LE TRACAGE DES ALI­MENTS AVANT ACHAT? NOU­VELLE TEN­DANCE PREFEREE DES FRANCAIS

Zen et bien dans ma vie - - Alimentation Zen & Gourmande -

C’est de plus en plus ré­pan­du, on le re­marque dans la plu­part des su­per­mar­chés. Des pro­duits tra­çables font leur ap­pa­ri­tion et ap­pa­raissent di­rec­te­ment dans les stands. Les in­for­ma­tions ré­col­tés, con­cer­nant ces pro­duits, se ré­per­to­rient im­mé­dia­te­ment sur le té­lé­phone des consom­ma­teurs.

Sa­voir exac­te­ment ce que l’on achète pour s’ali­men­ter est dé­sor­mais pos­sible. Tout ce­la grâce à un QR code que le client scanne avec son smart­phone. Pour une vo­laille, s’af­fichent par exemple la date de nais­sance et d’abat­tage, le nom de l’éle­veur, l’ali­men­ta­tion dé­taillée de l’ani­mal et son trai­te­ment vé­té­ri­naire. Des ap­pli­ca­tions en­core plus évo­luées, telles que les vi­déos, peuvent agré­men­ter le sys­tème. Les no­ti­fi­ca­tions pré­viennent des condi­tions et le mode d’éle­vage.

Une de­mande de plus en plus éle­vée au­près des consom­ma­teurs

Les consom­ma­teurs de­mandent de plus en plus à tra­cer leurs ali­ments, et ce dans le monde en­tier. De­puis jan­vier, quand on scanne une grande marque de riz, le portrait du ri­zi­cul­teur ap­pa­rait en vi­déo, même le géant amé­ri­cain Wal­mart s’y pré­pare. La tra­ça­bi­li­té est une ques­tion cru­ciale pour l’ave­nir de la grande distribution. Fin 2018, des di­zaines de pro­duits tra­çables de­vraient être dis­po­nibles dans les rayons des su­per­mar­chés.

Les fran­çais qui s’in­té­ressent le plus au tra­çage des pro­duits, sont ceux qui ont des en­fants en bas âge, ou des bé­bés. Ces nou­veaux ou­tils aident les pa­rents à se sen­tir plus en confiance. C’est le cas de WaBi.

Por­té par la so­cié­té Wa­li­mai, le pro­jet WaBi vise à mettre en place un sys­tème de tra­ça­bi­li­té des pro­duits pour em­pê­cher leur fal­si­fi­ca­tion ou leur contre­fa­çon. L’équipe sou­haite étendre cette ac­ti­vi­té à da­van­tage de pro­duits et sé­cu­ri­ser ses pro­cess de vé­ri­fi­ca­tion en uti­li­sant la Blo­ck­chain et a donc le­vé une ICO fin 2017. La so­lu­tion Wa­li­mai per­met donc de re­lier de ma­nière sé­cu­ri­sée la Blo­ck­chain au monde phy­sique, en ré­per­to­riant toutes les in­for­ma­tions du cycle de vie d’un pro­duit sur la Blo­ck­chain pour as­su­rer une par­faite tra­ça­bi­li­té et trans­pa­rence.

A l’heure ac­tuelle, Wa­li­mai pro­pose un pro­duit fi­ni ef­fi­cace, et doit au­jourd’hui sur­tout concen­trer ses ef­forts sur son dé­ve­lop­pe­ment com­mer­cial pour dé­ni­cher de nou­veaux par­te­na­riats et étendre sa so­lu­tion à l’ex­té­rieur du mar­ché chi­nois. Le to­ken WaBi est uti­li­sé pour ré­com­pen­ser les uti­li­sa­teurs de la so­lu­tion WaBi, et doit per­mettre d’être uti­li­sé comme moyen de paie­ment dans les points de vente partenaires.

En ache­tant de la nour­ri­ture pour bé­bé, des pro­duits phar­ma­co­lo­giques ou d’autres pro­duits sui­vis par la so­lu­tion Wa­li­mai, les consom­ma­teurs peuvent mi­ner du WaBi en scan­nant sim­ple­ment leurs pro­duits. Le scan s’ef­fec­tue l’aide d’un Smart­phone en uti­li­sant l’ap­pli­ca­tion mo­bile dé­diée (com­pa­tible iOS et Android). Chaque scan re­nou­velle les don­nées conte­nues dans le ré­seau et contri­bue alors à main­te­nir sa sé­cu­ri­té. Le pre­mier client à avoir réa­li­sé un achat en WaBi a choi­si d’ache­ter de la nour­ri­ture pour bé­bé le 16 jan­vier 2018. Les uti­li­sa­teurs com­mencent, peu à peu, à cu­mu­ler leurs WaBis en ré­com­pense et les achats en to­kens WaBis de­vraient donc de­ve­nir de plus en plus nom­breux.

La tra­ça­bi­li­té des pro­duits étant dé­sor­mais une obli­ga­tion pour les clients, les grande en­seignes se mettent en ordre de marche pour sa­tis­faire les de­mandes, no­tam­ment dans l’uti­li­sa­tion de la blo­ck­chain. Tech­no­lo­gie à l’ori­gine des cryp­to­mon­naies, elle per­met de dé­tec­ter la moindre ano­ma­lie et rend ain­si les in­for­ma­tions qua­si­ment in­fal­si­fiables. Même le gou­ver­ne­ment s’est pen­ché sur la ques­tion afin de sé­cu­ri­ser cer­taines tran­sac­tions comme le transfert de titres fi­nan­ciers. L’en­tre­prise Car­re­four a donc été l’une des pre­mières à uti­li­ser la blo­ck­chain pour as­su­rer le sui­vi de ses pro­duits. L’ob­jec­tif est de tra­cer l’ori­gine, la pro­duc­tion et la vé­ra­ci­té des in­for­ma­tions sur l’éti­quette mar­quée sur le ti­cket. Dé­sor­mais, rien ne pour­ra échap­per au client, es­pé­rons sim­ple­ment que le gou­ver­ne­ment va dé­mo­cra­ti­ser ce pro­ces­sus et pas que pour les grandes en­seignes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.