Pro­jet de ré­forme de la SNCF : Les fran­çais sa­tis­faits

Zen et bien dans ma vie - - News -

Quelques heures après les an­nonces du Pre­mier mi­nistre, le pro­jet de ré­forme de la SNCF ap­pa­rait re­la­ti­ve­ment bien ap­pré­cié de la part des Fran­çais :Sur la mé­thode : 54% des Fran­çais se dé­clarent fa­vo­rables à ce que la ré­forme soit mise en oeuvre en re­cou­rant aux or­don­nances. Rap­pe­lons qu’en sep­tembre der­nier seuls 35% des Fran­çais se dé­cla­raient fa­vo­rables à cette mé­thode (alors qu’il s’agis­sait de la loi tra­vail). Sur un des dis­po­si­tifs em­blé­ma­tiques : 69% des Fran­çais in­diquent être fa­vo­rables à l’aban­don du sta­tut de che­mi­not pour les fu­turs sa­la­riés de la SNCF. Sur les pers­pec­tives : 69% des Fran­çais an­ti­cipent une ré­duc­tion de la dette de la SNCF, les deux-tiers une bonne qualité de ser­vice pour les clients, 56% des prix plus at­trac­tifs et la moi­tié de la po­pu­la­tion in­ter­ro­gée n’an­ti­cipe pas l’ar­rêt de lignes de trains peu fré­quen­tées. L’en­semble de ces opi­nions, émises quelques heures après les an­nonces d’Edouard Phi­lippe, s’ins­crivent dans un con­texte où – lorsque l’on parle de la SNCF – le terme « re­tard » est ce­lui le plus sou­vent spon­ta­né­ment évo­qué. Les ré­fé­rences au ser­vice pu­blic, à l’ef­fi­ca­ci­té… ne sont que peu res­ti­tuées. Elles s’ins­crivent éga­le­ment dans un con­texte où les prix ap­pa­raissent – se­lon nos in­ter­viewés – éle­vés et n’offrent plus for­cé­ment de possibilités aux ca­té­go­ries po­pu­laires à y re­cou­rir ai­sé­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.