Phoe­nix et An­to­ny Le Moigne, une deuxième fois Cham­pion du Monde de ca­ni­cross !

Phoe­nix et An­to­ny Le Moigne ins­crivent leur nom dans le grand livre d’or des ca­ni­cros­seurs fran­çais. En ef­fet, il rem­porte cette an­née le titre de Cham­pion du Monde toutes ca­té­go­ries confon­dues pour la deuxième fois consé­cu­tive. Dé­cou­vrons ce bi­nôme au pa

Vos Chiens - - Sport - N.schness

Un pas­sé de spor­tif !

On ne de­vient pas un ath­lète in­ter­na­tio­nal par ha­sard. An­to­ny Le Moigne a dé­cou­vert la dis­ci­pline du ca­ni­cross en 2008 grâce à un ar­ticle de jour­nal. Il ter­mi­nait une car­rière de tri­ath­lon et le concept d’être uni dans l’ef­fort avec un chien le sé­duit de suite. La com­pli­ci­té et la re­cherche de sen­sa­tions fortes furent un élé­ment mo­teur dans cette at­ti­rance pour ce sport ca­nin. Ain­si, il ac­quit un si­be­rian hus­ky du nom de Ca­nyon trois mois après avoir stop­pé le tri­ath­lon. L’en­tente fut im­mé­diate et leurs sor­ties dans un cadre na­tu­rel rem­plis­saient de bon­heur ce nou­veau couple. Bien­tôt, ils firent des com­pé­ti­tions de ca­ni­cross et ils se clas­sèrent dans le pe­lo­ton de tête. Cer­tains ob­ser­va­teurs avaient dé­jà re­mar­qué les ta­lents d’an­to­ny et lui conseillaient d’op­ter pour un greys­ter, les for­mules 1 du ca­ni­cross et du ca­nivtt. Mais An­to­ny res­tait fi­dèle à Ca­nyon. Un jour, An­to­ny se ren­dit compte qu’il cou­rait trop vite pour Ca­nyon. Il res­sen­tait alors que son chien pre­nait moins de plai­sir. An­to­ny pen­sa même à ar­rê­ter la com­pé­ti­tion et cou­rir sim­ple­ment avec son com­pa­gnon pour le plai­sir. La com­pé­ti­tion crée des ami­tiés sin­cères, so­lides dé­pas­sant nos fron­tières. On en­ten­dait la ru­meur s’am­pli­fier. Ro­bin Leyon, ath­lète in­ter­na­tio­nal belge de­vait faire por­ter sa ta­len­tueuse chienne Io­ta om­ni­pré­sente des po­diums sur les plus grandes ma­ni­fes­ta­tions avec un mâle Albus aux pres­ti­gieuses li­gnées ap­par­te­nant un grand cham­pion fran­çais Phi­lip San­gla. Qui l’au­rait cru ? Un ath­lète belge dé­cou­ra­gea An­to­ny d’ar­rê­ter le ca­ni­cross et lui conseilla de s’in­té­res­ser à cette por­tée ex­cep­tion­nelle. An­to­ny pen­sa que prendre un deuxième chien était une tra­hi­son pour le pre­mier. Bien au contraire, Ca­nyon fut ra­vi d’ac­cueillir un autre congé­nère !

Phoe­nix, une nou­velle ère com­mence...

An­to­ny se re­voit chez Ro­bin Leyon, ce fan­tas­tique ath­lète in­ter­na­tio­nal. Ro­bin, ce com­bat­tant des courses in­ter­na­tio­nales at­ten­drit et aux pe­tits soins pour les treize chiots de sa fi­dèle Io­ta. Com­ment choi­sir ? Ils sont tous ma­gni­fiques. Mais un semble es­seu­lé des autres. An­to­ny laisse son coeur le conduire et il choi­sit ce­lui-ci ; Phoe­nix. Une com­mu­nion naît im­mé­dia­te­ment. C’est l’os­mose et leur pal­ma­rès in­croyable rend la me­sure cette re­la­tion unique. Ef­fec­ti­ve­ment, Phoe­nix et An­to­ny Le Moigne ont rem­por­té 2 titres de Cham­pions du Monde Elite, un titre de Cham­pion d’eu­rope Elite, 2 Grands Prix Eu­ro­péens, 4 titres de Cham­pions de France Elite et 4 Tro­phées Fé­dé­raux. Le plus im­por­tant n’est pas tous ces titres mais ce lien in­vi­sible fort entre deux êtres ayant le même but ; cou­rir, cou­rir en­core plus vite pour faire le plein de sen­sa­tions, s’en­ivrer, se gri­ser dans le vent de cette course com­mune. Ceux qui n’ont pas es­sayé ne peuvent pas com­prendre… La souf­france phy­sique de­vient du plai­sir où le bi­nôme se re­trouve, s’unit et s’épa­nouit. Voi­là, la clé de la réus­site avec un res­pect et une écoute ré­ci­proque. Les qua­li­tés phy­siques et men­tales du couple sont uniques et ex­pliquent aus­si leur suc­cès.

De la ri­gueur dans l’en­traî­ne­ment

Phoe­nix et An­to­ny sont des cham­pions car ils s’en­traînent avec sé­rieux. Cette phrase peut pa­raître ba­nale et pour­tant il n’est pas rare d’en­tendre sur les courses que le suc­cès du bi­nôme n’est re­de­vable qu’au chien. On n’est pas un cham­pion sans en­traî­ne­ment ! Il faut ac­cep­ter de sor­tir par tous les temps, d’or­ga­ni­ser ses journées en fonc­tion des be­soins de son chien et re­le­ver le moindre signe de fa­tigue de sa part. Les en­traî­ne­ments d’an­to­ny sont bâ­tis uni­que­ment sur la mo­ti­va­tion de Phoe­nix. Lui faire plai­sir et lui don­ner en­vie de cou­rir en­core mieux la pro­chaine fois. . Il tra­vaille beau­coup en libre avec Phoe­nix, que ce soit à pied ou en vé­lo (75%). Pour la par­tie plus spé­ci­fique, c’est à dire la trac­tion (25%), il se sert du vé­lo et de la trot­ti­nette. Il tente de rendre son par­te­naire ca­nin le plus po­ly­va­lent pos­sible dans l’op­tique de ga­gner sur des par­cours ra­pides, val­lon­nés, en ca­ni­cross ou en ca­nivtt. La na­ta­tion est aus­si une part im­por­tante dans la pré­pa­ra­tion pour les grands ob­jec­tifs car Phoe­nix est un chien lourd (41 KG) et pour une plus grande lon­gé­vi­té spor­tive, il faut mé­na­ger son sque­lette. Bref, An­to­ny fait tou­jours en sorte de mettre Phoe­nix dans une si­tua­tion de réus­site pour aug­men­ter son ca­pi­tal confiance.

Maître de stage, trans­mis­sion de l’ex­pé­rience d’an­to­ny

Alors qu’an­to­ny Le Moigne est ap­pe­lé à sillon­ner le monde en­tier pour trans­mettre son sa­voir sur sa dis­ci­pline à tra­vers des stages, Phoe­nix fait de même avec sa re­lève. En ef­fet, Opale a fait son en­trée au sein de la fa­mille Le Moigne. Cette fe­melle greys­ter se des­tine au ca­nivtt. En at­ten­dant, ses pre­mières fou­lées aux cô­tés d’an­to­ny, elle obéit à son pro­fes­seur Phoe­nix qui a une belle car­rière de­vant lui. Ce­pen­dant, An­to­ny place en prio­ri­té le bien-être au quo­ti­dien de sa fa­mille en har­mo­nie avec ses trois chiens. Il ne re­mer­cie­ra ja­mais as­sez Ro­bin Leyon pour l’ac­qui­si­tion de Phoe­nix ni Phi­lippe We­ry pour ses conseils bien­veillants et Jean-phi­lippe De­shayes, ce vé­té­ran qui lui prouve que la lon­gé­vi­té en ca­ni­cross est pos­sible à haut ni­veau ! Sou­hai­tons les meilleurs ré­sul­tats fran­çais à An­to­ny Le Moigne en com­pa­gnie de ses ath­lètes ca­nins qui portent les cou­leurs fran­çaises sur la plus haute marche des po­diums in­ter­na­tio­naux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.