Elle est mau­vaise pour le coeur et les ar­tères

Votre Beaute - - ÉQUILIBRE -

Vrai. Si on en mange beau­coup ! Les car­ni­vores in­vé­té­rés pré­sentent gé­né­ra­le­ment une ten­sion ar­té­rielle plus éle­vée, ce qui fra­gi­lise les vais­seaux à la longue. Se­lon une étude épi­dé­mio­lo­gique pu­bliée fin 2009 dans la re­vue Ar­chives of In­ter­nal Me­di­cine, leur risque de dé­cès suite à une af­fec­tion car­dio­vas­cu­laire se­rait 27 % su­pé­rieur à ce­lui des pe­tits man­geurs de chair fraîche. Les consé­quences se­raient en­core plus dra­ma­tiques pour les femmes qui consomment plus de 160 g de viande par jour puisque ce­la aug­men­te­rait de 50 % la mor­ta­li­té par in­farc­tus et ac­ci­dent vas­cu­laire cé­ré­bral (AVC). Ces ra­vages se­raient prin­ci­pa­le­ment dus aux mau­vaises graisses pré­sentes dans les viandes rouges, en par­ti­cu­lier les acides gras saturés (AGS) qui gé­nèrent de l’hy­per­cho­les­té­ro­lé­mie. Ces der­niers font aus­si le lit du dia­bète et de l’obé­si­té. Gare donc aux mor­ceaux les plus riches en AGS : les en­tre­côtes (5,86 g/100 g) ou le gi­got d’agneau (4,45 g/ 100 g). Je­tez plu­tôt votre dé­vo­lu sur la ba­vette (2,7 g d’AGS/ 100 g), l’es­ca­lope de veau (0,9 g) ou le pou­let (1,67 g).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.