L’ar­chi­pel de Glé­nan

Voile Magazine - - SOMMAIRE -

On ne vous épar­gne­ra pas l’in­usable com­pa­rai­son de l’ar­chi­pel de Glé­nan avec les su­blimes la­gons tro­pi­caux. Il est vrai que les pho­tos aé­riennes sont trom­peuses. Bon, ce que les guides tou­ris­tiques ne disent pas, c’est que le bleu tur­quoise n’est va­lable que par beau temps. Mais même lorsque le ciel est plus gris, les neuf îles et la my­riade d’îlots ont un charme fou. Très fré­quen­té en été par les lo­caux, les tou­ristes et les sta­giaires de l’école de voile des Glé­nans, l’ar­chi­pel est plus pré­ser­vé hors sai­son, d’au­tant que les ha­bi­tants sai­son­niers quittent alors les îles.

For­mé par un en­semble d’îles qui s’étend au large entre Loc­tu­dy et la pointe de Tré­vi­gnon, l’ar­chi­pel de Glé­nan n’est qu’à une poignée de milles des ports de Loc­tu­dy, Bé­no­det, Port­la Fo­rêt et Concar­neau. « Les îles », comme on les ap­pelle de­puis le conti­nent, amor­tissent les vagues et pro­tègent avan­ta­geu­se­ment la baie de La Fo­rêt de la houle. Si la mer est calme dans la baie, ce n’est pas for­cé­ment le cas aux Glé­nan : très basses, les îles sont ex­po­sées aux vagues qui, à ma­rée haute, en font ai­sé­ment le tour. Une bonne fe­nêtre mé­téo est donc in­dis­pen­sable pour mouiller se­rei­ne­ment. La na­vi­ga­tion à tra­vers le champ de mines des roches af­fleu- rant re­quiert éga­le­ment toute votre at­ten­tion, d’au­tant que le ba­li­sage est suc­cinct. Les ma­rées as­so­ciées aux faibles pro­fon­deurs peuvent aus­si vous jouer des tours : le pay­sage change vite de phy­sio­no­mie ! Pour les ap­pren­tis ma­rins, la na­vi­ga­tion entre les îles est un très bon exer­cice. A l’époque où l’élec­tro­nique n’avait pas en­core en­va­hi les tables à cartes, se for­mer à l’école de voile des Glé­nans (avec un « s ») était un gage d’ex­cel­lence. Au­jourd’hui, l’aide d’un GPS tra­ceur est ô com­bien pré­cieuse. Mais mieux vaut avoir une carte de dé­tail de la zone et ne pas na­vi­guer les yeux scot­chés à l’écran. C’est le meilleur moyen de se faire pié­ger. Et n’ou­bliez pas le fa­meux dic­ton : « Quand les mouettes ont pied, il est temps de vi­rer ! ». Plus sé­rieu­se­ment, un bon moyen de s’orien­ter est de suivre des ali­gne­ments (cf. en­ca­drés). Cette mé­thode per­met de main­te­nir pré­ci­sé­ment sa route et de se rendre compte de l’ef­fet du cou­rant. Il faut en ef­fet être at­ten­tif en ap­pro­chant l’ar­chi­pel par le nord : le cou­rant tra­ver­sier n’est pas né­gli­geable (mais ne dé­passe pas 2,5 noeuds). Les routes in­di­quées en vio­let sur la carte (A, B, C, D et E) per­mettent d’en­trer dans La Chambre, mouillage prin­ci­pal de l’ar­chi­pel. Mais vous pou­vez vous en ins­pi­rer pour re­joindre un autre mouillage. Des coins où je­ter l’ancre, ce n’est ce qui manque aux Glé­nan. Ne vous li­mi­tez donc pas à ceux men­tion­nés ci-après.

L'île aux Moutons, à mi-che­min entre la pointe de Mous­ter­lin et l'ar­chi­pel, est une ré­serve or­ni­tho­lo­gique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.