Avant son dé­cès, un an­cien élu a re­fu­sé que la mai­rie lui paie ses ob­sèques

Voix du Midi (Toulouse) - - En Ville -

Ré­cem­ment dé­cé­dé, Claude Llabres a re­fu­sé la tra­di­tion­nelle mi­nute de si­lence, mais aus­si que la mu­ni­ci­pa­li­té lui paie ses ob­sèques… pour re­ver­ser une sub­ven­tion à une as­so­cia­tion.

C’est un usage peu connu : de­puis 1984, c’est la mu­ni­ci­pa­li­té de Tou­louse qui fi­nance les ob­sèques de ses élus et an­ciens élus lors­qu’ils dé­cèdent.

An­cien élu com­mu­niste, Claude Llabres, élu entre 1983 et 1989, dé­cé­dé à 79 ans le 9 sep­tembre, avait an­non­cé qu’il ne sou­hai­tait pas en bé­né­fi­cier… pré­fé­rant voir une somme équi­va­lente « ver­sée à une as­so­cia­tion de lutte contre le can­cer » .

Une sub­ven­tion de 3 500 eu­ros

Le Conseil mu­ni­ci­pal de Tou­louse a donc ac­cep­té, jeu­di 12 oc­tobre, de ver­ser à l’as­so­cia­tion La Ligue contre le can­cer une sub­ven­tion de 3 500 eu­ros. Une somme « cor­res­pon­dant sen­si­ble­ment au mon­tant moyen des frais d’ob­sèques en France » , ex­plique la dé­li­bé­ra­tion. Contac­tée par Voix du Mi­di Tou­louse, La Ligue contre le can­cer de Haute- Ga­ronne an­nonce ne pas avoir été mise au cou­rant de ce geste. « Il en a peut-être par­lé à ceux qui m’ont pré­cé­dé, mais je ne le sa­vais pas » , ex­plique Ma­rieAnge Léo­phonte, di­rec­trice de la fé­dé­ra­tion. « C’est une belle sur­prise qui va per­mettre de fi­nan­cer des pro­jets et me­ner des ac­tions » , ajoute-t-elle.

Chaque do­na­teur verse, en moyenne, une tren­taine d’eu­ros à l’as­so­cia­tion par an.

Re­fus d’une mi­nute de si­lence

Autre usage du Conseil mu­ni­ci­pal au­quel Claude Llabres s’était op­po­sé avant de mou­rir : ce­lui d’une mi­nute de si­lence. « Il avait fait part par cour­rier avant son dé­cès qu’il n’en vou­lait pas » , ex­plique-t-on à la mai­rie de Tou­louse.

Une fi­gure tou­lou­saine

Claude Llabres était une fi­gure du par­ti com­mu­niste, no­tam­ment en Haute-Ga­ronne. Il a été conseiller gé­né­ral en 1973 et vice-pré­sident du conseil gé­né­ral en 1979.

Au conseil mu­ni­ci­pal, il avait ac­cep­té à par­tir de 1995 de s’oc­cu­per des dos­siers cultu­rels tou­lou­sains, sous la gou­ver­nance de l’UDF Do­mi­nique Bau­dis. Élu, il était aus­si écri­vain. Il avait pu­blié plu­sieurs ou­vrages po­lé­miques concer­nant Tou­louse et sa po­li­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.