LE MU­SÉE NA­TIO­NAL EXHUMÉ

Déco Magazine - - MUSÉE -

L’inau­gu­ra­tion par le

mi­nistre de la Culture Ro­ny Aray­jii était à la hau­teur de l’im­por­tance de l’évé­ne­ment. Étaient no­tam­ment pré­sents à ses cô­tés le Pre­mier mi­nistre Tam­mam Sa­lam et le mi­nistre ita­lien des Af­faires étran­gères Pao­lo Gen­ti­lo­ni, dont le pays a joué un rôle cen­tral dans la res­tau­ra­tion.

Une lente re­nais­sance

Avec le mu­sée de la Pré­his­toire de l’USJ et le mu­sée de l’AUB, le mu­sée na­tio­nal a tou­jours consti­tué un sanc­tuaire ar­chéo­lo­gique au Li­ban. De 1975 à 1999, la guerre le con­traint mal­heu­reu­se­ment à fer­mer ses portes. Sa ré­ou­ver­ture au tour­nant du XXIe siècle se li­mite au rez-de-chaus­sée et au pre­mier étage. Le sous-sol reste condam­né, faute de res­sources suf­fi­santes pour ex­hu­mer et res­tau­rer les tré­sors qu’il y abrite, ca­chés là du­rant les com­bats. L’hu­mi­di­té a com­men­cé d’en­dom­ma­ger des fresques de la tombe de Tyr, da­tée du IIe siècle après J.-C. En 2010, un conser­va­teur ita­lien est alors man­da­té pour les res­tau­rer, avec le sou­tien fi­nan­cier to­tal du bu­reau de la co­opé­ra­tion ita­lienne à Bey­routh. En 2011, la ré­ou­ver­ture de la tombe en­clenche une dy­na­mique qui ne s’ar­rê­te­ra plus: le gou­ver­ne­ment ita­lien dé­cide de pour­suivre son en­ga­ge­ment pour l’en­semble des col­lec­tions du sous­sol.

Le mi­nis­tère de la Culture li­ba­nais s’im­plique plei­ne­ment à son tour, aux cô­tés de la di­rec­tion gé­né­rale des An­ti­qui­tés. Un vé­ri­table tra­vail de col­la­bo­ra­tion li­ba­noi­ta­lienne dé­bute à par­tir de sep­tembre 2014. Anne-Ma­rie Afeiche, conser­va­trice du mu­sée, s’en­toure d’une équipe de quatre per­sonnes, pour as­sis­ter les spé­cia­listes ita­liens dont l’ar­chéo­lo­gue­mu­séo­graphe An­to­nio Gian­na­rus­ti. Des ap­pels d’offre trans­pa­rents sont lan­cés pour le dal­lage, l’amé­na­ge­ment des cloi­sons, l’élec­tri­ci­té... Le bud­get de 1 020 000 eu­ros est di­rec­te­ment gé­ré par le bu­reau de la co­opé­ra­tion ita­lienne. Comme le sou­ligne Anne-Ma­rie Afeiche, l’idée était de «re­trou­ver l’es­prit du

LE 7 OC­TOBRE DER­NIER, LE MU­SÉE NA­TIO­NAL A RÉ­OU­VERT EN GRANDE POMPE SES GA­LE­RIES AU SOUS-SOL, FER­MÉES DE­PUIS PLUS DE QUA­RANTE ANS. AU COEUR DE CETTE EX­PO­SI­TION CONSA­CRÉE AUX RITES FU­NÉ­RAIRES DE­PUIS LA PRÉ­HIS­TOIRE, trente et un SARCOPHAGES ANTHROPOÏDES DE L’ÉPOQUE PHÉNICIENNE ENTRE AUTRES CONSTI­TUENT UN BRILLANT TÉ­MOI­GNAGE DU PAS­SÉ.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.