L’Eu­rope, quel cirque !

La 4e édi­tion de l’Eu­ro­péenne de Cirque met­tra du 13 au 21 oc­tobre la créa­tion cir­cas­sienne contem­po­raine d’Eu­rope et d’ailleurs à l’hon­neur. Nos coups de coeur.

Voix du Midi (Toulouse) - - Sortir -

des Pra­dettes : drôle d’en­droit pour une ren­contre ? C’est du cirque qui aime les livres et les pe­tites his­toires, et c’est né de l’ima­gi­na­tion d’Al­bin Wa­rette. À 19 heures, Mar² nous en­traî­ne­ra dans un ca­ba­ret de cirque plu­ri­dis­ci­pli­naire sous la di­rec­tion de Jor­di As­pa, fondateur de la com­pa­gnie ca­ta­lane Es­car­la­ta Cir­cus, qui re­groupe de jeunes ar­tistes fran­çais et es­pa­gnols.

Hap­pyFace :

Il ne fau­drait pas pas­ser à cô­té du Ga­la­piat Cirque, les 17 et 18 oc­tobre au So­ra­no : c’est un étrange ta­bleau cir­cas­sien qui nous est mon­tré par trois hommes qui cherchent à s’échap­per de l’in­ces­sant brou­ha­ha du monde. Si­tua­tions co­casses et jeux bur­lesques, mu­sique et poé­sie… Hap­pyFace est un duo com­po­sé de Bo­ris Cou­ty et Maxime Sales, qui se sont ren­con­trés à l’école de cirque de Bordeaux et ont in­té­gré l’an­née d’insertion pro­fes­sion­nelle du Li­do en 2015. « Mer­ci, Par­don » est le titre énig­ma­tique de leur se­cond spectacle en­semble, qu’ils pré­sen­te­ront of­fi­ciel­le­ment pour la pre­mière fois le 21 oc­tobre à 17 h à la Grai­ne­rie. Ils af­firment avoir « le jon­glage, la danse, le clown comme ou­tils. Le coeur comme mo­teur. » Juste après, à 19 h, la com­pa­gnie es­pa­gnole El La­do Os­cu­ro de las Flores pré­sen­te­ra « Bubble » , un spectacle créé cette an­née, qui nous conte « l’af­fron­te­ment de deux ac­teurs de cirque, tous deux acro­bates. Une lutte sur la ré­flexion, la perte de contrôle et la né­ces­si­té de le ré­cu­pé­rer. » Des coups et des ca­resses, de l’ab­surde et de la fantaisie : on em­barque dans la lutte in­té­rieure de deux in­di­vi­dus, trans­po­sée dans un uni­vers sen­sible et cor­po­rel.

Et l’on fi­ni­ra ce sa­me­di en­chan­teur avec Com­pa­gnie Two et « Fin­ding No Man’s Land » , un uni­vers de corde lisse et d’acro­ba­ties, un monde poé­tique et pro­vo­ca­teur : aus­si fou que réel… Comme chaque an­née, l’Or­chestre na­tio­nal du Ca­pi­tole s’as­so­cie au Fes­ti­val in­ter­na­tio­nal Tou­louse les Orgues afin de réunir l’ins­tru­ment-roi et la for­ma­tion sym­pho­nique.

Sous la di­rec­tion du chef amé­ri­cain Jo­seph Swen­sen, très fi­dèle à Tou­louse, l’ONCT in­vite de nou­veau Wayne Mar­shall qui, après avoir di­ri­gé avec suc-

Si l’ou­ver­ture de la pre­mière consti­tue l’une des pages les plus jus­te­ment connues de son com­po­si­teur, la se­conde im­pose l’orgue comme un in­ter­lo­cu­teur à la me­sure de l’or­chestre, dans une at­mo­sphère d’une grande spi­ri­tua­li­té. Le con­cert s’ou­vri­ra sur une trans­crip­tion pour or­chestre, signée Leo­pold Sto­kows­ki, de l’une des pièces d’orgue les plus dif­fu­sées de toute l’His­toire de la mu­sique, la Toc­ca­ta et fugue en ré mi­neur BWV 565 de Jo­hann Se­bas­tian Bach.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.