La Car­tou­che­rie est cli­ma­ti­sée grâce aux dé­chets

Voix du Midi (Toulouse) - - En Ville -

L’éco-quar­tier de la Car­tou­che­rie est dé­sor­mais cli­ma­ti­sé grâce à de l’éner­gie qui pro­vient de l’usine d’in­ci­né­ra­tion de dé­chets du Mi­rail, à Tou­louse. Ex­pli­ca­tions.

De­puis 2015, l’usine d’in­ci­né­ra­tion du Mi­rail per­met d’ali­men­ter en chauf­fage l’éco­quar­tier de la Car­tou­che­rie à Tou­louse grâce au trai­te­ment des dé­chets. Ce même pro­cé­dé est dé­sor­mais uti­li­sé pour cli­ma­ti­ser les ha­bi­ta­tions du quar­tier mais éga­le­ment 9 000 m2 de bu­reaux.

Le maire de Tou­louse, JeanLuc Mou­denc, a vi­si­té les nou­velles ins­tal­la­tions le jeu­di 7 sep­tembre. À l’ho­ri­zon 2025, le ré­seau de froid ali­men­te­ra 54 000 mètres car­rés sup­plé­men­taires de lo­caux ad­mi­nis­tra­tifs.

Une pre­mière en France

Le ré­seau de froid de la car­tou­che­rie est donc ali­men­té à 100 % par la va­lo­ri­sa­tion éner­gé­tique des dé­chets, c’est une pre­mière en France. Le prin­cipe est le même que pour le chauf­fage. Le ré­seau ap­porte aux pieds des im­meubles concer­nés, du froid au moyen de ca­na­li­sa­tions et d’équi­pe­ments si­tués en sous-sol. Il existe seu­le­ment une ving­taine de sys­tèmes de ce type en France.

Il évi­te­ra l’émis­sion de 57 tonnes de CO2 par an

Tou­louse Mé­tro­pole pré­cise. « En fai­sant le choix d’un ré­seau in­no­vant, nous avons pour ob­jec­tif de pour­suivre la tran­si­tion éner­gé­tique de la ville avec la va­lo­ri­sa­tion d’une éner­gie lo­cale de ré­cu­pé­ra­tion » .

Ce ré­seau de froid, ali­men­té par l’in­ci­né­ra­tion de dé­chets de l’usine du Mi­rail, va per­mettre d’évi­ter les émis­sions de 57 tonnes de CO2 par an en com­pa­rai­son à une so­lu­tion élec­trique. Ce pro­jet, qui re­pré­sente un in­ves­tis­se­ment de 2,7 mil­lions d’eu­ros, a été fi­nan­cé à hau­teur de 512 00 eu­ros par l’ADME (Agence d l’En­vi­ron­ne­ment et de la Maî­trise de l’Ener­gie) Oc­ci­ta­nie. Il a été réa­li­sé par l’en­tre­prise Ene­riance (fi­liale de Co­riance).

Con­crè­te­ment, après avoir té­lé­char­gé l’ap­pli­ca­tion, on choi­sit si on veut contrô­ler ses mails ou ses ré­seaux so­ciaux. Le ser­vice mail per­met ain­si de lis­ter les news­let­ters d’une boîte mail, d’éva­luer leur taux d’ou­ver­ture et de désa­bon­ner l’uti­li­sa­teur s’il le sou­haite. « Et si on ne par-

Cô­té ré­seaux so­ciaux, Skeep ne s’at­taque pour l’ins­tant qu’à Fa­ce­book, mais Twit­ter et Google + sont aus­si dans sa

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.