Le Pou­li­guen et Por­ni­chet

L'im­mense de baie de La Baule est pro­té­gée du large par une suc­ces­sion de roches que l'on re­trouve dans l'ali­gne­ment de la pointe de Pen­châ­teau et de l'île des Evens. Une bar­rière na­tu­relle que l'on fran­chit par la passe des Gué­ran­daises.

Voile Magazine - - SOMMAIRE -

L'in­es­thé­tique front de mer de la baie de La Baule, dé­fi­gu­ré dans les an­nées 1970 par la fré­né­sie des pro­mo­teurs et des ar­chi­tectes s'est un peu ar­ran­gé ces der­nières an­nées. Le rem­blai, long­temps com­pa­rable à une voie ra­pide, est au­jourd'hui ci­vi­li­sé (pistes cy­clables). Tous ceux qui au­ront le loi­sir de se pro­me­ner le long de la plage Be­noît – ac­ces­sible de­puis le port du Pou­li­guen – ou dans les rue si­nueuse de La Bau­leles-Pins (après l'ave­nue De Gaulle) pourront se faire une idée de ce qu'était, au XIXe siècle, cette ci­té bal­néaire bour­geoise. En ve­nant du Croi­sic, le plus simple est d'em­prun­ter la passe des Gué­ran­daises, plus sûre que la passe des Troves, plus sud et non éclai­rée, avant de vi­rer la pointe de Pen­châ­teau, cap sur le char­mant mais sou­vent en­com­bré port du Pou­li­guen ou de prendre l'ali­gne­ment pour Por­ni­chet. Ce der­nier pos­sède toutes les fa­ci­li­tés d'une ma­ri­na mo­derne mais souffre de son iso­le­ment à l'ex­trême Est de la baie, loin de la prin­ci­pale at­trac­tion lo­cale : le sel ! Dif­fi­cile en ef­fet d'of­frir une si­tua­tion aus­si par­faite que le port du Pou­li­guen de­puis le­quel il est pos­sible en par­tir ran­don­ner à pied ou à vé­lo (nom­breux loueurs) dans les ma­rais sa­lants qui com­mencent juste der­rière le port.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.