Les PO­LI­GNY, SAINT-LAURENT-EN-GRAND­VAUX. des routes veille­ront au grain tout l’hi­ver

Voix du Jura - - Jura -

Grâce aux nou­velles sondes pla­cées sur leurs vé­hi­cules de pa­trouille, la DIR Est peau­fine ses ana­lyses mé­téo et sa ré­ac­ti­vi­té.

Même si « l’au­tomne in­dien » semble per­sis­ter, les hommes et les femmes de la DIR Est (Di­rec­tion in­ter­dé­par­te­men­tale des routes de l’est) sont d’ores et dé­jà prêts à af­fron­ter les ri­gueurs de l’hi­ver pour l’en­tre­tien des 70 ki­lo­mètres de RN5 et 30 ki­lo­mètres de RN 83 qui leur sont dé­vo­lus (les autres sec­teurs étant en­tre­te­nus par le conseil dé­par­te­men­tal ou les com­munes). Ba­sés aux centres d’en­tre­tien et d’in­ter­ven­tion (CEI) de Po­li­gny et Saint-Lau­ren­ten-Grand­vaux, 26 chauf­feurs, 6 res­pon­sables d’in­ter­ven­tion et 2 chefs de centre sont aux aguets jus­qu’à la mi-avril. Des moyens im­pres­sion­nants ré­par­tis en « une équipe de jour (7h30-16h) et une équipe de nuit (5h30-13h) » ex­plique Tho­mas Villal­ba, chef du dis­trict de Be­san­çon.

Mais une as­treinte (6 chauf­feurs et 2 res­pon­sables d’in­ter­ven­tion) veille 24h/24 et 7 jours/7 pour main­te­nir les routes na­tio­nales « au noir » dans un dé­lai maxi­mal de quatre heures après la chute de neige ou l’ap­pa­ri­tion de ver­glas. « Sur la voie de droite » pré­cise tou­te­fois Tho­mas Villal­ba, ma­nière de dire que les dé­pas­se­ments en cas de fortes chutes de neige sont vi­ve­ment dé­con­seillés. A for­tio­ri pour les poids lourds (PTAC su­pé­rieur à 3,5 tonnes) pour qui l’ar­ticle 5414-17 I.1 du code de la route édicte une in­ter­dic­tion for­melle. Du­rant les mois à ve­nir, il fau­dra donc vous ar­mer de pa­tience et an­ti­ci­per vos dé­pla­ce­ments… en par­ti­cu­lier si vous sui­vez un chasse-neige (vi­tesse maxi­male li­mi­tée à 50 km/h). Cô­té ma­té­riel, la DIR Est dis­pose de 6 ca­mions (de 19 à 26 tonnes) pou­vant tout à la fois chas­ser la neige avec une étrave (voire une fraise) et/ou ré­pandre du sel ou de la sau­mure sur la chaus­sée.

« Jus­qu’à -7/-8°C, le sel seul est ef­fi­cace » cir­cons­tan­cie la DIR Est. « Entre -8°C et -12°C, il faut uti­li­ser un mé­lange d’eau et de sel (sau­mure) pour at­ta­quer le ver­glas, et en des­sous de -12°C, tout sa­lage de­vient in­ef­fi­cace ». Des fon­dants uni­que­ment mis en oeuvre contre le ver­glas : « Con­trai­re­ment aux idées re­çues, le sel ne dé­neige pas ! ». Seule l’étrave per­met de ve­nir à bout de chutes de neige, « le sel n’est pas la so­lu­tion mi­racle à tout » in­siste la DIR Est. Sou­cieuse de ré­duire l’im­pact en­vi­ron­ne­men­tal de la via­bi­li­té hi­ver­nale, elle ne sale d’ailleurs plus au­tant qu’avant : « 10 à 15 g/m2 en pré­ven­tif » pré­cise Joël Pac­card, chef du centre de Po­li­gny, voire « 30 g/ m2 en cu­ra­tif ». Même en li­mi­tant le dé­ver­se­ment de sel dans la na­ture, le centre de Po­li­gny épand en moyenne 800 à 900 tonnes par hi­ver, un bud­get de près de 150 000 €/an pour le centre de Saint-Laurent. Chaque centre dis­pose de 1 000 à 1 200 tonnes de ré­serve qui leur per­mettent de ga­ran­tir une au­to­no­mie d’en­vi­ron 15 jours. Le sa­lage se­ra en­core plus ci­blé en cet hi­ver 2017 grâce aux sondes que la DIR Est vient de pla­cer sur ses Kan­goo de pa­trouillage : « Nous pour­rons ain­si sa­voir quelle est la tem­pé­ra­ture de l’air, de la chaus­sée, et du point de ro­sée » sans sor­tir du vé­hi­cule ex­plique Tho­mas Villal­ba : un gain de sé­cu­ri­té et de ra­pi­di­té pour les agents, ren­for­cée par un sup­port mé­téo ba­sé à Be­san­çon. « Un point mé­téo est réa­li­sé le ma­tin et vers 16 h par un ana­lyste qui uti­lise les moyens mis à dis­po­si­tion par mé­téo-France. Par­mi eux, un ra­dar de pré­ci­pi­ta­tions où on peut voir la neige ar­ri­ver ». Grâce aux pa­trouilles réa­li­sées sur le ter­rain par les res­pon­sables d’in­ter­ven­tion (en prio­ri­té sur les zones sen­sibles – hu­mides, om­bra­gées, etc.-), des moyens peuvent aus­si être dé­clen­chés sur de­mande. Grâce à cet im­pres­sion­nant ar­se­nal, les Ju­ras­siens de­vraient une nou­velle fois rou­ler en re­la­tive sé­ré­ni­té cet hi­ver. Res­tent tou­te­fois les nom­breuses por­tions de routes dé­par­te­men­tales ou communales, par­fois moins bien lo­ties : ne vous faites pas sur­prendre lorsque vous quit­tez la RN5 ou la RN 83 ! Et res­tent aus­si les va­can­ciers in­ex­pé­ri­men­tés qui tels la sar­dine bou­chant le port de Mar­seille peuvent à eux seuls in­ter­rompre le tra­fic…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.