Ma­ga­zine

Gun Sails a 30 ans

Wind Magazine - - SOMMAIRE - Texte par Flo­rian Jung et la rédaction. Pho­tos : DR/Gunsails.

LA NAIS­SANCE DE LA MARQUE

Il y a 30 ans, l’idée du fon­da­teur Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen pas­sait pour ha­sar­deuse. La vente en ligne n’exis­tait pas et n’est de­ve­nue po­pu­laire que 10 an­nées plus tard. Au dé­but, ce­la s’ap­pe­lait le : « Call and Or­der ». Tout est né d’une vi­sion en avance sur son temps, celle de la pos­si­bi­li­té de vendre des voiles de wind­surf en di­rect. À l’époque, le terme « Gun » dé­si­gnait les planches de vi­tesse su­per ra­pides et très po­pu­laires au mi­lieu des an­nées 80. Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen connut un très gros suc­cès à l’« In­ter­na­tio­nale Speed Week » de Wey­mouth en 1984 avec un gun qu’il avait conçu lui-même. Peu de temps après, les pre­mières sé­ries de planches gun étaient com­mer­cia­li­sées. Un « Speed Wing », une voile op­ti­mi­sée avec une aile aé­ro­dy­na­mique en po­ly­sty­rène, fut éga­le­ment ex­pé­ri­men­té. C’est avec ces ex­pé­riences ac­quises qu’il se concen­tra sur les voiles de wind­surf. La marque Gun « SAILS » vit alors le jour. Grâce à la vente di­recte qui lui a per­mis de se po­si­tion­ner sur le rap­port qua­li­té/prix et de se dif­fé­ren­cier de la concur­rence, le suc­cès ne tar­da pas.

GUN SAILS ET LA SPEED

Dans les an­nées 90, la Speed était un pro­mo­teur idéal pour la marque Gun Sails puisque son nom rap­pe­lait ce­lui des planches de speed (les guns, NDLR). Jo­chen Krauth, Mi­chael Pu­cher, Syl­vie Re­nart, Rod­dy Le­wis cou­raient pour Gun Sails et ont été cham­pions du monde de vi­tesse. Ces per­for­mances et ré­sul­tats cau­tion­naient par­fai­te­ment la lé­gi­ti­mi­té de la marque sur le mar­ché.

1998 : LE FON­DA­TEUR DÉ­COUVRE RENATO MORLOTTI

Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen avait le nez fin pour dé­ni­cher les nou­veaux ta­lents. Et il ne lui a fal­lu que quelques heures pour com­prendre, dans l’ate­lier mi­la­nais de ce de­si­gner de voiles, que Renato se­rait son nou­veau de­si­gner. Ce qui, de toute évi­dence, s’est avé­ré être une au­baine. L’Ita­lien po­sa alors ses va­lises à Ta­ri­fa, dans le sud de l’Es­pagne : la ca­pi­tale du wind­surf. Ce­la fait main­te­nant 18 ans que Renato et son équipe de tes­teurs, dont le Fran­çais Phi­lippe Vi­gne­ron, dé­ve­loppent toute la gamme des voiles Gun Sails. Le ta­lent et la pré­ci-

sion de ce bour­reau de tra­vail ont don­né nais­sance à des voiles de qua­li­té, aux très bonnes per­for­mances. Les in­nom­brables tests pa­rus dans la presse in­ter­na­tio­nale le confirment. En marge du dé­ve­lop­pe­ment de toutes les voiles de la gamme, le de­si­gner Renato Morlotti s’est fo­ca­li­sé de­puis ces cinq der­nières an­nées sur les voiles de race et sla­lom. La GS-R est ac­tuel­le­ment à la pointe de la tech­no­lo­gie chez Gun Sails. Les voiles Flat­wa­ter de la gamme tirent bien évi­dem­ment pro­fit du dé­ve­lop­pe­ment de cette voile haut de gamme.

IN­TER­NA­TIO­NALE DE­PUIS LE DÉ­BUT

L’en­tre­prise de vente di­recte, dont le siège est à Saar­brü­cken en Al­le­magne, s’est at­ta­quée dès le dé­but au mar­ché fran­çais. D’autres pays eu­ro­péens ont sui­vi, d’abord par l’in­ter­mé­diaire de Surf Shops qui ont dis­tri­bué les pro­duits Gun Sails. Avec le dé­ve­lop­pe­ment du sys­tème de com­mandes en ligne, de plus en plus de clients de pays étran­gers achètent dé­sor­mais di­rec­te­ment chez Gun Sails.

DIS­PA­RI­TION TRA­GIQUE DU FON­DA­TEUR EN 2004

La dis­pa­ri­tion sou­daine du fon­da­teur Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen dans un ac­ci­dent d’avion fut un grand choc. Mais le suc­cès gran­dis­sant de Gun Sails de­vait conti­nuer. La di­rec­tion de l’en­tre­prise fut re­prise par son épouse et as­so­ciée Pe­tra von Os­te­rhau­sen qui gar­da l’équipe dé­jà pré­sente et ex­pé­ri­men­tée. Jörg Mül­ler, di­rec­teur mar­ke­ting, re­prit alors les af­faires cou­rantes de l’en­tre­prise. Rai­ner Sprick, col­la­bo­ra­teur de la 1re heure, pas­sa chef de pro­duit. La pa­lette de pro­duits pro­po­sée ne cesse de s’agran­dir et compte au­jourd’hui 14 gammes de voiles dif­fé­rentes, avec les mâts, wi­sh­bones et ac­ces­soires cor­res­pon­dants. La gamme com­plète re­cense plus de 1000 pro­duits, tous conçus et dé­ve­lop­pés par Gun Sails. De­puis plus de 10 ans, le de­si­gner gra­phiste Niels P. Geis­sel­brecht a in­té­gré l’équipe. Les ac­cords dé­fi­ni­tifs sont va­li­dés au sein même de l’en­tre­prise où se dé­roulent de nom­breux mee­tings pour créer et dé­fi­nir en­tiè­re­ment le style Gun Sails. Idem en ce qui concerne le catalogue an­nuel, les flyers pro­mo­tion­nels et les pu­bli­ci­tés ma­ga­zines : tout est conçu et créé dans l’en­tre­prise. Gun Sails est re­pré­sen­té de­puis 30 ans par un grand nombre de pro­fes­sion­nels du wind­surf. Par­mi tous ces in­nom­brables re­pré­sen­tants, on re­trouve Flo­rian Jung, cou­reur sous contrat de­puis 2000. Au fil du temps, il est de­ve­nu le vi­sage de Gun Sails, très présent en cou­ver­ture de ca­ta­logues et en pa­ru­tion dans les ma­ga­zines spé­cia­li­sés. Flo­rian est éga­le­ment connu pour ses nom­breux trips par­tout dans le monde. Cette re­la­tion ami­cale et pleine de confiance avec les dif­fé­rents par­te­naires, em­ployés et clients, est un fac­teur im­por­tant du suc­cès de Gun Sails.

FLO JUNG RA­CONTE GUN SAILS

« J’ai ap­pris l’exis­tence de l’en­tre­prise Gun Sails en tom­bant sur une pub dans le

ma­ga­zine al­le­mand Surf. J’ai été im­mé­dia­te­ment sur­pris en ap­pre­nant que l’en­tre­prise sié­geait dans ma ville na­tale à Saar­brü­cken. J’y ai vu une chance in­ouïe de me pro­cu­rer une voile d’oc­ca­sion à deux pas de chez moi. J’ai alors convain­cu ma mère de m’y em­me­ner… Cette vi­site al­lait bou­le­ver­ser ma vie. Je fis la connais­sance du fon­da­teur de l’en­tre­prise Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen alors que je ve­nais dé­po­ser une an­cienne voile pour la faire re­prendre 50 Mark (mon­naie al­le­mande de l’époque) pour l’achat d’une voile d’oc­ca­sion. Une voile de vagues rouge ap­par­te­nant à Ralf Bach­schus­ter, cou­reur star du team, rin­cée par ses nom­breuses étapes de coupe du monde. Je te­nais ma voile comme un os­car, fier de na­vi­guer avec une voile sti­ckée par les mul­tiples spon­sors de son an­cien pro­prié­taire. Je n’avais bien évi­dem­ment pas du tout le même ni­veau en vagues que j’ai sur l’eau au­jourd’hui. Cette Top Wave 5,3 m3 sym­bo­li­sait pour moi tout un rêve, ce­lui de pou­voir de­ve­nir un jour wind­sur­feur pro­fes­sion­nel de ca­té­go­rie mon­diale. Les an­nées qui ont sui­vi cette pre­mière ren­contre, j’ai ap­pris à mieux connaître Gun Sails à tra­vers des jobs ponc­tuels d’été no­tam­ment au ser­vice co­li­sage. J’ai gran­di avec cette so­cié­té fa­mi­liale. Presque 16 ans se sont écou­lés et mon CV de wind­sur­feur pro­fes­sion­nel est dé­sor­mais bien im­pré­gné par cette en­tre­prise. Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen, créa­teur vi­sion­naire de la marque, fut mon men­tor sous bien des as­pects. Il me confor­tait dans mes es­poirs et mon rêve de de­ve­nir un jour pro­fes­sion­nel. Il avait ce ta­lent de ras­sem­bler les gens, de les mo­ti­ver, de les ti­rer vers le haut pour qu’ils at­teignent leurs ob­jec­tifs. Un jour, pen­dant mon job d’été, alors que j’em­bal­lais un bon pa­quet de voiles dans les stocks, il vint me voir pour me pro­po­ser un deal que je ne pou­vais pas re­fu­ser : me fi­nan­cer mon pre­mier trip à Ha­waii en échange d’images spec­ta­cu­laires des nou­veaux mo­dèles de voiles, des images qui pour­raient faire la cou­ver­ture du ma­ga­zine Surf. Un deal am­bi­tieux, mais je n’avais rien à perdre à essayer. Nous avons ré­flé­chi en­semble à de nou­velles pers­pec­tives de pho­to­gra­phie. Nous avons conçu un boi­tier lé­ger et étanche en car­bone avec dé­clen­che­ment à dis­tance, fixé sur la ral­longe ar­rière du wi­sh­bone. Nous avons en­suite trou­vé un bon pho­to­graphe. Ce sys­tème d’ap­pa­reillage pho­to, à l’image des “GoP­ro” ac­tuelles, était bien évi­dem­ment nou­veau à l’époque. À mon re­tour du trip, ce n’était pas une, mais deux pa­ru­tions de cou­ver­ture sur des ma­ga­zines al­le­mands et fran­çais ! J’en avais plus que j’en avais es­pé­ré. J’ai ap­pris à ce mo­ment-là qu’il ne fal­lait pas for­cé­ment être le meilleur, mais que la créa­ti­vi­té et l’in­gé­nio­si­té pou­vaient faire la dif­fé­rence. Peu de temps après, au cou­rant de l’été 2004, Ebe­rhard per­dit la vie dans un tra­gique ac­ci­dent d’avion. Ce fut un énorme choc pour moi tout comme pour l’en­semble de l’en­tre­prise qui ve­nait de perdre sou­dai­ne­ment son com­man­dant de bord. Il fal­lut tou­te­fois conti­nuer im­mé­dia­te­ment. Son épouse et as­so­ciée Pe­tra von Os­te­rhau­sen re­prit le gou­ver­nail avec le sou­tien de l’équipe ex­pé­ri­men­tée dé­jà en place, dont Jörg Mül­ler, chef mar­ke­ting, et Rai­ner Sprick, ma­na­ger pro­duits. Les an­nées sui­vantes, j’ai eu la chance d’ap­prendre les dif­fé­rents as­pects d’une en­tre­prise im­plan­tée dans l’in­dus­trie du wind­surf. Chaque an­née, ce ne sont pas moins de 80 tailles de voiles dif­fé­rentes d’une col­lec­tion de 13 mo­dèles de voiles qui sont to­ta­le­ment re­ma­niées ou nou­vel­le­ment concep­tua­li­sées. Elles doivent cor­res­pondre au­tant à une pra­tique ama­teur que pro­fes­sion­nelle… Et bien en­ten­du mar­quer des points sur les tests des ma­ga­zines. La marque Gun Sails, dont le siège est à Saar­brü­cken en Al­le­magne, se com­pose d’une belle équipe de wind­sur­feurs pas­sion­nés. Lea­der in­con­tes­tée de la vente à dis­tance, elle se dé­marque to­ta­le­ment de sa concur­rence par ce sys­tème de dis­tri­bu­tion. Souvent dé­criée par le mi­lieu à ses dé­buts, la marque Gun Sails est de­ve­nue au­jourd’hui un ac­teur ma­jeur et incontournable du wind­surf in­ter­na­tio­nal. Je sou­haite que Gun Sails pour­suive dans cette voie ces 30 pro­chaines an­nées ! »

Ebe­rhard von Os­te­rhau­sen, le fon­da­teur de la marque Gun Sails était un pas­sion­né de vi­tesse. www.wind­mag.com

En haut : le speed wind­sur­feur Jo­chen Krauth a long­temps été l'un des am­bas­sa­deurs d'une marque dont le nom fait di­rec­te­ment ré­fé­rence aux planches de vi­tesse. www.wind­mag.com

Des runs de vi­tesse à cette vague de Flo Jung à Jaws, la marque a bien évo­lué. © Pierre Bou­ras / Gun Sails

Flo Jung a lan­cé sa car­rière grâce à de nou­veaux angles de prise de vue et de­puis il n'a ja­mais quit­té Gun Sails. © Erik Ae­der/ Gun Sails

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.