Voi­ci comment se pré­parent les fêtes de Tou­louse en 2018

En 2018, se tien­dra la pre­mière édi­tion de la Fies­ta Tolosa. Ac­tu Tou­louse vous dé­voile les avan­cées d’un ren­dez-vous voué à s’ins­crire dans le ca­len­drier des fêtes du Sud-Ouest.

Voix du Midi (Toulouse) - - La Une -

Les fêtes de Tou­louse sont de re­tour. Du ven­dre­di 6 au di­manche 8 juillet 2018, le com­plexe d’Er­nest-Wal­lon du Stade Tou­lou­sain va ac­cueillir la pre­mière édi­tion de la Fies­ta Tolosa. L’info, que Voix du Mi­di Tou­louse vous avait don­née en avant- pre­mière dans l’édi­tion du 7 sep­tembre der­nier, avait par la suite en­gen­dré des po­lé­miques sur une ani­ma­tion : les lâ­chers de tau­reaux, alors que les or­ga­ni­sa­teurs avaient (dé­jà) bien pré­ci­sé que cet évé­ne­ment ne ren­fer­me­rait pas de cor­ri­da.

Une pé­ti­tion et la mon­tée au cré­neau des ri­ve­rains et des an­ti­tau­reaux avaient obli­gé la Fies­ta Tolosa à re­non­cer aux lâ­chers de tau­reaux…

« Don­ner une belle image de Tou­louse »

Mais pour le reste, la toute jeune as­so­cia­tion de la Fies­ta Tolosa, me­née par Ju­lien Rou­ma­gnac, par ailleurs gé­rant du res­tau­rant Ca­fé Bag­gio, à Tou­louse, pour­suit les pré­pa­ra­tifs. Une chose est sûre : les fêtes de Tou­louse, dans l’es­prit fe­ria, pro­mettent une pre­mière d’en­fer ! Ju­lien Rou­ma­gnac, qui était dé­jà l’un des grands ar­ti­sans du fes­ti­val Tou­louse à Table ! : « Ce­la fait six ans qu’on pense, avec des amis, à or­ga­ni­ser un tel évé­ne­ment sur Tou­louse. De­puis que l’idée a été lan­cée cet été, on a des de­mandes du Pays Basque, d’Es­pagne, de par­tout… On a en­vie de faire bou­ger les choses et de don­ner une belle image de Tou­louse » .

Ce der­nier, qui rap­pelle que « ce ne se­ra pas la fé­ria de Fe­nouillet » , va axer les trois jours au­tour de la fa­mille et de la convivialité. Le mo­ment choi­si pour cette Fies­ta Tolosa n’est pas in­no­cent puis­qu’il tom­be­ra pour le pre­mier week-end des grandes va­cances sco­laires…

Ce qu’il y au­ra dans le « cam­po de fies­ta »

Du­rant trois jours, le com­plexe d’Er­nest-Wal­lon se­ra dé­cou­pé en plu­sieurs par­ties pour de­ve­nir un vé­ri­table « cam­po de fies­ta » . Si rien n’est en­core of­fi­ciel­le­ment ac­té, les dis­cus­sions avec le Stade Tou­lou­sain et la mai­rie de Tou­louse se dé­roulent cor­dia­le­ment.

Entre le stade et le cha­pi­teau de ré­cep­tion d’après-match (qui ser­vi­ra de bo­de­ga cen­trale et de « rô­tis­se­rie gé­né­rale pour les in­vi­tés et les re­la­tions pu­bliques » , on de­vrait re­trou­ver le vil­lage des ca­se­tas, sur le mo­dèle sé­vil­lan. « Un ca­hier des charges se­ra à res­pec­ter, les ca­se­tas de­vront se pa­rer du rose et blanc ty­piques. Quant à la mu­sique, elle se­ra gé­rée par une base cen­trale pour évi­ter un son trop fort » , pré­cise le pré­sident de l’as­so­cia­tion Fies­ta Tolosa.

Les to­ro-pis­cines main­te­nus

À l’en­trée, entre la bou­tique du Stade et la bras­se­rie, se dé­rou­le­ront les ani­ma­tions de to­ro-pis­cines qui, elles, ont été main­te­nues. « Ce se­ra l’es­prit In­ter­villes. Nous at­ten­dons la confir­ma­tion de la pré­sence de deux écar­teurs sur cette ani­ma­tion » , pour­suit Ju­lien Rou­ma­gnac.

Pour ai­gui­ser l’es­prit tou­lou­sain et faire corps avec les Rouge et Noir, les or­ga­ni­sa­teurs es­pèrent pou­voir or­ga­ni­ser des vi­sites des ins­tal­la­tions du club sur les trois jours… et une grosse ce­rise sur le gâ­teau. L’or­ga­ni­sa­tion nous dit en plus. « Nous sommes en né­go­cia­tion avec les di­ri­geants du Stade Tou­lou­sain pour faire sor­tir les tro­phées du club de la vi­trine, afin que le pu­blic puisse prendre des photos ou faire des sel­fies » .

Plus loin, sur le ter­rain syn­thé­tique d’en­traî­ne­ment, la Fies­ta Tolosa ré­flé­chit à créer un im­mense es­pace en­fants, avec une ma­jo­ri­té de jeux gon­flables pour s’amu­ser et se dé­fou­ler et, peu­têtre, des ani­ma­tions spor­tives. En prime, l’as­so­cia­tion tente de mettre sur pied l’ins­tal­la­tion d’une mini-ferme in­so­lite consti­tuée d’ani­maux nains (co­chons, vaches, chèvres, poules…).

Sa­me­di 7 juillet 2018, à par­tir de 21 heures, le groupe Na­dau, 100 % Sud-Ouest, a confir­mé sa pré­sence pour le con­cert du week- end. D’autres groupes pour­raient se joindre à la fête.

Un con­cert qui se dé­rou­le­ra dans l’en­ceinte du stade, mais les mo­da­li­tés res­tent à dé­fi­nir. Sur la pe­louse ? Ou en tri­bunes, comme ce­la avait été le cas en juillet 2017 pour le match France 98-Stade Tou­lou­sain ? L’état de la pe­louse se­ra sans doute un fac­teur dé­ter­mi­nant à l’heure des né­go­cia­tions.

Pour har­mo­ni­ser les dif­fé­rents sites, Ju­lien Rou­ma­gnac et son équipe pa­rient sur des spec­tacles de danses sé­vil­lanes, du fla­men­co et des spec­tacles équestres, voire la pos­si­bi­li­té de faire des ba­lades en ca­lèche.

Et sur­tout, le di­manche, un concours de ban­das, « comme à Con­dom ( Gers) avec un ga­gnant dé­si­gné à l’ap­plau­di­mètre » , pré­cise Ju­lien Rou­ma­gnac, au­tour du stade Er­nestWal­lon. Là en­core, rien n’est of­fi­ciel­le­ment ar­rê­té mais une forte de­mande existe pour ce qui pour­rait se trans­for­mer en ani­ma­tion phare du week-end.

Mar­ché gour­mand et pe­lote basque à l’ex­té­rieur

Si les lâ­chers de tau­reaux ont été aban­don­nés, des ani­ma­tions ont été or­ga­ni­sées « à l’ex­té- rieur » pour ani­mer l’ar­ri­vée dans le « quar­tier » de la rue des Troènes. Sur le pre­mier par­king om­bra­gé, de­vrait être mis en place un Mar­ché gour­mand de pro­duc­teurs, du ven­dre­di au di­manche avec des noc­turnes jus­qu’à 22 heures. Pas de bu­vette ni d’al­cool, mais seule­ment des bou­chers-char­cu­tiers, fro­ma­gers ou ar­ti­sans du tex­tile lo­caux.

Autre cu­rio­si­té : la te­nue d’un Mas­ter de pe­lote basque (avec fi­nales le di­manche) dans les ins­tal­la­tions si­tuées en face de l’ar­ri­vée rue des Troènes. « Des cham­pions se­ront là et on met­tra en place des ini­tia­tions (le sa­me­di et le di­manche) pour faire dé­cou­vrir ce sport. La Fé­dé­ra­tion fran­çaise de pe­lote basque se­ra par­te­naire et on au­ra la pré­sence des frères Lar­ralde et de beau­coup de pe­lo­ta­ris » , in­dique la Fies­ta Tolosa.

En­trée gra­tuite pour les ri­ve­rains

Cô­té nui­sances, les trois jours de fêtes au­ront for­cé­ment un im­pact sur les ri­ve­rains qui, s’ils sont ha­bi­tués au to­hu- bo­hu des jours de match en­vi­ron deux soirs par mois, de­vront com­po­ser avec trois jours de fête non-stop (de 10 heures à 1 heure, se­lon les ho­raires tem- po­rai­re­ment dé­fi­nis). Un tra­vail, en ce sens, se dé­roule avec la mai­rie et l’as­so­cia­tion in­dique qu’une sen­si­bi­li­sa­tion sur le su­jet se­ra me­née avec les ex­po­sants et les vi­si­teurs. « Nous tra­vaillons main dans la main avec les ri­ve­rains, nous les in­cluons dans le pro­jet. D’ailleurs, l’en­trée se­ra gra­tuite pour les ri­ve­rains » , in­dique Ju­lien Rou­ma­gnac. Le pé­ri­mètre de la gra­tui­té reste à dé­fi­nir, tan­dis que l’en­trée gé­né­rale se­ra au prix de 10 eu­ros. Au cha­pitre de la sé­cu­ri­té, le contexte ter­ro­riste se­ra pris en compte (bar­rages fil­trants, ins­tal­la­tion de blocs de bé­ton…). Des ren­dez-vous avec la mai­rie de Tou­louse et la pré­fec­ture vont être ra­pi­de­ment or­ga­ni­sés.

In­té­grer Tou­louse dans le ca­len­drier des fêtes du Sud-Ouest

Dé­sor­mais bien lan­cées, les fêtes de Tou­louse pour­raient se te­nir chaque an­née le pre­mier week-end de juillet, avec pour (loin­taine) concur­rence les fêtes de Pam­pe­lune. « Notre vo­lon­té est de pé­ren­ni­ser l’évé­ne­ment et d’in­té­grer Tou­louse dans le ca­len­drier des fêtes du Sud-Ouest » , concluent les membres de la Fies­ta Tolosa.

© Fa­ce­book/cc/ Fies­ta Tolosa

Un concours de ban­das de­vrait se dé­rou­ler di­manche 8 juillet 2017 au­tour du stade Er­nest-Wal­lon.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.