Re­pen­tances et fier­tés mé­mo­rielles

Voix du Midi (Toulouse) - - Méditer - DE… MI­CHEL DA­GRAS

Un lec­teur ré­agit à un ré­cent bloc- notes. Il sug­gère de lan­cer un ap­pel pour une re­pen­tance de l’Église ca­tho­lique en mé­moire des mas­sacres qu’elle a ja­dis com­mis contre les Pro­tes­tants, pour « que la tra­di­tion ca­tho­lique de­mande en­fin par­don à la tra­di­tion pro­tes­tante de ce qu’elle lui a fait su­bir ». Et ce lec­teur d’ajou­ter : « La chose, même tar­dive fe­rait grand bruit » . La tue­rie de la Saint-Bar­thé­le­my, le 24 août 1572, est de­ve­nue em­blé­ma­tique de ces in­jus­ti­fiables exac­tions.

Même dé­clen­chée par la vo­lon­té royale d’éli­mi­ner une op­po­si­tion à son pou­voir, elle ne perd rien de sa tur­pi­tude d’acte de guerre de re­li­gion. Les rai­sons his­to­riques ne sau­raient en ef­fet prendre va­leur d’ex­cuses !

Aus­si, au 400e an­ni­ver­saire de la tra­gé­die, une as­sem­blée oe­cu­mé­nique réunis­sait-elle près de 200 res­pon­sables des Églises de France.

Le car­di­nal Ar­che­vêque de Rennes fit au cours de cette ren­contre acte de re­pen­tance et de ré­con­ci­lia­tion, sui­vi le 24 août1972 par une sup­plique pres­sante du Car­di­nal Mar­ty, ar­che­vêque de Pa­ris et Pré­sident de la Confé­rence épis­co­pale fran­çaise et de Jean Cour­voi­sier, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion Pro­tes­tante de France… « Ils s’adres­sèrent so­len­nel­le­ment aux re­pré­sen­tants des Églises ca­tho­lique et pro­tes­tante d’Ir- lande pour leur de­man­der de pro­mou­voir la jus­tice et la ré­con­ci­lia­tion dans l’Ul­ster dé­chi­ré » Dont acte.

Tou­te­fois les re­pen­tances, si humbles et sin­cères soient-elles, sou­lèvent deux dif­fi­cul­tés. D’abord celle du choix des évé­ne­ments à mé­mo­ri­ser. De­puis 1572 la liste des cruau­tés sus­cep­tibles de jus­ti­fier de telles ma­ni­fes­ta­tions est consi­dé­rable.

La Ré­pu­blique trou­ve­rait par exemple motif à battre sa coulpe pour les mas­sacres de sep­tembre 1792, pour les ré­pres­sions san­glantes de 1848 et l’écra­se­ment de la Com­mune en 1870… et pour les exac­tions com­mises au cours des co­lo­ni­sa­tions !

Des rai­sons com­pa­rables pour­raient aus­si por­ter les Ar­mées al­le­mandes et fran­çaises à se re­pen­tir de la bou­che­rie de Ver­dun, et les USA d’avoir ra­sé des villes al­le­mandes et ja­po­naises…

En re­mon­tant en amont de 1572, il y au­rait ma­tière à culpa­bi­li­té ré­tros­pec­tive pour une quan­ti­té d’atro­ci­tés, dont celles du sac de Cons­tan­ti­nople par les Croisés et des tor­tures sous l’In­qui­si­tion.

Une autre dif­fi­cul­té est d’ordre mo­ral. Sans mi­ni­mi­ser le moins du monde l’hor­reur des mas­sacres de masse dont la Shoah consti­tue le triste pa­ra­digme, les re­pen­tances à leurs su­jets sont le fait de per­sonnes qui, nées après les faits ou en­fants à leur époque, ne sau­raient en être te­nues res­pon­sables.

La ferme condam­na­tion des es­cla­vages, des gé­no­cides ou des gou­lags est à dis­tin­guer de la culpa­bi­li­té de les avoir com­mis. Se pose par contre se pose la ques­tion de nos propres com­por­te­ments de­vant les crimes ac­tuels com­mis contre l’hu­ma­ni­té… à moins de ren­voyer aux gé­né­ra­tions sui­vantes le de­voir d’en faire re­pen­tance ?

Une loi mé­mo­rielle, présentée en 2005, dé­clare : « La Na­tion ex­prime sa re­con­nais­sance aux femmes et aux hommes qui ont par­ti­ci­pé à l’oeuvre ac­com­plie par la France dans les an­ciens dé­par­te­ments fran­çais d’Al­gé­rie, au Ma­roc, en Tunisie et en In­do­chine ain­si que dans les ter­ri­toires pla­cés an­té­rieu­re­ment sous la sou­ve­rai­ne­té fran­çaise ».

Cet ar­ticle in­vi­te­rait- il à cé­lé­brer des com­mé­mo­ra­tions pour le bien réa­li­sé par celles et ceux qui, par­fois hé­roïques, ont ac­com­pli leur mé­tier d’homme ? Ce se­rait alors l’oc­ca­sion de fier­tés mé­mo­rielles pour la na­tion re­con­nais­sante, pour l’Eu­rope re­con­nais­sante, pour l’Hu­ma­ni­té re­con­nais­sante ! Oc­ca­sions en même temps de mettre en lu­mière des an­ti­dotes cou­ra­geux contre les crimes ab­jects rap­pe­lés par les re­pen­tances.

Re­ce­vons ici en­core l’in­vi­ta­tion à ou­vrir les yeux sur les en­ga­ge­ments pris et les ac­tions me­nées au­jourd’hui au ser­vice des hommes : per­sis­tance d’ap­pels aux dia­logues res­pec­tueux des dif­fé­rences mal­gré les re­jets com­mu­nau­ta­ristes, com­bats pour la vé­ri­té et la jus­tice à contre-cou­rant de ma­ni­pu­la­tions et d’op­pres­sions qui font tant de vic­times, options ap­pa­rem­ment uto­piques pour les forces de la paix contre le réa­lisme bru­tal de la guerre… au­tant de suites concrètes don­nées aux « Plus ja­mais ça » cla­més bien haut lors des re­pen­tances.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.