan­ger est de se faire pié­ger par le cou­rant du grand ta­pis rou­lant. Au mi­lieu du Raz, le cou­rant at­teint une vi­tesse de 6,5 noeuds, en vives-eaux moyennes (co­ef­fi­cient 95). Avec un tel « jus », l’idéal est de se pla­cer en em­bus­cade dans un mouillage d’attente (baie des Tré­pas­sés, plage de Theo­len, mouillage de Bré­zel­lec) et de s’en­ga­ger dans le Raz à l’étale. Si les condi­tions mé­téo sont bonnes, le cou­rant est la seule réelle source de dan­ger. Une carte de dé­tail de la zone ain­si qu’une carte des cou­rants sont in­dis­pen­sables. Et ne né­gli­gez pas les « cailloux » qui pour­tant ne me­nacent pas de cha­touiller votre quille : des hauts-fonds si­tués à plus de 10 m de pro­fon­deur peuvent sou­le­ver une houle per­ni­cieuse. Autre scé­na­rio à évi­ter à tout prix : fran­chir le raz de Sein lorsque le vent et la houle s’op­posent au cou­rant. Mais si le temps est clé­ment et que vous pas­sez à la bonne heure, le raz de Sein est tout à fait car­ros­sable et sa beau­té brute vous lais­se­ra un souvenir im­pé­ris­sable.

LE PASSAGE DU TROUZIARD

Pas de trouillard au Trouziard : ce passage est un che­min de tra­verse qui per­met de rac­cour­cir la route. Ce trou de sou­ris de 70 m de large im­pose de jouer au rase-cailloux au nez et à la barbe de La Vieille et de la pointe du Raz, en se fau­fi­lant entre les roches de Gor­lé­greis et du Trouziard. Il va sans dire qu’il faut bien cal­cu­ler son coup pour pas­ser pile à l’étale : la vi­tesse du cou­rant est de 8 noeuds au plus fort du flot en vives-eaux. A n’em­prun­ter que par grand beau temps, belle mer, avec sang-froid et pré­cau­tion. Ce­la dit, il y en a bien qui passent le cap Horn par pé­tole !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.