Le cas­ca­deur Ré­my Ju­lienne offre ses ar­chives à la Ci­né­ma­thèque

Avec 50 ans de car­rière, Ré­my Ju­lienne est consi­dé­ré comme l’un des plus grands cas­ca­deurs du ci­né­ma. À 87 ans, il offre ses ar­chives per­son­nelles à la Ci­né­ma­thèque de Tou­louse.

Voix du Midi (Toulouse) - - La Une - Paul Bar­raud

Son nom ou son vi­sage ne vous dit peut-être rien, mais il est l’un des noms les plus ré­pu­tés du ci­né­ma fran­çais : Peur sur la ville, Les aven­tures de Rab­bi Ja­cob, La Grande Va­drouille, Le Gui­gno­lo, ou en­core Rien que pour vos yeux, Gol­de­neye… Ré­my Ju­lienne a été la dou­blure de Jean-Paul Bel­mon­do, mais aus­si de Ro­ger Moore, Yves Mon­tand, Alain De­lon, ou Louis de Fu­nès. Plus que ça, en 50 ans de car­rière, il a créé et co­or­don­né plus d’un mil­lier de cas­cades dans plus de 400 films, dont des longs-mé­trages mon­dia­le­ment connus.

Du Gui­gno­lo à James Bond

Âgé main­te­nant de 87 ans, ce casse-cou du 7e art fait don de ses ar­chives per­son­nelles à la Ci­né­ma­thèque de Tou­louse. Des cen­taines et cen­taines d’heures de vi­déos, ac­com­pa­gnées par de nom­breux des­sins et de sto­ry-boards réa­li­sés lors de la créa­tion, des es­sais et de la mise en scène de ses cas­cades. Des en­re­gis­tre­ments qui montrent l’im­mense tra­vail de pré­pa­ra­tion né­ces­saire avant le tour­nage de la scène fi­nale…

Cham­pion de France de mo­to-cross en 1957, la car­rière de Ré­my Ju­lienne dans le ci­né­ma com­mence vrai­ment en 1964, avec le film Fan­tô­mas. Il cu­mule en­suite toutes les grandes pro­duc­tions fran­çaises de l’époque. Les sol­dats al­le­mands en mo­to qui se prennent des ci­trouilles dans La Grande Va­drouille, c’est lui. Jean-Paul Bel­mon­do sur un train dans Peur sur la Ville, ou ac­cro­ché à un hé­li­co­ptère dans Le Gui­gno­lo, c’est lui aus­si.

Sans comp­ter des col­la­bo­ra­tions plus que ré­gu­lières avec les réa­li­sa­teurs Claude Le­louch, Gé­rard Pi­rès, Georges Laut­ner, Gé­rard Ou­ry… Une ré­pu­ta­tion qui l’a en­suite trans­por­té à Hol­ly­wood. Ré­my Ju­lienne a tra­vaillé sur les cas­cades de six opus de James Bond ( Rien que pour vos yeux, Oc­to­pus­sy, Dan­ge­reu­se­ment vôtre, Tuer n’est pas jouer, Per­mis de tuer, Gol­de­neye). Des nom­breuses col­la­bo­ra­tions, où il a par­fois dou­blé la ve­dette du film, à com­men­cer par Jean-Paul Bel­mon­do (14 col­la­bo­ra­tions). Mais en plus de « Bé­bel » et de l’es­pion bri­tan­nique, il au­ra mar­qué les es­prits avec plu­sieurs courses- pour­suites du Gen­darme et de sa bonne soeur.

Une car­rière mar­quée aus­si par le tra­gique ac­ci­dent du film Taxi 2, avec la mort d’un ca­mé­ra­man, fau­ché par une voi­ture lors d’une cas­cade ra­tée. À l’époque, l’ac­ci­dent se suit par un pro­cès-fleuve, Ré­my Ju­lienne fait par­tie des condam­nés pour « ho­mi­cide in­vo­lon­taire » . Il écope de six mois de pri­son avec sur­sis, 2 000 eu­ros d’amende, 60 000 eu­ros de dom­mages et in­té­rêts. Pen­dant les an­nées qui sui­virent, il a en­suite dé­non­cé plu­sieurs fois via les mé­dias le manque de prises de pré­cau­tions par la pro­duc­tion du film…

Bien­tôt un one-man-show !

Face au dé­ve­lop­pe­ment des ef­fets spé­ciaux nu­mé­riques, qu’il n’ap­pré­cie pas tant que ça, Ré­my Ju­lienne sou­haite dé­sor­mais té­moi­gner de son ex­pé­rience via cette col­lec­tion, convain­cu qu’elle peut de­ve­nir utile. « J’ai été le singe qu’on sor­tait de sa cage pour tes­ter les acro­ba­ties ! Mais c’est aus­si un mé­tier utile, que l’on peut uti­li­ser dans le thème de la sé­cu­ri­té rou­tière, ou pour des faits de justice. J’ai été plu­sieurs fois ap­pe­lé par des juges pour com­prendre comment un crime a été com­mis » .

Quant au choix de la Ci­né- ma­thèque de Tou­louse pour en­tre­po­ser ses ar­chives ? Un « concours de cir­cons­tances » , qui tient à des connais­sances pro­fes­sion­nelles… Le cas­ca­deur donne aus­si une autre rai­son. « Ici au moins, il y a du so­leil. C’est mieux que la ré­gion pa­ri­sienne avec ses gaz d’échap­pe­ment qui em­poi­sonnent les en­fants ! »

Plus sé­rieu­se­ment, la Ci­né­ma­thèque de Tou­louse va d’abord pro­cé­der à un im­mense tra­vail de vi­sion­nage de tri, de sau­ve­garde et de clas­se­ment de toutes ses images, dé­sor­mais sto­ckées dans ses lo­caux.

En pa­ral­lèle, Ré­my Ju­lienne tra­vaille sur un one-man-show, le pre­mier de sa car­rière, où il uti­li­se­ra sur scène plu­sieurs de ses sé­quences. La pre­mière de ce spec­tacle, dont les dé­tails n’ont pas en­core été dé­voi­lés, se fe­ra à Tou­louse, pour le nou­veau fes­ti­val de la Ci­né­ma­thèque : « His­toires de Ci­né­ma » , pré­vu du ven­dre­di 3 au sa­me­di 11 no­vembre.

© Paul Bar­raud

Le cas­ca­deur fran­çais Ré­my Ju­lienne a tra­vaillé sur plus de 400 films.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.