Le cham­pi­gnon s’ex­pose au Puits Sal­lé

Voix du Jura - - Ville -

Voi­là près d’un de­mi-siècle que chaque an­née, la so­cié­té mycologique du Ju­ra or­ga­nise son tra­di­tion­nel sa­lon du cham­pi­gnon. Au Puits Sal­lé, ce week-end, ils étaient plu­sieurs cen­taines à par­cou­rir les al­lés de ce pe­tit sa­lon qui sent bon l’au­tomne. Sur des di­zaines de tables, les cham­pi­gnons de toutes sortes étaient ex­po­sés au re­gard des cu­rieux ; du plus ap­pé­tis­sant, au plus toxique, voir mor­tel. « Le but de ce ren­dez­vous est de faire dé­cou­vrir au grand pu­blic la di­ver­si­té de la flore mycologique du Ju­ra, mais aus­si de sen­si­bi­li­ser à ses dan­gers », ex­plique Alain Le­char­tier, pré­sident de la so­cié­té mycologique.

Si la ques­tion ré­cur­rente qui se po­sait à l’en­trée du sa­lon, sur le stand d’iden­ti­fi­ca­tion des cham­pi­gnons était « est ce que ça se mange ? », le pré­sident ré­pon­dait de ses nom­breux conseils avi­sés. « Tout d’abord pas de sac plas­tique, qui em­pêche les cham­pi­gnons de res­pi­rer et qui tasse ceux du fond ; pré­fé­rez-y un pa­nier, avec un peu de mousse dé­po­sé au fond. Si pos­sible, évi­ter de mé­lan­ger plu­sieurs sortes ; pas qu’ils risquent de se conta­mi­ner les uns les autres, ce qui est im­pos­sible par simple contacte, mais parce que vous ris­que­rez de vous y perdre. Pen­sez éga­le­ment à cueillir les cham­pi­gnons avec leur pied, sans quoi l’iden­ti­fi­ca­tion se­ra ren­due plus com­plexe, voir im­pos­sible. En­fin, et sur­tout, ne consom­mez pas les cham­pi­gnons lorsque vous n’êtes pas sûr. » En­fin, sur la lé­gende du phar­ma­cien chez qui vous pou­vez faire iden­ti­fier vos cham­pi­gnons, Alain Le­char­tier est clair : « en­core faut-il qu’ils les aient étu­diés lors de ses études, ce qui n’est plus tou­jours le cas. » [J.F.]

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.