1978 : LA NAIS­SANCE D’UNE COURSE MY­THIQUE

Voile Magazine - - Route Du Rhum -

UN GRAND MER­CI

Mes­sieurs les An­glais. Sans vous, sans les membres du Royal Wes­tern Yacht Club de Ply­mouth, sans votre dé­ci­sion de li­mi­ter la taille des ba­teaux à 56 pieds pour la tran­sat en so­li­taire de 1980, la Route du Rhum n’au­rait sans doute ja­mais vu le jour. Le chan­ge­ment de la part des Bri­tan­niques, créa­teurs de la tran­sat an­glaise en so­li­taire l’OSTAR, dis­pu­tée tous les quatre ans de­puis 1960, ne re­lève pas du ha­sard. Il puise ses ori­gines dans le gi­gan­tisme des concur­rents de la Tran­sat de 1976. Le cou­pable dé­si­gné : le quatre-mâts de 72 mètres Club Mé­di­ter­ra­née, me­né par Alain Co­las, et les deux dis­pa­ri­tions qui ont en­deuillé l’épreuve frap­pée par le pas­sage de cinq dé­pres­sions. En France, on s’in­surge contre cette règle dis­cri­mi­na­toire avant qu’un homme, Mi­chel Ete­ve­non, ne se dé­cide à ré­agir et ima­gine la pre­mière tran­sat à la fran­çaise, la Route du Rhum. Dans le monde de la voile, il s’est dé­jà fait connaître comme ar­ma­teur des Kri­ter, le pre­mier du nom en­ga­gé dans la pre­mière Whit­bread de 1973 et le Kri­ter II me­né par Oli­vier de Ker­sau­son en 1975 dans la course Londres-Syd­ney-Londres. Si sa culture ma­ri­time est proche de zé­ro, le frère de la co­mé­dienne Mi­che­line Dax est un homme de spec­tacle dou­blé d’un pu­bli­ci­taire. Il a col­la­bo­ré avec Bru­no Co­qua­trix, di­rec­teur de l’Olym­pia, ou en­core as­su­ré la pro­mo­tion des Vins du Pa­triarche avec les Kri­ter. Son cre­do : que les courses à la voile quittent leur do­maine ré­ser­vé, ce­lui des spé­cia­listes, pour s’ou­vrir au grand pu­blic. Saint-Ma­lo se­ra la ville de dé­part dont les rem­parts offrent un point de vue pri­vi­lé­gié sur les concur­rents ras­sem­blés dans le bas­sin Vau­ban. Char­gé par les rhu­miers de Gua­de­loupe d’as­su­rer leur pro­mo­tion, il choi­sit Pointe-à-Pitre comme ville d’ar­ri­vée. Spec­tacle oblige, une bouée vi­sible de­puis la terre se­ra mouillée au cap Fré­hel, que les concur­rents de­vront vi­rer avant de tra­ver­ser l’At­lan­tique. « On part en hi­ver au mois de no­vembre, on ar­rive en été. » Le concept de la pre­mière Route du Rhum ren­contre d’em­blée l’adhé­sion du pe­tit monde de la course au large. Jus­qu’au di­manche 5 no­vembre, les quais du bas­sin Vau­ban voient dé­fer­ler une foule im­mense ve­nue dé­cou­vrir les 38 en­ga­gés. Les ac­cès aux pon­tons sont libres. Pas de bar­rière à fran­chir pour ve­nir ad­mi­rer ces so­li­taires dont bon nombre d’entre eux vivent à bord. Quant à la flotte, force est de re­con­naître qu’elle est cos­mo­po­lite. Les vrais ba­teaux de course me­nés par les grands noms de la voile ne sont qu’une mi­no­ri­té. Il souffle en­core un par­fum d’aven­ture sur cette pre­mière édi­tion du Rhum. Pour com­bien de temps ? La ques­tion n’est pas en­core à l’ordre du jour à l’heure des pro­nos­tics. Mi­chel Ma­li­novs­ky, « Ma­li­no » pour ses amis, fait par­tie des fa­vo­ris. Jour­na­liste à Nep­tune-Nau­tisme, char­gé d’es­sayer les nou­veaux ba­teaux, il a fait ap­pel à son ami Serge Gal­lian pour construire Kri­ter V, un su­perbe mo­no­coque de 21 mètres des­si­né par An­dré Mau­ric. Ma­rin d’ex­cep­tion, d’une ri­gueur ex­trême, il dis­pose d’une mac­hine taillée pour le près, ca­pable de faire la dif­fé­rence dans le pre­mier tiers du par­cours. Oli­vier de Ker­sau­son part sur un tri­ma­ran de 23 mètres, Kri­ter IV. Une belle mac­hine qui au­rait mé­ri­té plus de mise au point. Si Eric Ta­bar­ly est ab­sent – il se conten­te­ra de don­ner le dé­part de­puis le fer­ry l’Ar­mo­rique –, Alain Co­las s’aligne au dé­part sur l’ex- Pen Duick IV, dé­sor­mais bap­ti­sé Ma­nu­re­va. Dé­lais­sant l’ani­ma­tion du bas­sin, Alain a pré­fé­ré se pré­pa­rer sur les bords de Rance, au chan­tier Gay. On dit le tri­ma­ran fa­ti­gué, le ma­rin pas au meilleur de sa forme.

Eu­gène Ri­gui­del sur VSD, Yvon Fau­con­nier sur Li­li Ag­gie, l’ex- Ven­dre­di 13 de Jean-Yves Ter­lain, ou en­core Marc Pa­jot en­ga­gé sur un ca­ta, font par­tie des out­si­ders. Du cô­té des étran­gers, le grand tri­ma­ran de 23 mètres Disque d’Or, me­né par le Suisse Pierre Fehl­man, at­tire plus les foules qu’Olym­pus Pho­to, le tri poids plume de Mike Birch, de la sé­rie des A’Ca­pel­la, prê­té par son ami, l’Amé­ri­cain Wal­ter Greene. Qu’im­porte si, dans la Tran­sat 76 en so­li­taire, l’ex-convoyeur de yachts re­con­ver­ti dans la course au large n’a ter­mi­né qu’à 24 heures de Pen Duick VI. La mé­moire est sé­lec­tive.

MA­NU­RE­VA NE REPOND PLUS

En­fin une jeune fille, Flo­rence Ar­thaud, qui vient de fê­ter son 21e an­ni­ver­saire dans le bas­sin Vau­ban, se livre à une course contre la montre pour ache­ver la pré­pa­ra­tion de son mo­no­coque en alu de 11 mètres,

Ex’Pé­ri­men­tal. C’est sa pre­mière tran­sat en so­li­taire. Le pre­mier dé­fi qu’elle tente, elle qui est choyée au quo­ti­dien par ses pa­rents. La course, dont le dé­part est don­né par un temps de de­moi­selle, a été maintes fois évo­quée. Per­sonne n’au­rait ima­gi­né qu’elle al­lait connaître un tel scé­na­rio. Les po­si­tions des concur­rents sont aléa­toires. La ba­lise Ar­gos n’ar­ri­ve­ra qu’un an plus tard, lors de la tran­sat en double Lo­rient-Les Ber­mu­desLo­rient. Les com­mu­ni­ca­tions se font par BLU, via la sta­tion de Saint-Lys Ra­dio, pré­texte à de longues mi­nutes d’at­tente pour avoir la bonne fré­quence. Et cô­té op­tions mé­téo, cha­cun fait avec les moyens du bord. Le 17 no­vembre, douze jours après le dé­part, c’est un mes­sage d’Alain Co­las qui sème le trouble. « Il n’y a plus de mer. Il n’y a plus de ciel. Je suis au centre du cy­clone. » Ce se­ra son der­nier mes­sage. Qu’est-il ar­ri­vé ? On ne le sau­ra ja­mais. On ne re­trou­ve­ra ja­mais rien. Hy­po­thèse la plus pro­bable, Ma­nu­re­va s’est dis­lo­qué dans le mau­vais temps. Du cô­té de la Gua­de­loupe, ja­mais Mi­chel Ete­ve­non n’au­rait ima­gi­né un tel fi­nal. Pour­tant, à 400 mètres de la ligne d’ar­ri­vée, la lé­gende de la Route du Rhum s’écrit pour l’éter­ni­té. Ma­li­no est en tête quand il at­taque le ca­nal des Saintes. Il creuse l’écart sur son pour­sui­vant di­rect, Mike Birch, qui a choi­si d’af­fron­ter la tra­ver­sée par une route sud. Les dés semblent je­tés, le vain­queur tout dé­si­gné. C’est sans comp­ter sur le der­nier bord dis­pu­té au dé­bri­dé où Olym­pus bon­dit sur sa proie pour fi­na­le­ment le dé­pas­ser. 98 se­condes les sé­parent au terme de 23 jours et 6 heures de course. 98 se­condes, le temps qui sé­pa­rait Birch de Ma­li­no au pas­sage de la bouée de Fré­hel. Un signe, non ? 36 concur­rents au dé­part, 24 clas­sés. 1er : Mike Birch ( Olym­pusP­ho­to), 23 j 6 h, 2e : Mi­chel Ma­li­novs­ky, ( Kri­terV), 23 j 7 h, 3e : Phil Weld ( Ro­gueWave), 23 j 15 h.

Olym­pus au dé­part de Saint-Ma­lo. A l’ar­ri­vée, Mike se par­ta­ge­ra le prix du vain­queur avec son ami Wal­ter Greene, pro­prié­taire du tri jaune.

Mi­chel Ma­li­novs­ky, à la barre de Kri­ter V.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.