La Fon­da­tion Aïshti élar­git les ho­ri­zons ar­tis­tiques de Bey­routh

Déco Magazine - - ARCHI-NEWS - Sté­pha­nie Gha­zal

LE 25 OC­TOBRE 2015, LA FON­DA­TION AÏSHTI OU­VRI­RA SES PORTES AU PU­BLIC AVEC "NEW SKIN", UNE EX­PO­SI­TION INAU­GU­RALE OR­GA­NI­SÉE PAR MAS­SI­MI­LIA­NO GIONI. ELLE DÉ­VOI­LE­RA UNE SÉ­LEC­TION D’OEUVRES DE LA COL­LEC­TION TO­NY SA­LA­MÉ QUI COMPTE AU TO­TAL PLUS DE 2000 PIÈCES. CONÇU PAR AD­JAYE AS­SO­CIATES, LE B­TI­MENT SE VEUT UNE DES­TI­NA­TION-CLÉ EN MA­TIÈRE D’ART CONTEMPORAIN. UNE PRE­MIÈRE DANS LA RÉ­GION.

Si­tué à la

pé­ri­phé­rie nord de Bey­routh, le bâ­ti­ment de la Fon­da­tion Aïshti est à la fois sobre et at­trayant: il se démarque des construc­tions qui bordent l’au­to­route par son ga­ba­rit et le trai­te­ment de ses fa­çades. Simple tout en sor­tant de l’or­di­naire, il s’ins­crit im­mé­dia­te­ment dans la mé­moire vi­suelle des pas­sants pour de­ve­nir un vé­ri­table re­père, loin des struc­tures ex­tra­va­gantes et des ar­ti­fices. Avec son en­ro­bage de mé­tal rouge, qui ré­in­ter­prète de fa­çon contem­po­raine les mou­cha­ra­biehs arabes, la Fon­da­tion Aïshti in­tro­duit sa propre si­gna­ture dans le tis­su ur­bain: une image de marque élé­gante et dis­tin­guée. Abri­tant 4000 mètres car­rés de sur­face d’ex­po­si­tion, la fon­da­tion fait par­tie d’un com­plexe d’une su­per­fi­cie to­tale de 35 000 mètres car­rés qui com­prend une mixi­té de fonc­tions et d’ac­ti­vi­tés. On y trouve une li­brai­rie thé­ma­tique, des bou­tiques de mode, un spa, des res­tau­rants et des ca­fés, ain­si qu’un bar à ciel ou­vert. De quoi trans­for­mer le lieu en un vé­ri­table pôle d’ex­pé­riences va­riées, où art et pra­tiques ur­baines contem­po­raines se ma­rient dans une com­po­si­tion unique en son genre.

Un in­ter­face entre la ville et la mer

Ici, la gé­né­ro­si­té des sur­faces est dé­cu­plée par les vues ca­drées sur l’ho­ri­zon et la sil­houette de la ville. À par­tir des ga­le­ries, la double peau, qui sert au­tant à pro­té­ger les fa­çades qu’à dé­fi­nir l’iden­ti­té vi­suelle du projet, de­vient une maille à tra­vers la­quelle le pay­sage ur­bain et la mer s’in­vitent dans l’ex­pé­rience spa­tiale. Vé­ri­table in­ter­face entre l’in­té­rieur, les dif­fé­rentes com­po­santes de ce quar­tier en bord de mer et l’ho­ri­zon, la fa­çade se­ra l’élé­ment cen­tral de cette com­po­si­tion ar­chi­tec­tu­rale. En s’ou­vrant sur la mer, le bâ­ti­ment res­taure les liens que l’au­to­route et les construc­tions avoi­si­nantes ont al­té­rés. Mais la re­cons­ti­tu­tion du rap­port entre l’ur­bain et la mer n’est pas uni­que­ment de l’ordre du vi­suel: de vastes es­paces pu­blics au bord de l’eau consti­tuent une ex­ten­sion du projet, ini­tia­tive sin­gu­lière qui re­coud le lit­to­ral au ter­ri­toire, tout en per­met­tant à l’art et à l’art de vivre de trou­ver leur place dans le quo­ti­dien bey­rou­thin. Si "New Skin" (Peau neuve), le titre de l’ex­po­si­tion inau­gu­rale, est em­prun­té à une sculp­ture d’Alice Chan­ner, il est tout aus­si adap­té à l’en­semble du projet qui in­tro­duit une vi­sion nou­velle et se démarque par sa peau écla­tante d’éner­gie.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.