LE RGPD IN­TRO­DUIT LA POS­SI­BI­LI­TÉ

DE TRANSFÉRER DES DON­NÉES PER­SON­NELLES D’UN PRES­TA­TAIRE À UN AUTRE. AP­PLI­QUÉ AU VOYAGE D’AF­FAIRES, CE DROIT À LA PORTABILITÉ FA­CI­LI­TE­RA LA CIR­CU­LA­TION DE L’IN­FOR­MA­TION ENTRE TOUS LES AC­TEURS DE LA CHAÎNE. LES CAS D’USAGE SONT INFINIS. RGPD : que va ap­port

Voyages d'Affaires - - TECHNOLOGIES - Xavier Bi­seul

Par ar­ticle 20 du Rè­gle­ment gé­né­ral sur la pro­tec­tion des don­nées (RGPD), en­tré en vi­gueur le 25 mai der­nier, n’est pas le plus connu. Pour­tant, à cô­té des clas­siques droits d’ac­cès, de rec­ti­fi­ca­tion et d’ou­bli, cet ar­ticle confère au ci­toyen eu­ro­péen le droit à la portabilité. C’est-àdire la pos­si­bi­li­té de ré­cu­pé­rer ses don­nées per­son­nelles au­près d’un four­nis­seur (pro­fil, pré­fé­rences, his­to­rique d’achats…) puis, s’il le sou­haite, de les transférer à une autre pla­te­forme. Les abon­nés à un ser­vice de strea­ming au­dio com­pren­dront tout l’in­té­rêt de la portabilité si, d’aven­ture, ils sou­haitent mi­grer leurs play­lists sa­vam­ment éla­bo­rées de Spo­ti­fy à Dee­zer, ou vice ver­sa.

Mais la portabilité ne se contenre pas seule­ment de fa­ci­li­ter le pas­sage à la concur­rence. Elle offre aus­si la pos­si­bi­li­té de réunir en un même lieu des don­nées éma­nant de di­vers pres­ta­taires. Toutes ces don­nées pour­raient ain­si “dia­lo­guer” entre elles et don­ner aux ac­teurs du BtoC une vi­sion réel­le­ment à 360° de leurs consom­ma­teurs. Que ce soit dans le monde de la san­té, de la mode ou de l’au­to­mo­bile, nombre d’en­tre­prises se­raient sans nul doute très in­té­res­sées par cette pers­pec­tive.

SIM­PLI­FIER LA VIE DU VOYA­GEUR

De la même fa­çon, le voyage d’af­faires se prête idéa­le­ment à l’émer­gence de nou­veaux ser­vices se­lon Oli­vier Dion, PDG de One­cub, une star­tup sou­te­nue par SNCF Dé­ve­lop­pe­ment et qui est à l’ori­gine d’une plate-forme dé­diée à la portabilité des don­nées : “Dans un voyage, il n’y a qu’une ac­tion à réa­li­ser : se dé­pla­cer d’un en­droit à l’autre. Mais cette ac­tion fait ap­pel à une mul­ti­tude d’ac­teurs.” Dans ce cadre, et c’est ce que se pro­pose de faire One­cub à tra­vers sa plate-forme, la portabilité des don­nées per­met­trait d’in­ter­con­nec­ter les agences de voyages, les agré­ga­teurs, les trans­por­teurs, les hô­tels…

Une telle évo­lu­tion a pour pre­mier atout de sim­pli­fier la vie du voya­geur d’af­faires. Ce der­nier n’au­ra plus qu’à ren­sei­gner une seule fois le détail de son dé­pla­ce­ment – des­ti­na­tion, ho­raires d’ar­ri­vée et de dé­part… – et ses pré­fé­rences – 1ère ou 2ème classe, type de vé­hi­cules loués, ca­té­go­rie d’hô­tel…. Ces in­for­ma­tions se­ront alors connues – s’il donne son ac­cord – à l’en­semble des ac­teurs de la chaîne. En outre, les champs des for­mu­laires de ré­ser­va­tion en ligne se­ront dé­jà pré­rem­plis, et le trai­te­ment des notes des frais n’en se­ra que plus fluide au re­tour du voyage.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.