Ré­seaux so­ciaux, ce que « pèse » Tou­louse

Fa­ce­book, Twit­ter, Ins­ta­gram… Ces der­nières an­nées, l’usage des ré­seaux so­ciaux a ex­plo­sé. À Tou­louse, nos per­son­na­li­tés sont-elles re­con­nues dans ce mi­lieu ? Notre en­quête.

Voix du Midi (Toulouse) - - La Une -

Les ré­seaux so­ciaux, arme de com­mu­ni­ca­tion mas­sive. En pa­ral­lèle des sen­tiers plus tra­di­tion­nels, Twit­ter, Fa­ce­book, Ins­ta­gram and co ont ré­vo­lu­tion­né la fa­çon de faire pas­ser des mes­sages et de va­lo­ri­ser son image. « Dis-moi com­bien tu as de fol­lo­wers et de likes, je te di­rai si tu es une star » : c’est un peu l’adage ca­ché de ces ré­seaux so­ciaux, où une per­son­na­li­té po­li­tique, une star du foot ou un chan­teur est dé­po­si­taire de sa propre marque.

À Tou­louse comme ailleurs, il est de bon ton d’être sur les ré­seaux so­ciaux et de « faire tour­ner la ma­chine » pour ali­men­ter en anec­dotes, pho­tos et vi­déos des fans ja­mais re­pus. Voix du Mi­di Tou­louse a lis­té les per­son­na­li­tés et les institutions les plus in­fluentes par do­maine d’ac­ti­vi­té (don­nées da­tées de dé­but août 2017).

Les ré­seaux so­ciaux tou­lou­sains… dans le sport

Le Stade Tou­lou­sain a to­ta­le­ment ra­té sa sai­son spor­tive 2016- 2017 ( 12e). Mais sur le plan de l’image et du mar­ke­ting di­gi­tal, les Rouge et Noir res­tent les ca­dors dans la pla­nète rug­by en France. Dé­but juin 2017, Jean-Fran­çois Jeanne, le pa­tron fran­çais d’In­front Sport, la nou­velle ré­gie com­mer­ciale et mar­ke­ting du club, avait in­sis­té sur l’image de marque in­tacte des Rouge et Noir mal­gré les ré­sul­tats dé­ce­vants des der­nières sai­sons. Un ar­gu­ment mas­sue à l’heure d’in­ves­tir plu­sieurs mil­lions d’eu­ros dans le nou­veau pro­jet sta­diste…

Se­lon un pal­ma­rès éta­bli dé­but août par le site all­rug­by. com, le Stade Tou­lou­sain est le club le plus sui­vi sur les ré­seaux. Il se classe pre­mier sur Fa­ce­book (507 000 likes) et deuxième sur Twit­ter ( 282 000 fol­lo­wers). Sur la com­mu­nau­té to­tale, il de­vance Tou­lon et Cler­mont, les deux der­niers fi­na­listes du Top 14… sur le ter­rain. Cô­té joueurs, l’ai­lier Yo­hann Hu­get (292 000 abon­nés Twit­ter) et Maxime Mé­dard (195 000) se dé­tachent in­con­tes­ta­ble­ment.

Au TFC, le coach Pas­cal Du­praz a rap­pe­lé en dé­but de sai­son que le clas­se­ment du TFC lors de la sai­son 20162017 (13e) cor­res­pon­dait à son bud­get. Au cha­pitre des ré­seaux so­ciaux, les Vio­lets font un peu mieux en se clas­sant à la 10e place du nombre de fans Fa­ce­book (chiffres ar­rê­tés au 1er juin 2017). Ils de­vancent no­tam­ment Mont­pel­lier (12e), qui était leur pre­mier ad­ver­saire au Sta­dium, sa­me­di 12 août… Le TFC grimpe à la 7e place sur Twit­ter, ca­lé entre Lille et Nantes. Points com­muns entre le TFC et le Stade Tou­lou­sain : le conte­nu des ré­seaux so­ciaux, avec live-tweets et vi­déos des confé­rences de presse et des matchs, por­traits de joueurs, in­ter­views… De quoi ras­sa­sier leur com­mu­nau­té à la re­cherche de la moindre in­fo ! En re­vanche, le TFC semble avoir mis la pé­dale douce sur les coups de com’. On ne voit plus fleu­rir des vi­déos avec Fa­brice Eboué, Cris­tia­no Ro­nal­do avec le maillot du TFC ou un abon­ne­ment of­fert à la chan­teuse Beyon­cé…

Heu­reu­se­ment, les « pun­chlines » de Pas­cal Du­praz sont là pour pi­men­ter le quo­ti­dien mé­dia­tique du foot à Tou­louse et sor­tir le club de la tor­peur. À no­ter, en­fin, les 130 000 abon­nés Ins­ta­gram de l’avant-centre An­dy De­lort, ar­ri­vé sur les bords de Ga­ronne en jan­vier 2017. Une tête de gon­dole in­té­res­sante, mais De­lort reste loin des bu­teurs ve­dettes de la Ligue 1 que sont le Pa­ri­sien Edin­son Ca­va­ni (2,3 mil­lions d’abon­nés), le Ni­çois Ma­rio Ba­lo­tel­li (5,6 mil­lions sur Ins­ta­gram et 3,86 mil­lions de fol­lo­wers sur Twit­ter) ou le Mo­né­gasque Ra­da­mel Fal­cao (8,5 mil­lions de fans Ins­ta­gram !).

Le com­men­ta­teur de RMC « Ja­no » Res­sé­guié, né à Mon­tau­ban, a long­temps ar­pen­té la salle de presse du Sta­dium et fait vi­brer les ondes du sport tou­lou­sain entre 1989 et 2000. Il est au­jourd’hui una­ni­me­ment re­con­nu dans le mi­lieu comme l’un des meilleurs com­men­ta­teurs de foot à la radio et l’un des meilleurs spé­cia­listes, et évoque ré­gu­liè­re­ment ses ra­cines ré­gio­nales à l’an­tenne. Ce qui jus­ti­fie ses 94 300 fol­lo­wers.

En mo­to, Mike di Mé­glio, cham­pion du monde en 125 cm3 en 2008 et sa­cré cham­pion du monde de mo­to en­du­rance en juillet 2017, fé­dère une com­mu­nau­té de 11 100 « twit­tos » et plus de 21 000 fans Fa­ce­book.

Les ré­seaux so­ciaux tou­lou­sains… en po­li­tique

Ces der­nières an­nées, la mai­rie de Tou­louse truste ré­gu­liè­re­ment les po­diums des classements de mar­ke­ting di­gi­tal. Les fruits d’une stra­té­gie lan­cée il y a quelques an­nées. En avril 2015, une étude me­née par une société en con­seil de stra­té­gie di­gi­tale clas­sait Tou­louse 3e en termes de « rayon­ne­ment nu­mé­rique » der­rière Pa­ris et Lyon. Un pal­ma­rès qui prend en compte la per­for­mance des 50 plus grandes villes de France sur le web (en­semble des sites in­ter­net), les ré­seaux so­ciaux (pré­sence sur Fa­ce­book, Twit­ter ou Ins­ta­gram) et le mo­bile (sites et ap­pli­ca­tion). En juin 2016, la fièvre de l’Euro de foot avait fait de Tou­louse la ville qui ga­zouillait le plus. À l’heure ac­tuelle, sur Twit­ter, le compte de la Ville rose in­dique 188 000 abon­nés. Une bonne per­for­mance… mal­gré tout de­van­cée par Bordeaux (206 000).

Dans le « match » des maires, Jean-Luc Mou­denc (Les Républicains) est en re­trait avec un im­pact bien moindre qu’Anne Hi­dal­go (Pa­ris), Ch­ris­tian Es­tro­si (Nice) ou Alain Jup­pé (Bordeaux) se­lon les pu­bli­ca­tions quo­ti­diennes du Ba­ro­mètre des Villes et des Maires. Ré­gu­liè­re­ment dans les 15 pre­miers, il est même tom­bé à 22e place dé­but août 2017. Les va­cances du maire ex­pli­quant peut- être ce­la… De­puis le dé­but du man­dat, Jean-Luc Mou­denc et son équipe nu­mé­rique ont mis en place de fa­çon ré­gu­lière des live-tweets thé­ma­tiques (trans­ports, pro­jets ur­bains, ur­ba­nisme, culture…). Ou comment com­mu­ni­quer sur sa proxi­mi­té avec les ha­bi­tants et ré­pondre à leurs in­ter­ro­ga­tions sans filtre.

Si ça bouge à la mai­rie de Tou­louse, le Con­seil dé­par­te­men­tal de Haute-Ga­ronne n’est pas en reste. Un an après avoir été le pre­mier Dé­par­te­ment à re­joindre Snap­chat, il s’ac­tive pour don­ner une image plus moderne de l’ins­ti­tu­tion et rat­tra­per le re­tard ac­cu­mu­lé les an­nées pré­cé­dentes. Les der­nières ini­tia­tives lan­cées au­tour de la pho­to sur les ré­seaux so­ciaux ont eu un cer­tain suc­cès. Der­nière en date : re­pho­to­gra­phier le pa­tri­moine de la Haute-Ga­ronne à par­tir des cartes pos­tales La­bouche de l’an­cien temps !

Autre do­maine où le Dé­par­te­ment veut rat­tra­per son re­tard : le tou­risme. « Après avoir été le grand absent sur les ré­seaux so­ciaux, Haute-Ga­ronne Tou­risme rat­trape son re­tard et entre dans l’ère du nu­mé­rique » , an­non­çait Di­dier Cu­jives, son pré­sident, en jan­vier 2017. Un co­mi­té de six per- sonnes est au­jourd’hui spé­cia­le­ment dé­dié à la com­mu­ni­ca­tion nu­mé­rique.

Et nos dix dé­pu­tés de la Haute-Ga­ronne ? Ils ap­pa­raissent bien pâles à cô­té de leur voi­sine du Tarn-et-Ga­ronne Va­lé­rie Ra­bault, clas­sée par­mi les dé­pu­tés fran­çais les plus in­fluents dans un pal­ma­rès iné­dit pre­nant en compte, outre l’ac­ti­vi­té par­le­men­taire, la pré­sence dans les mé­dias et les ré­seaux so­ciaux.

Pour ces néo­phytes du Pa­laisBour­bon ( huit ont dé­cou­vert l’As­sem­blée na­tio­nale, Mo­nique Ibor­ra, élue de­puis 2007 et Joël Avi­ra­gnet, qui avait pris le re­lais de Ca­role Del­ga lorsque cette der­nière était au gou­ver­ne­ment Hol­lande), au­cun ne sort vé­ri­ta­ble­ment du lot sur les ré­seaux so­ciaux. Ils ont cinq ans pour se dé­mar­quer et se faire un nom.

Les ré­seaux so­ciaux tou­lou­sains… chez les stars

14 mots dé­bi­tés à la se­conde en rap­pant : la der­nière vi­déo du duo Big­flo & Oli a en­core fait du buzz sur le net. Une nou­velle preuve de la bonne san­té vi­rale des deux jeunes tou­lou­sains, qui ont connu une an­née 2017 faste avec la sor­tie de leur deuxième al­bum, dé­jà sa­cré Disque d’Or. Leur image, ils la peau­finent sur les ré­seaux pour leur (très) nom­breux fans, qui sont 130 000 à suivre leurs aven­tures sur Twit­ter, plus de 430 000 sur Ins­ta­gram et plus de 525 000 sur Fa­ce­book. Leur der­nier « coup » : un sel­fie avec Ram­zy et Ja­mel Deb­bouze pris au Ma­roc, le 3 août.

Pe­tite dé­cep­tion pour le chef 2 étoiles Mi­chel Sar­ran qui, mal­gré son rôle de ju­ry à Top Chef, ne pré­sente « que » 6690 abon­nés Twit­ter. Sa col­lègue de l’émis­sion Hé­lène Dar­roze (14 900) fait mieux. Mais Mi­chel Sar­ran bé­né­fi­cie d’une grande ex­po­si­tion mé­dia­tique due à ses mul­tiples ac­ti­vi­tés en­de­hors de son res­tau­rant.

L’ani­ma­teur de TF1 Jean-Luc Reich­mann a fait les 400 coups à Tou­louse et a gar­dé dans la Ville rose un so­lide ré­seau. Il est aus­si le par­rain du ca­fé-théâtre le 57, te­nu par son ami Fran­çois Bry. Qua­trième ani­ma­teur pré­fé­ré des Fran­çais dans le pal­ma­rès de juin 2017, l’ani­ma­teur des 12 coups de mi­di est sui­vi par 37 000 fans sur Twit­ter. Sur Fa­ce­book, ses 308 000 abon­nés suivent ses dif­fé­rentes ren­contres de tra­vail, les cou­lisses de son mé­tier, ses hom­mages… ou ses va­cances, entre pé­tanque et chan­son !

Fran­cis Gi­nibre et Eric Car­rière, le duo des Che­va­liers du Fiel, ont lan­cé tar­di­ve­ment leur compte Twit­ter (no­vembre 2016), avec un comp­teur af­fi­chant un pe­tit mil­lier d’abon­nés. Leur compte per­so se si­tue dans les mêmes jauges. Sur Fa­ce­book, plus de 94 000 per­sonnes peuvent re­gar­der les vi­déos du pu­blic d’Avi­gnon en mode « stan­ding ova­tion » cet été.

Les ré­seaux so­ciaux tou­lou­sains… chez les You­tu­beurs

La star tou­lou­saine et na­tio­nale est Ti­bo In­shape. Le You­tu­beur fit­ness, ac­croc à la mus­cu­la­tion, est de­ve­nu en quelques mois ce que l’on ap­pelle un « in­fluen­ceur » , le plus sui­vi en Eu­rope. Conseils d’en­traî­ne­ments, nutrition, san­té… Il s’adresse aux 16-25 ans mais aus­si à toutes les gé­né­ra­tions. Il pos­sède même sa propre bou­tique de vê­te­ments en ligne ! Sur le net, sa no­to­rié­té se tra­duit par des chiffres ver­ti­gi­neux. En dix ans, il a ac­cu­mu­lé près de 3,6 mil­lions d’abon­nés à sa chaîne YouTube, plus d’un mil­lion de fans Fa­ce­book, 419 000 fol­lo­wers sur Twit­ter et 1,6 mil­lion sur Ins­ta­gram !

Les autres You­tu­beurs très sui­vis sont Aman­dyne’s World (plus de 1,27 mil­lion d’abon­nés pour dix mil­lions de vi­déos vues) – qui s’était fait re­mar­quer en mars dans une vi­déo où elle van­tait la tech­nique du ma­quillage… avec un pré­ser­va­tif ! – Ei­ma­dol­ly, une Tou­lou­saine ex­pa­triée aux États-Unis (plus de 54 mil­lions de vi­déos vues), Kay (39 mil­lions de vues)… On peut ci­ter Ma­non Bril, et ses fa­meux cours d’his­toire à la por­tée de tout le monde même si ses chiffres sont un ton en-des­sous (plus de 76 000 abon­nés). En tout, ils sont une tren­taine à Tou­louse et en Oc­ci­ta­nie à fé­dé­rer une large com­mu­nau­té au­tour des bons plans ma­quillage, sport, bie­nêtre, bonne hu­meur ou conseils pour ados.

Tho­mas Pes­quet, un cas à part

Le monde a sui­vi les ex­ploits de l’as­tro­naute Tho­mas Pes­quet dans la Sta­tion in­ter­na­tio­nale. Re­ve­nu sur Terre dé­but juin, on garde une nos­tal­gie de ses pho­tos d’une beau­té épous­tou­flante, pos­tées sur Twit­ter. À Tou­louse, les images de la Ville rose de­puis l’es­pace, ou celle des Py­ré­nées, res­te­ront à ja­mais gra­vées dans la mé­moire. Les feuille­tons de­puis l’es­pace de l’as­tro­naute nor­mand – for­mé à l’école Su­paé­ro Tou­louse – ont été sui­vis au fur et à me­sure par 667 000 abon­nés Twit­ter. Un fil qu’il conti­nue à ali­men­ter de­puis la fin de son aven­ture spa­tiale.

© Actu Tou­louse ; DR ; Fa­ce­book/cc/ Ti­bo In­shape

Quel est le poids du maire de Tou­louse Jean-Luc Mou­denc (à gauche), de Big­Flo & Oli, des Che­va­liers du Fiel et du You­Tu­beur Ti­bo In­shape sur les ré­seaux so­ciaux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.