La ré­si­dence du pré­sident

Il y a des lieux my­thiques qui at­tisent notre cu­rio­si­té mais aus­si notre nos­tal­gie. Le pa­lais pré­si­den­tiel en fait par­tie, ses lo­ca­taires par­ti­cu­liers ayant, cha­cun À sa ma­nière, écrit l’His­toire. Re­tour en 1969 et aux der­niers mois du man­dat de Charles H

Déco Magazine - - GUIDE - Da­niéle He­noud

Il est im­por­tant

et même agréable de re­ve­nir sur cet hier char­gé de sou­ve­nirs et de se re­mé­mo­rer ce pas­sé riche en mé­moire et en pres­tige. Nous sommes à la fin des an­nées 60. Le dé­co­ra­teur Mi­chel Har­mouch se voit confier la mis­sion de pré­pa­rer le pa­lais pré­si­den­tiel et de le rendre (jo­li­ment) ha­bi­table et fonc­tion­nel. Plus qu’une mis­sion, c’est un grand dé­fi car il a à peine quelques mois pour le faire. Mais c’est sans comp­ter la té­na­ci­té et l’éner­gie d’un dé­co­ra­teur de re­nom qui prend les rênes de ce pro­jet ti­ta­nesque et le mène à son terme en un temps re­cord. Le chan­tier dé­marre par le grand bâ­ti­ment avant «d’at­ta­quer» l’aile ré­ser­vée aux hôtes. Du­rant les tra­vaux, le pré­sident Hé­lou et son épouse oc­cupent les quelques par­ties en­core en état et, pour la pe­tite his­toire, y re­çoivent leurs amis proches. Au cours des longues nuits que le couple pré­si­den­tiel passe à su­per­vi­ser le chan­tier, des in­vi­tés viennent dî­ner: Dé­si­ré Ket­ta­neh et son épouse Na­dia, Pierre et Ma­de­leine Hé­lou, les Dou­mit… Des noms qui res­pirent l’élé­gance na­tu­relle, et non celle que l’on em­prunte.

Mou­cha­ra­bieh, den­telle lo­cale

Au rez-de-chaus­sée, consti­tué d’im­menses pièces de ré­cep­tion aux co­lonnes en marbre noir et d’une salle à man­ger im­po­sante, les meubles avaient été choi­sis par l’an­ti­quaire Vic­tor Awad dans les an­nées 50, du­rant le man­dat de Bé­cha­ra el-Khou­ry: des pièces do­rées de style fran­çais et des ta­pis­se­ries. Mais le genre ne plai­sait pas à ma­dame Ni­na Hé­lou, avo­cate de re­nom et femme in­tel­li­gente. Elle pré­fé­rait la so­brié­té des meubles an­tiques et des mo­saïques.

Har­mouch, au flair avant-gar­diste, in­tro­duit des idées nou­velles qui res­tent ac­tuelles, comme les cou­leurs terre des tis­sus. Il re­couvre des pans de murs de pierre Ram­leh et d’autres de boi­se­rie, dis­pose des meubles da­mas­quins en mou­cha­ra­bieh, la den­telle lo­cale, ain­si que des ta­pis clas­siques sur les sols en marbre. Des ri­deaux en da­mas de co­ton For­tu­ny, im­pri­més à la main et im­por­tés de Ve­nise, ajoutent une touche raf­fi­née aux lieux. Les ma­jes­tueux lustres en cuivre et verre souf­flé, ain­si que les lan­ternes et les ap­pliques as­sor­ties, sont réa­li­sés par son bu­reau. Il a fal­lu l’in­ter­ven­tion de la

Garde ré­pu­bli­caine pour trans­por­ter et ins­tal­ler cha­cune de ces pièces de 500 tonnes au pla­fond de la salle à man­ger! Pour conser­ver le ca­rac­tère orien­tal du sa­lon arabe, Mi­chel Har­mouch et son équipe le res­taurent et ta­pissent le ca­na­pé-ban­quette de ve­lours, face aux meubles d’ap­pui en mou­cha­ra­bieh or­nés de nacre. Sur les pla­teaux en cuivre se­ront dis­po­sés des bi­be­lots en cé­ra­mique et des ver­re­ries, réa­li­sées spé­cia­le­ment à Mu­ra­no.

Ap­par­te­ments pri­vés

Di­rec­tion le pre­mier étage: au bout du long cou­loir si­len­cieux pous­sons la porte du grand sa­lon, celle de la chambre à cou­cher, puis du bu­reau per­son­nel du pré­sident. Il y a un cô­té in­time et mys­té­rieux dans cette «vi­site» vir­tuelle, qui re­pose sur des pho­tos d’ar­chives lé­gè­re­ment sé­pia. On ima­gine l’al­lure al­tière de Charles Hé­lou, sa pres­tance et son calme, et celle, dis­crète, de son épouse as­sise dans son bou­doir. Dans les ap­par­te­ments pri­vés, la ten­dance est clas­sique. À l’époque, on fai­sait «avec les moyens du bord», sans os­ten­ta­tion, et la no­tion de bud­get illi­mi­té n’était pas à l’ordre du jour. Les meubles Louis XV et Louis XVI sont re­vi­si­tés et re­le­vés par le pa­pier peint fon­cé qui ta­pisse l’un des murs de la chambre à cou­cher, dé­tail plu­tôt rare dans ces an­nées-là.

Quant à l’aile des in­vi­tés, ce bâ­ti­ment an­nexe au pa­lais qui ser­vait de ré­si­dence aux chefs d’État et aux di­plo­mates, elle a été en­tiè­re­ment dé­co­rée par Har­mouch qui a po­sé de beaux ri­deaux For­tu­ny de part et d’autre de voiles Ro­dia, ain­si que des sus­pen­sions de chez Sar­kis, le spé­cia­liste des lu­mi­naires an­nées 50. Les murs en pierre jaune et blanche, avec leurs touches de pa­pier peint aux mo­tifs ja­po­ni­sants et les lan­ternes co­lo­rées, ac­com­pagnent des tables en marbre mar­que­tées et les boi­se­ries.

Les vi­si­teurs pri­vi­lé­giés se sou­viennent d’un bel en­droit qui au­rait mé­ri­té d’ou­vrir ses portes á un plus grand nombre, afin de faire dé­cou­vrir la beau­té du pa­lais pré­si­den­tiel, comme il est de cou­tume dans cer­tains pays. Ils re­pensent à l’al­lure ma­jes­tueuse de cet es­pace em­blé­ma­tique avec nos­tal­gie et, cer­tai­ne­ment, une pointe de re­gret.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.