Voyage zen : Lis­bonne

Zen et bien dans ma vie - - Sommaire -

Ville char­mante pour sé­jour in­ou­bliable

Ci­ty aux mille fa­cettes

Lis­bonne est la ca­pi­tale et la plus grande ville du Por­tu­gal. Consi­dé­rée comme une « ville mon­diale » se­lon le clas­se­ment 2010 du Ré­seau d’étude sur la mon­dia­li­sa­tion et les villes mon­diales, comme Tai­pei, Mia­mi, Var­so­vie ou Mu­nich, Lis­bonne est éga­le­ment le chef-lieu du dis­trict de Lis­bonne, du Grand Lis­bonne et de la zone mé­tro­po­li­taine de Lis­bonne.

D’après le re­cen­se­ment de 2011, la mu­ni­ci­pa­li­té comp­te­rait une po­pu­la­tion de 545 733 ha­bi­tants, ré­par­tie sur une sur­face de 83,7 km. L’ag­glo­mé­ra­tion de Lis­bonne (Grand Lis­bonne) compte une po­pu­la­tion lé­gè­re­ment su­pé­rieure à 2,042 mil­lions d’ha­bi­tants (NUTS III), ce qui en fait la 15e ag­glo­mé­ra­tion eu­ro­péenne en im­por­tance. Son aire ur­baine (Ré­gion de Lis­bonne) quant à elle 2 821 876 ha­bi­tants (NUTS II), re­pré­sen­tant 26,7% de la po­pu­la­tion por­tu­gaise. C’est la ville la plus riche du Por­tu­gal, avec un PIB par ha­bi­tant su­pé­rieur au PIB moyen de l’Union eu­ro­péenne. Si­tuée à l’em­bou­chure du Tage, la mu­ni­ci­pa­li­té est di­vi­sée en 24 fre­gue­sias (pa­roisses ci­viles ou ar­ron­dis­se­ments).

Elle est li­mi­tée par les com­munes de Odi­ve­las et Loures au nord, Oei­ras à l’ouest, Ama­do­ra au nord-ouest et l’es­tuaire du Tage (la mer de Paille) au sud-est, au tra­vers du­quel, la ville est au contact des mu­ni­ci­pa­li­tés de la rive sud : Al­ma­da, Seixal, Bar­rei­ro, Moi­ta, Mon­ti­jo et Al­co­chete. Deux agences eu­ro­péennes ont leur siège à Lis­bonne : l’Ob­ser­va­toire eu­ro­péen des drogues et des toxi­co­ma­nies et l’Agence eu­ro­péenne pour la sé­cu­ri­té ma­ri­time, toutes les deux avec des pro­jets de nou­veaux sièges près du fleuve. L’or­ga­ni­sa­tion de la Com­mu­nau­té des pays de langue por­tu­gaise a éga­le­ment ses bu­reaux dans la ca­pi­tale por­tu­gaise.

Lis­bonne est la ca­pi­tale la plus oc­ci­den­tale d’Eu­rope conti­nen­tale, elle est si­tuée entre la côte de l’océan At­lan­tique à l’ouest et la mer de paille à l’est (com­mu­ni­quant entre eux par un dé­troit) dans la­quelle se jette le Tage. Les li­mites de la com­mune, con­trai­re­ment à ce qui se pro­duit gé­né­ra­le­ment dans les grandes villes, cor­res­pondent au pé­ri­mètre de la ville an­cienne.

Plus qu’une ville, une carte pos­tale

Le centre his­to­rique de la ville est com­po­sé de sept col­lines (São Jorge, Es­tre­la, San­ta Ca­ta­ri­na, São Pe­dro de Al­can­tra, Gra­ça, Sen­ho­ra do Monte et Pen­ha de Fran­ça) dont les pentes de cer­taines d’entre elles sont do­tées de rues trop pen­tues pour per­mettre la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile. La par­tie oc­ci­den tale de la ville est oc­cu­pée par le parc fo­res­tier de Mon­san­to, un des parcs ur­bains les plus grands d’Eu­rope avec une sur­face ap­pro­chant les 10 km. La ville de Lis­bonne bé­né­fi­cie d’un cli­mat mé­di­ter­ra­néen. Les étés sont chauds sans cha­leur ex­ces­sive grâce à l’in­fluence océa­nique de l’océan At­lan­tique. Les pré­ci­pi­ta­tions at­teignent en moyenne 6,1 mm en juillet et 6,8 mm en août. L’en­so­leille­ment à cette pé­riode est très fort. Les hi­vers sont doux et hu­mides, la tem­pé­ra­ture en cette sai­son est de 16,7 °C.

Far­niente toute l’an­nee ? Oui, c’est pos­sible !

La ville de Lis­bonne re­groupe plu­sieurs es­paces verts, de tailles va­riées. Elle a vu naître le pre­mier jar­din bo­ta­nique por­tu­gais : le jar­din bo­ta­nique d’Aju­da. La ville pos­sède aus­si le grand parc fo­res­tier de Mon­san­to, avec une su­per­fi­cie de 900 hec­tares. sur sept fre­gue­sias (Ben­fi­ca, São Do­min­gos de Ben­fi­ca, Cam­po­lide, San­ta Ma­ria de Be­lém, São Fran­cis­co Xa­vier, Aju­da et Al­cân­ta­ra).

Cer­tains des jar­dins de la ville sont en cours de res­tau­ra­tion. Quant à la qua­li­té de l’air, la ville pré­sente un ni­veau moyen de pol­lu­tion at­mo­sphé­rique, mais avec des ni­veaux d’ex­po­si­tion éle­vés aux par­ti­cules en sus­pen­sion (PM10) dans les grands axes rou­tiers, ré­dui­sant l’es­pé­rance de vie des Lis­boètes d’en­vi­ron six mois. La pol­lu­tion at­mo­sphé­rique est plus éle­vée près des prin­ci­pales voies rou­tières. Jus­qu’aux an­nées 1960, la pre­mière pré­oc­cu­pa­tion sa­ni­taire de la ville était le ni­veau éle­vé de la pol­lu­tion in­dus­trielle, avec des ni­veaux éle­vées de soufre et de par­ti­cules.

Jus­qu’aux an­nées 1960, la pre­mière pré­oc­cu­pa­tion sa­ni­taire de la ville était le ni­veau éle­vé de la pol­lu­tion in­dus­trielle, avec des ni­veaux éle­vées de soufre et de par­ti­cules. En jan­vier 1993, la ville at­teint un ni­veau de pol­lu­tion très éle­vé dû à la qua­li­té de l’air et aux condi­tions at­mo­sphé­riques. De­puis quelques an­nées, la qua­li­té de l’air à Lis­bonne s’est amé­lio­rée.

Se­lon l’INE, la po­pu­la­tion de la ville de Lis­bonne était en 2011 de 545 245 ha­bi­tants pour une su­per­fi­cie de 8 470 hec­tares, soit une den­si­té de 5 723 ha­bi­tants par km². En 2011, le Grand Lis­bonne dé­fi­ni par l’INE ne com­pre­nait que 9 com­munes et to­ta­li­sait 2 244 984 ha­bi­tants. L’évo­lu­tion de la po­pu­la­tion de la ca­pi­tale est ca­rac­té­ri­sée par di­verses va­ria­tions au cours de son his­toire. Au­jourd’hui l’ag­glo­mé­ra­tion compte 2,8 mil­lions d’ha­bi­tants et Lis­bonne se rap­proche de plus en plus du mil­lions grâce aux prix de l’im­mo­bi­lier qui a for­te­ment bais­sé et a at­ti­ré de nombreux étran­gers à vivre dans la ca­pi­tale. Ces étran­gers sont pour la plu­part fran­çais, an­glais et amé­ri­cains.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.