Tout ce qui va chan­ger au Zé­nith

Après la so­cié­té amé­ri­caine HTT an­non­cée à Fran­ca­zal, une star­tup ca­na­dienne en­vi­sage aus­si de s’ins­tal­ler à Tou­louse pour construire ces na­vettes su­per­so­niques. On fait le point.

Voix du Midi (Toulouse) - - La Une - Paul Bar­raud

Re­lier Tou­louse à Mont­pel­lier en 20 mi­nutes seule­ment ? Cette idée pour­rait bien quit­ter les rangs de la science-fic­tion ! De­puis plu­sieurs mois, la Ville rose s’af­fiche comme un fu­tur centre de re­cherche et d’ex­pé­ri­men­ta­tions pour créer des pro­to­types d’hy­per­loop.

Le concept : des na­vettes su­per­so­niques, pou­vant trans­por­ter plu­sieurs di­zaines de pas­sa­gers à plus de 1 200 km/h, cir­cu­lant dans des tubes sou­te­nus par des pi­liers. Cette idée fu­tu­riste avait été mise au goût du jour le 24 jan­vier grâce à la so­cié­té amé­ri­caine Hy­per­loop Tran­spor­ta­tion Tech­no­lo­gies (HTT), qui a an­non­cé ce jour-là le pro­jet d’un nou­veau centre de re­cherche et dé­ve­lop­pe­ment sur le site de l’an­cienne base aé­rienne de Fran­ca­zal, à Tou­louse.

Une autre so­cié­té sur les star­ting-blocks

Tout ré­cem­ment, une autre so­cié­té, Hy­per­loop Trans­pod, a an­non­cé son pro­jet de s’ins­tal­ler dans la Ville rose. L’ob­jec­tif à long terme de cette so­cié­té ca- na­dienne : construire une ligne re­layant Tou­louse et Mont­pel­lier en 20 mi­nutes seule­ment… à 1200 km/h.

Pour­quoi cette liai­son en par- ti­cu­lier ? Sé­bas­tien Gen­dron, co­fon­da­teur de l’en­tre­prise, jus­ti­fie ce choix par l’ab­sence du TGV sur ce ter­ri­toire. Une oc­ca­sion rê­vée de re­ce­voir du sou­tien des élus et ins­ti­tu­tions lo­cales. Mais contrai­re­ment à son ri­val HTT, qui a si­gné un pro­to­cole d’en­tente avec les pou­voirs pu­blics (État, Ré­gion Oc­ci­ta­nie et Tou­louse Mé­tro­pole), Hy­per­loop Trans­pod ne fonc­tion­ne­ra qu’avec de l’in­ves­tis­se­ment pri­vé.

Au­cun pro­jet de construc­tion clai­re­ment avan­cé

Même si les in­ten­tions sont plu­tôt lim­pides, pour le mo­ment au­cun pro­jet de construc­tion n’est clai­re­ment avan­cé. Hy­per­loop Trans­pod doit d’abord créer sa fi­liale fran­çaise, pré­vue d’ici fin 2017, tan­dis que HTT doit at­tendre la ces­sion des ter­rains de Fran­ca­zal à Tou­louse par l’État, tou­jours pro­prié­taire. De plus, au­cune des deux so­cié­tés ne s’est avan­cée sur la date de créa­tion d’un pre­mier pro­to­type. Il va fal­loir être pa­tient.

Six mois après la dé­cla­ra­tion d’in­ten­tion com­mune de jan­vier 2017, dé­cla­ra­tion qui n’en­gage ce­pen­dant pas Hy­per­loop TT ju­ri­di­que­ment, Tou­louse Mé­tro­pole conti­nue de tra­vailler sur le dos­sier Hy­per­loop le plus im­por­tant, qui met­trait un bon coup de pro­jec­teur sur Fran­ca­zal, presque cinq ans après le mi­rage

du pro­jet des stu­dios de ci­né­ma qui s’était ponc­tué par un fias­co re­ten­tis­sant en fé­vrier 2013…

Ce moyen de trans­port pren­drait la forme d’une cap­sule évo­luant à la vi­tesse de 1 200 km/h dans un tube d’acier, en lé­vi­ta­tion pas­sive.

© Illus­tra­tion/ Hy­per­loop Trans­pod

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.