4/ MA­ROC - ESSAOUIRA

Wind Magazine - - DOSSIER TRIP -

Pour­quoi ?

Dé­pay­sant, proche et ven­té. À un peu plus de trois heures de la France, Essaouira reste une ex­cel­lente des­ti­na­tion pour mé­lan­ger tou­risme clas­sique et wind­surf. C’est ven­té et la ville pos­sède des charmes par la foule qui l’agite et par son ar­chi­tec­ture re­mar­quable.

La géo­gra­phie

Si­tuée sur la fa­çade at­lan­tique entre Aga­dir et Ca­sa­blan­ca, cette ville for­ti­fiée a connu une his­toire riche et pos­sède tou­jours une au­ra cultu­relle im­por­tante. Au­jourd’hui, la ville est tour­née vers la pêche et le tou­risme. Pour le wind­surf, sa ré­pu­ta­tion n’est plus à faire, la plage d’Essaouira est par­faite pour l’ini­tia­tion dans les vagues et le spot de Mou­lay, plus au nord, at­tire des cen­taines de ri­deurs de toute l’Eu­rope tous les ans.

La mé­téo

Le cli­mat est très doux toute l’an­née. Sous l’in­fluence de l’océan, il fait ra­re­ment chaud même au coeur de l’été. L’eau est as­sez froide, en­vi­ron 18 l’été et quelques de­grés de moins au prin­temps. Le vent ha­bi­tuel, c’est le cher­ki, un vent qui longe la côte at­lan­tique. Il est en gé­né­ral om­ni­pré­sent l’été, mais souffle ré­gu­liè­re­ment dès jan­vier pour s’in­ten­si­fier au fil des mois. Donc prin­temps et été, il vaut mieux une 3mm et une bonne laine pour le soir. Pen­sez à la crème so­laire, car le so­leil n’est pas sou­vent ca­ché et même s’il ne donne pas l’im­pres­sion de ta­per, il peut faire du mal.

La na­vi­ga­tion

Ici, c’est en gé­né­ral tout ou rien, quand le vent ar­rive il faut sor­tir les pe­tites voiles, car il y a sou­vent plus de 25 noeuds. L’été, il n’est pas rare d’avoir 6 jours sur 7 de bas­ton. La des­ti­na­tion est tout de même ré­ser­vée aux bons ri­deurs d’au­tant que la plu­part des spots re­çoivent de la houle toute l’an­née. Il faut vrai­ment al­ler vers le centre-ville d’Essaouira pour es­pé­rer trou­ver un plan d’eau abri­té, mais il y a en gé­né­ral une pe­tite vague au bord qui com­plique l’ini­tia­tion. Pour les wa­ve­ri­deurs c’est tout bon, le vent vient de droite bien side shore. On saute, on surfe avec la plu­part du temps un peu plus d’un mètre de vague. Mais il peut y avoir des pé­riodes avec une grosse houle même l’été. La des­ti­na­tion est donc plus pour les ri­deurs confir­més.

Les ta­rifs

C’est l’une des des­ti­na­tions les plus éco­no­miques. Tran­sa­via offre un vol di­rect ver Essaouira pour 125eu­ros. Il existe des vols low costs de­puis la France comme Rya­nair, ou des vols clas­siques comme Royal Air Ma­roc pour moins de 200 eu­ros. En gé­né­ral, le plus éco­no­mique est de par­tir vers Mar­ra­kech. Là, soit vous louez une voi­ture, soit vous ve­nez en taxi, il faut comp­ter moins de deux heures de route pour ve­nir à Essaouira.

Di­vers

La mon­naie est le di­rham. 1eu­ro s’échange en­vi­ron 11 di­rhams. Langue : l’arabe, mais le fran­çais est en­core très uti­li­sé. Il faut un pas­se­port pour voya­ger. Plus il y a de vent, plus l’eau prend une teinte ocre en rai­son des sé­di­ments qu’elle char­rie.

Bou­j­maa Guilloul dans les vagues du spot de Mou­lay. Plus au sud, la baie d'Essaouira per­met d'of­frir des condi­tions moins ra­di­cales mais tout aus­si ven­tées.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.