100 ÉTHIOPIE, NOU­VELLE PUISSANCE ÉCO­NO­MIQUE DANS LA CORNE DE L’AFRIQUE

Avec un PIB qui croît de plus de 10% en moyenne par an, l’Éthiopie af­fiche ses am­bi­tions. Avec 100 mil­lions d’ha­bi­tants, ce pays ne veut plus seule­ment être un géant dé­mo­gra­phique, mais aus­si comp­ter éco­no­mi­que­ment en ac­cé­dant au cercle des pays “à re­ve­nu

Voyages d'Affaires - - SOMMAIRE - Par Luc Ci­tri­not et Ca­mille Grif­fou­lières

L es slo­gans s’égrènent ré­gu­liè­re­ment le long des voies ex­press d’Ad­dis Abe­ba, ten­ta­cu­laire ca­pi­tale de quatre mil­lions d’ha­bi­tants. “Nous pour­sui­vons avec vi­gueur notre rôle glo­bal et ré­gio­nal pour ache­ver nos ob­jec­tifs de dé­ve­lop­pe­ment du­rable”, clame un pan­neau. “Nous en­trons dans une nou­velle

ère de par­te­na­riats glo­baux”, en af­firme un autre. On pour­ra s’in­ter­ro­ger sur la si­gni­fi­ca­tion pro­fonde de ces mes­sages. Mais ils prouvent une chose : l’Éthiopie de 2017 af­fiche ses am­bi­tions. Géant dé­mo­gra­phique avec près de 100 mil­lions d’ha­bi­tants, deuxième pays d’Afrique le plus peu­plé der­rière le Ni­gé­ria, poids lourd po­li­tique et di­plo­ma­tique avec le siège de l’Union Afri­caine à Ad­dis Abe­ba, la Ré­pu­blique Fé­dé­rale Dé­mo­cra­tique d’Éthiopie se rêve aus­si en géant éco­no­mique.

Ses atouts sont réels. Avec un PIB en hausse constante de 9 % par an de­puis une dé­cen­nie, les ex­perts parlent au­jourd’hui de “mi­racle éco­no­mique éthio­pien”, voire, par ana­lo­gie aux éco­no­mies émer­gentes asia­tiques, de “Tigre de l’Afrique” ! Même si, bien sûr, le pays a pour sym­bole le fa­meux lion d’Abys­si­nie…

Se­lon le Fonds mo­né­taire in­ter­na­tio­nal, le PIB par ha­bi­tant a plus que dou­blé en moins de dix ans, pas­sant de 361 dol­lars US en 2010 à 795 dol­lars l’an der­nier. En Pa­ri­té Pou­voir d’Achat, ce PIB flirte ac­tuel­le­ment avec les 2 000 dol­lars. Tan­dis que la classe moyenne re­pré­sente dé­sor­mais 22 % de la po­pu­la­tion to­tale, soit 20 mil­lions d’in­di­vi­dus, le taux de pau­vre­té est pas­sé dans le même temps de 45 % à 22 %. Des chiffres qu’il faut nuan­cer, car ils sont à l’échelle du pays, où les zones ru­rales et très peu­plées vivent dans une ex­trême pau­vre­té, tan­dis que la nou­velle “classe moyenne” peine bien sou­vent à payer le cré­dit de leur “condo­mi­nium” d’état, de mo­destes ap­par­te­ments en ban­lieue loin­taine d’Ad­dis.

Néan­moins, le boom éco­no­mique est réel et a été in­fluen­cé par deux plans quin­quen­naux de crois­sance et de trans­for­ma­tion qui ont per­mis à l’in­dus­trie, aux in­fra­struc­tures et aux ser­vices de croître. Les ob­jec­tifs d’in­fra­struc­ture ont par

Deuxième pays d’Afrique le plus peu­plé der­rière le Ni­gé­ria, poids lourd di­plo­ma­tique avec le siège de l’Union Afri­caine à Ad­dis Abe­ba, l’Éthiopie se rêve en géant éco­no­mique.

exemple été réa­li­sés à plus de 60 %, tan­dis que les in­ves­tis­seurs in­ter­na­tio­naux louent l’ab­sence re­la­tive de cor­rup­tion, phé­no­mène plu­tôt rare en Afrique. Avec un aé­ro­port en cours d’ex­pan­sion et une com­pa­gnie aé­rienne de ni­veau in­ter­na­tio­nal, un ré­seau rou­tier en dé­ve­lop­pe­ment avec plus d’un mil­liard de dol­lars in­ves­tis et, sur­tout, un nou­veau train de mar­chan­dises et voya­geurs entre Ad­dis Abe­ba et Dji­bou­ti, le pays am­bi­tionne d’être le hub mar­chand de toute l’Afrique Orien­tale et Cen­trale.

Un tel cli­mat est fa­vo­rable aux af­faires, mal­gré l’at­taque d’usines étran­gères en 2016. Ain­si, en dé­pit de l’état d’ur­gence, les pers­pec­tives sont tou­jours fa­vo­rables pour 2017 et 2018, le FMI pré­voyant une crois­sance de 7,5 %, certes in­fé­rieure aux 9 % en­re­gis­trés ces der­nières an­nées.

Si les in­ves­tis­se­ments étran­gers di­rects (FDI) ont, eux aus­si, été lé­gè­re­ment re­vus à la baisse – le pays s’at­tend à 3,2 mil­liards de dol­lars US en 2017 –, les en­tre­prises in­ter­na­tio­nales se pressent aux portes de l’Éthiopie, no­tam­ment dans le nou­veau Ha­was­sa In­dus­trial Park, un com­plexe dé­dié à l’in­dus­trie tex­tile à 275 km au sud de la ca­pi­tale. On re­cense par ailleurs dans le pays des fi­liales de Ge­ne­ral Elec­trics, de Dow Che­mi­cals, d’Uni­le­ver, mais aus­si des so­cié­tés ja­po­naises, in­do­né­siennes et, bien sûr, chi­noises.

Prin­ci­pal im­por­ta­teur, la Chine est aus­si un im­por­tant in­ves­tis­seur en Éthiopie, sé­duite par une main-d’oeuvre bien for­mée et peu chère, un ou­vrier éthio­pien coû­tant deux fois moins qu’un ou­vrier chi­nois. Elle construit tout, le ré­seau rou­tier, le tram­way, l’im­mo­bi­lier et les in­fra­struc­tures pu­bliques. Pour sa part, la France n’est pas en reste, puis­qu’elle est pré­sente à tra­vers 32 fi­liales, les deux en­tre­prises les plus im­por­tantes étant To­tal et BGI-Cas­tel, prin­ci­pal bras­seur du pays.

1 — Clas­sée à

l’Unes­co, la ci­té de La­li­be­la est consi­dé­rée comme l’un des ber­ceaux de la ci­vi­li­sa­tion chré­tienne. 2 — La ca­thé­drale St George, qui a vu le cou­ron­ne­ment du “roi des rois”, le ne­gus Hai­lé Sé­las­sié Ier en 1930. 3 — Le Mer­ca­to, un im­mense mar­ché à ciel ou­vert très co­lo­ré, où tout se trouve et tout se né­go­cie.

Mo­nu­ment com­mé­mo­rant la vic­toire sur l’ar­mée ita­lienne en 1941

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.