Culture En­vi­ron­ne­ment

Cy­clones : faut-il ré­duire la toile ?

Wind Magazine - - SOMMAIRE - Texte : Vincent Chan­de­rot / Pho­to : DR/Win­dy Reef - Fun & Fly

La sai­son cy­clo­nique 2017 dans l’At­lan­tique nord mar­que­ra les es­prits pour de longues an­nées. Ra­re­ment les ha­bi­tants des An­tilles et du golfe du Mexique n’au­ront af­fron­té de séquence aus­si éprou­vante avec une suc­ces­sion in­ces­sante d’ou­ra­gans. On n’avait en­core ja­mais vu trois ou­ra­gans (Ir­ma, Jo­sé, Ka­tia) ba­layer en même temps la zone quelques jours après qu’un autre cos­taud (Har­vey) sac­cage le même sec­teur. De nom­breux re­gards se tournent vers les cli­ma­to­logues, dans un contexte où chaque an­née bat les re­cords de tem­pé­ra­ture de la pré­cé­dente : ça y est, c’est par­ti ?

L’an­née 2005 fut chaude, et le sud des USA en­cais­sa en l’es­pace de deux mois trois cy­clones de la ca­té­go­rie 5, la puis­sance maxi­male : Ka­tri­na, Ri­ta et Wil­ma. En 2017, le Texas se noyait sous les trombes de Har­vey, quinze jours avant que le cy­clone le plus puis­sant ja­mais ob­ser­vé n’ap­pa­raisse en si­mul­ta­né de deux autres. La science cy­clo­nique est jeune, elle date de l’ap­pa­ri­tion des sa­tel­lites, mais elle avait ra­re­ment vu ça. Avec des vents moyens de 295 km/h pen­dant 33 heures et des ra­fales à 350, Ir­ma éta­blis­sait un nou­veau re­cord du monde. Dé­trô­nant le ty­phon Haiyan, qui dé­vas­ta les Phi­lip­pines en 2013.

UNE DÉPRESSION TOUS LES CINQ JOURS

Les cy­clones tro­pi­caux (ou ou­ra­gans, ou ty­phons se­lon leur zone géo­gra­phique, hur­ri­cane en an­glais) forment l’élite des dépressions tro­pi­cales, dont la no­men­cla­ture dé­pend de la force des vents : à par­tir de 35 noeuds, la dépression gagne les ga­lons de tem­pête tro­pi­cale et se voit af­fu­bler d’un pré­nom. On en re­cense 90 par an sur Terre, et 50 % d’entre elles at­teignent le stade d’ou­ra­gan (dont six en At­lan­tique Nord), quand les vents dé­passent 65 noeuds. Les deux tiers se dis­sipent dans les océans, mais une quin­zaine at­teignent les côtes chaque an­née.

DES PHÉNOMÈNES SAISONNIERS ET LOCALISÉS… OU PRESQUE

Les cy­clones les plus nom­breux et les plus puis­sants sé­vissent dans le nord-ouest de l’océan Pa­ci­fique, où l’ac­ti­vi­té se ma­ni­feste toute l’an­née. Ailleurs, la sai­son cy­clo­nique se dé­roule entre l’été et l’au­tomne, avec un pic en fin d’été lorsque l’eau est la plus chaude. La sai­son of­fi­cielle dans l’At­lan­tique nord court du 1er juin au 30 no­vembre (pour les abords de l’île de la Réunion du 15 no­vembre au 30 avril), ce­pen­dant l’ap­pa­ri­tion d’ou­ra­gans n’est pas à ex­clure en de­hors de ces dates : le cy­clone Alex a tra­ver­sé l’ar­chi­pel des Açores en jan­vier 2016 ! Non seule­ment il s’est for­mé hors-sai­son, mais en plus dans des eaux à 22 °C, alors qu’on consi­dé­rait qu’une tem­pé­ra­ture des eaux de sur­face (SST) su­pé­rieure à 26 °C était né­ces­saire. En oc­tobre 2005, l’ou­ra­gan Vince se for­ma au large de Ma­dère et prit une tra­jec­toire à l’est, qui l’ame­na en An­da­lou­sie. Ce fut le pre­mier cy­clone de l’his­toire à at­teindre

Saint Mar­tin a été dé­vas­té par Ir­ma. Ces images montrent le centre Win­dy Reef de Jean Seb La­vo­cat avant et après le cy­clone. Il ne reste sim­ple­ment plus rien. Bien qu'il ne soit cer­tai­ne­ment pas le seul à en avoir be­soin, pour ai­der Jean Seb à re­cons­truire son centre, une ca­gnotte a été mise en place ici : http://bit.ly/2fwG2­va

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.