Le Grand Port ma­ri­time de Bor­deaux me­na­cé

Voile Magazine - - Actus -

Ero­sion du tra­fic, di­rec­tion cri­ti­quée, cli­mat so­cial « ex­plo­sif », dra­gage en grève… Le Grand Port ma­ri­time de Bor­deaux (GPMB) qui em­ploie 15 000 per­sonnes, semble dans l’im­passe. La preuve ? Dé­but mai, MSC, le deuxième trans­por­teur mon­dial de conte­neurs, a pré­fé­ré lar­guer les amarres du port de Bor­deaux pour le… train. Las de la dé­gra­da­tion de la fia­bi­li­té des ser­vices, le géant ita­lo-suisse a pré­fé­ré le rail au port. Et ce n’est pas le seul. Le port a per­du la moi­tié de son tra­fic de conte­neurs. Un autre dys­fonc­tion­ne­ment est ve­nu s’ajou­ter à la liste : de­puis le 24 août, le port n’est plus dra­gué. La CGT fait grève afin de voir ho­no­rer la pro­messe de trois re­cru­te­ments sup­plé­men­taires. Le blo­cage de la drague pour­rait ra­pi­de­ment pé­na­li­ser de grands in­dus­triels du ter­ri­toire. Pour l’heure, l’an­nonce « fra­cas­sante » du dé­part de MSC a eu pour seul ef­fet d’en­ve­ni­mer le cli­mat so­cial en in­terne. Trois au­dits sont en cours : un gé­né­ral, un autre sur l’op­por­tu­ni­té de ré­gio­na­li­ser ce port d’Etat, mais aus­si sur un rap­pro­che­ment de la gou­ver­nance avec La Ro­chelle. Pas moins de 15 000 em­plois di­rects et in­di­rects sont liés à l’ac­ti­vi­té du port. La clé se­ra de par­ve­nir à ras­sem­bler les ac­teurs éco­no­miques et po­li­tiques au­tour de la table.

Grève du dra­gage, éro­sion du tra­fic... tout n’est pas rose pour le GPMB.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.