M. Ber­jaud re­vient du cham­pion­nat d’Eu­rope de la­bour

Agri­cul­teur ins­tal­lé dans la com­mune et membre de l’équipe de France de la­bour, Mi­chel Ber­jaud vient de se clas­ser à la 12e place du cham­pion­nat d’Eu­rope de la­bour à plat qui se dé­rou­lait les sa­me­di 19 et di­manche 20 août à Dies­sen­ho­fen en Suisse.

Voix du Midi (Lauragais) - - La Une - Paul Hal­be­del paul.hal­be­del@voix­du­mi­di.fr

De­puis 40 ans, Mi­chel Ber­jaud la­boure les terres du Lau­ra­gais dans le cadre de sa pro­fes­sion d’agri­cul­teur. Mais le Saint-Fé­li­cien ma­nie éga­le­ment trac­teur et char­rue dans les champs de contrées par­fois bien plus loin­taines, par pas­sion pour cette tech­nique agri­cole.

C’était le cas les sa­me­di 19 et di­manche 20 août à Dies­sen­ho­fen, en Suisse, où l’agriculture a par­ti­ci­pé au cham­pion­nat d’Eu­rope de la­bour à plat 2017. « J’avais fi­ni à la troi­sième place des qua­li­fi­ca­tions na­tio­nales qui se dé­rou­laient en Ven­dée en 2016. Le pre­mier était qua­li­fié pour les cham­pion­nats du monde au Ke­nya et les deuxième et troi­sième pour le cham­pion­nat d’Eu­rope en Suisse. J’ai fi­ni à la 12e place par­mi 24 par­ti­ci- pants. L’autre Fran­çais Ma­thieu Cor­mo­rèche qui est de Lyon, a quant à lui fi­ni à la dixième place. Au fi­nal, j’ai fait un peu mieux que lors de ma pre­mière par­ti­ci­pa­tion au cham­pion­nat d’Eu­rope, en 2012 en Ir­lande du Nord, où j’avais ter­mi­né à la 18e place par­mi 26 concur­rents. Donc j’ai dé­ci­dé de conti­nuer », pré­cise Mi­chel Ber­jaud.

Il court les concours dans toute la France

Le Saint-Fé­li­cien a com­men­cé son par­cours la­bou­reur en 1976, avec une pre­mière par­ti­ci­pa­tion à un concours de la­bour en planche, équi­pé d’une char­rue Huard. En 1988, c’est avec une char­rue Kver­ne­land qu’il ter­mine à la sep­tième place de sa pre­mière fi­nale au ni­veau na­tio­nal, à Dom­loup en Ille-et-Vi­laine.

Mi­chel Ber­jaud amé­liore son clas­se­ment les an­nées sui­vantes ( cin­quième en 1989, sixième en 1992) et in­tègre fi­na­le­ment l’as­so­cia­tion France la­bour dont il est au­jourd’hui le vice-pré­sident. Il par­ti­cipe ain­si aux dif­fé­rentes qua­li­fi­ca­tions pour les épreuves in­ter­na­tio­nales et se classe no­tam­ment deuxième du cham­pion­nat na­tio­nal de la­bour en planche à Rouen (Seine-Ma­ri­time) avant de re­ve­nir dans la ca­té­go­rie la­bour à plat avec une cer­taine réus­site comme le dé­montrent ses deux par­ti­ci­pa­tions au cham­pion­nat d’Eu­rope en 2012 et 2017.

Avant ce cham­pion­nat d’Eu­rope en Suisse, l’agri­cul­teur lau­ra­gais n’a pas mé­na­gé ses ef­forts. « Je me suis beau­coup en­traî­né le week-end, en la­bou­rant au moins une dou­zaine de par­celles de­puis cet hi­ver », in­dique Mi­chel Ber­jaud. Lors des deux épreuves au pro­gramme du week-end de cham­pion­nat d’Eu­rope, sur prai­rie le sa­me­di et sur chaume le di­manche, le la­bou­reur est en ef­fet no­té sur dif­fé­rents cri­tères tech­niques : ré­gu­la­ri­té du sillon, pro­pre­té du tra­cé d’ou­ver­ture, ab­sence d’herbe ou bien de chaume sur l’ados…

Il veut trans­mettre sa pas­sion aux jeunes

Outre l’en­traî­ne­ment afin d’ar­ri­ver prêt lors de cette com­pé­ti­tion, Mi­chel Ber­jaud a éga­le­ment été obli­gé de gé­rer toute la lo­gis­tique que né­ces­site un dé­pla­ce­ment en Suisse avec l’en­semble de son ma­té­riel. « J’ai trans­por­té moi-même mon ma­té­riel en ca­mion jus­qu’en Suisse, soit 10 à 11 heures de route… Il faut sa­voir que je fais ça par pure pas­sion et non pas pour l’ar­gent. D’ailleurs, il n’y a rien à ga­gner ! J’ai la chance d’avoir plu­sieurs spon­sors qui m’ac­com­pagnent ce qui me per­met no­tam­ment de fi­nan­cer les dé­pla­ce­ments. On peut d’ail- leurs re­gret­ter que le mi­nis­tère de l’Agriculture ne nous aide pas un peu plus car il y a dans ces épreuves de la­bour un as­pect vrai­ment for­ma­teur. Ce­la per­met de tra­vailler des tech­niques qui sont à la base de l’agriculture et que l’on n’ap­prend pas for­cé­ment en école », note Mi­chel Ber­jaud.

Si le pro­chain ob­jec­tif du Saint-Fé­li­cien est la par­ti­ci­pa­tion aux fi­nales na­tio­nales de 2018 qui se tien­dront en Indre-et-Loire et se­ront qua­li­fi­ca­tives pour les Mon­diaux aux États- Unis et le cham­pion­nat d’Eu­rope en Ir­lande du Nord, le la­bou­reur lau­ra­gais a éga­le­ment comme am­bi­tion de trans­mettre sa pas­sion aux plus jeunes gé­né­ra­tions. « En­core une fois, c’est très for­ma­teur. Et j’ai­me­rais que le flam­beau soit re­pris par des jeunes agri­cul­teurs. Je me mets à leur dis­po­si­tion pour leur trans­mettre des conseils, pour les ai­der à trou­ver des char­rues… », sou­ligne Mi­chel Ber­jaud.

Mi­chel Ber­jaud vient de se clas­ser 12e du cham­pion­nat d’Eu­rope de la­bour à plat en Suisse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.