SANTÉ. La chambre des er­reurs… à évi­ter

C’est un vé­ri­table car­re­four d’ex­pé­riences et d’échanges entre les pro­fes­sion­nels de santé qui a eu lieu dans la salle Ga­li­lée du Car­com mer­cre­di 25 oc­tobre.

Voix du Jura - - Lons -

In­vi­tés par les re­pré­sen­tants de l’HAD (hos­pi­ta­li­sa­tion à do­mi­cile) à l’oc­ca­sion de la Se­maine de la sé­cu­ri­té des pa­tients, ils ont été plus d’une cin­quan­taine de pro­fes­sion­nels - in­fir­mières li­bé­rales, ki­né­si­thé­ra­peutes, os­téo­pathes…à s’être ins­crits pour ré­pondre à un ques­tion­naire et bé­né­fi­cier de rap­pels tout en jouant le jeu du soi­gnant af­fai­ré à por­ter les soins à un ma­lade al­lon­gé sur un bran­card.

L’hy­giène des mains, le sto­ckage, l’ad­mi­nis­tra­tion des mé­di­ca­ments, la ges­tion des trai­te­ments sont par exemple des gestes simples pra­ti­qués tous les jours qui mé­ritent des pré­cau­tions élé­men­taires tout comme le tri des se­ringues, des com­presses, des sondes uri­naires ou gas­triques, des ai­guilles souillées… L’exemple de cette ma­lade, femme ma­riée âgée de 65 ans, a ser­vi de test gran­deur na­ture. « At­teinte d’un can­cer, trai­tée par chi­mio­thé­ra­pie, elle est por­teuse d’une sonde à de­meure. Elle connaît sa pa­tho­lo­gie, elle doit ren­con­trer une as­sis­tante so­ciale pour dé­po­ser un plan d’aide Al­lo­ca­tion per­sonnes âgées, elle fa­tigue vite, il faut pré­voir les vi­sites d’in­fir­mières à do­mi­cile, la pres­crip­tion d’un ki­né… ». L’exer­cice gran­deur na­ture rap­pelle à la réa­li­té.

Com­ment bé­né­fi­cier de l’HAD ? Quel que soit l’âge, si on est at­teint d’une ma­la­die grave, ai­guë, chro­nique, que l’on soit chez soi, en Eh­pad, dans un éta­blis­se­ment so­cial ou mé­di­co-so­cial après une pres­crip­tion, une éva­lua­tion, une mise en place au do­mi­cile et la réa­li­sa­tion des soins.

Christelle, aide-soi­gnante ac­tuel­le­ment ins­crite à l’école d’in­fir­mière, est par­ti­cu­liè­re­ment convain­cue de l’uti­li­té de ces jour­nées. « En y par­ti­ci­pant, je sa­lue les élèves in­fir­mières qui n’hé­sitent pas à s’im­pli­quer ».

La BBE (Bri­gade Bien Être), conduite par Léa Os­ter­mann, co­mé­dienne de la Com­pa­gnie 24 Ca­rats, vient de ren­trer de sa déam­bu­la­tion dans le quar­tier, ven­dre­di 3 no­vembre, en mi­lieu d’après-mi­di. Au cours des jours pré­cé­dents, la co­mé­dienne a tra­vaillé à l’Es­pace Mar­jo­rie avec une di­zaine d’en­fants de 6 à 11 ans qui ne partent pas en va­cances. Le but était de s’ap­pro­prier des si­tua­tions de théâtre bur­lesque pour les re­pro­duire du­rant leur déam­bu­la­tion, à la de­mande des ha­bi­tants du quar­tier ren­con­trés. Ce fut un par­tage sur­pre­nant pour les adultes, et une belle dé­pense d’éner­gie pour tous ces jeunes ap­pren­tis du théâtre de rue, en fin de va­cances. Cette ma­ni­fes­ta­tion clô­tu­rait ain­si en pa­ral­lèle les « Ani­ma­tions au pied de l’im­meuble » conduites par la Mai­son com­mune pour se faire en­core mieux connaître au­près des ha­bi­tants du quar­tier en ins­tal­lant, quelques après-mi­di, ate­liers d’ac­ti­vi­tés ma­nuelles et di­vers jeux géants au­tour d’un es­pace de dis­cus­sion et d’échange convi­vial.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.