Yves Co­gan veille sur le style

Voix du Jura - - Evénement -

Ré­cem­ment ra­che­té par Mon­dot­ti­ca, mais res­tant une di­vi­sion à part au sein du groupe, le Ju­ras­sien Yves-Co­gan, ba­sé à Mo­linges, pré­sen­tait ses nou­veau­tés et une mon­ture très particulière bap­ti­sée Je­wel, réa­li­sée en pla­qué or avec un ser­tis­sage de 122 diamants dont le prix se­rait d’en­vi­ron 8 000 €. « On pour­rait la vendre, mais c’est sur­tout une prouesse, là pour mon­trer notre sa­voir-faire », était-il ex­pli­qué.

Le design et la « patte Co­gan » res­tent ce­pen­dant l’ADN de la marque. C’est d’ailleurs Yves Co­gan lui-même qui conti­nue à veiller sur le style des pro­duits avec une gamme « chic, élé­gante, confor­table mais avec une pe­tite touche spor­tive et plu­tôt mé­tal­lique pour les mes­sieurs ; tren­dy, néo­ré­tro et glamour, mé­lan­geant acé­tate et branches mé­tal » pour les dames.

Dans un sou­ci d’ex­clu­si­vi­té le lu­ne­tier a ain­si mis la main sur d’an­ciennes plaques d’acé­tate qui sont tra­vaillées en superposition pour ap­por­ter des nuances très fines aux mon­tures. « Ce sont les pe­tits dé­tails qui font que nos lu­nettes sont aty­piques, dif­fé­rentes, avec un ef­fet bi­jou qui plaît à nos clients. »

La gamme s’est aus­si adap­tée aux nou­velles mor­pho­lo­gies, avec une évo­lu­tion vers des tailles de vi­sages plus grandes… Et c’est peut-être cette at­ten­tion toute particulière por­tée aux dé­tails qui fait que les clients res­tent souvent fi­dèles à la marque.

Sur le jo­li stand de la griffe Lafont, ce sont bien des lu­nettes « made in Ju­ra » qui étaient pro­po­sées, fa­bri­quées par l’en­tre­prise Thier­ry SA, de Mor­bier. Avec 130 em­ployés et une pro­duc­tion 50 000 pièces par an, c’est l’un des plus gros sites de pro­duc­tion de France. Et si son pa­tron était pré­sent sur le stand, c’est parce qu’avec Thier­ry Lafont, la col­la­bo­ra­tion dure de­puis 40 ans : « on a gran­di en­semble », ex­pli­quait Joël Thier­ry.

Là en­core, la pro­duc­tion est bien ju­ras­sienne. « On part des des­sins et on va jus­qu’au pro­duit fi­ni. » Spé­cia­li­sé à la base dans l’acé­tate, l’ate­lier est ve­nu au mé­tal dans les an­nées 90. Et si les mon­tures acé­tates res­tent ma­jo­ri­taires, la part du mé­tal aug­mente, de même que celle des mon­tures com­bi­nées, acé­tate et mé­tal pour des marques comme Théo ou Anne et Va­len­tin.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.