L’ar­chi­tec­ture «à la mé­moire de»

Déco Magazine - - ARCHI NEWS -

2014-2018: PLUS DE quatre ans de com­mé­mo­ra­tion de la Pre­mière Guerre mon­diale, en France. Et le champ lais­sé libre à une flo­rai­son de mo­nu­ments com­mé­mo­ra­tifs qui in­ves­tissent no­tam­ment l’En­fer du Nord, d’Ar­ras à Ver­dun. Mais le Mé­mo­rial d’au­jourd’hui bou­le­verse les codes de la com­mé­mo­ra­tion: loin d’être mo­nu­men­tal, il in­vite à l’émo­tion, joue la so­brié­té, convoque la lu­mière.

On ne ba­dine pas avec la mé­moire. Ni avec les édi­fices qui l’in­carnent. Voi­là même un ter­rain d’ex­pres­sion lar­ge­ment in­ves­ti par les architectes de­puis quelques an­nées: le mé­mo­rial, mo­nu­ment com­mé­mo­ra­tif, avec ou sans fonc­tion mu­séale. Certes, en France, pas un vil­lage sans son mo­nu­ment aux morts pour en­tre­te­nir les sou­ve­nirs des sa­cri­fices des deux guerres mon­diales. Et dans le nord du pays, on ne compte plus les mé­mo­riaux construits dès les an­nées 20, spec­ta­cu­laires édi­fices éri­gés sur la terre mar­ty­ri­sée par la Grande Guerre; des co­lonnes, des temples, des arches, comme à Thiep­val ou à Douau­mont. Pour rendre hom­mage à des mil­lions de morts (700 000 vic­times pour la seule ba­taille de Ver­dun). Mais quelque chose change. Le mé­mo­rial se fait dis­cret. Un mou­ve­ment qui s’ap­plique à tous les trau­ma­tismes, de toutes les époques: à Nantes, le mé­mo­rial de l’Abo­li­tion de l’es­cla­vage se cache sous les quais de la ville. À New York, le mé­mo­rial du 11 Sep­tembre tient en un double bas­sin, em­preinte au sol des deux tours dis­pa­rues. À Ber­lin, on cir­cule dans le mé­mo­rial aux Juifs as­sas­si­nés comme dans un la­by­rinthe de blocs de pierre à fleur de sol. Et en France? Cent ans tout juste après la Pre­mière Guerre mon­diale, les mo­nu­ments et centres com­mé­mo­ra­tifs se mettent à pous­ser aux quatre coins d’an­ciens champs de ba­taille meur­triers. Des pro­jets plus humbles que mo­nu­men­taux, qui pré­fèrent l’ho­ri­zon­ta­li­té à la ver­ti­ca­li­té os­ten­ta­toire, comme pour ne pas en­trer en concur­rence avec les os­suaires, les ci­me­tières mi­li­taires ou les cé­no­taphes dont ils sont les voi­sins. À peine inau­gu­rés (ou en passe de l’être) ils ont pour points com­muns d’unir dans un même geste ar­chi­tec­tu­ral les vain­cus et les vain­queurs, de faire du pay­sage dé­fi­gu­ré à ja­mais par les obus un pro­ta­go­niste à part en­tière du pro­jet, mais aus­si d’y faire en­trer la vie, le sens et le sym­bole. Tour d’ho­ri­zon avec quatre pro­jets em­blé­ma­tiques de cette pé­riode de com­mé­mo­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.