MARCHE À PIED

Femme Magazine - - ÉDITO - Gha­da Ba­ra­ghid

Pour le pié­ton en puis­sance qui som­meille au fond de chaque conduc­teur écoeu­ré par le tra­fic et le la­men­table état des routes, il est temps, avec le re­tour du prin­temps, de se ré­veiller, de se bou­ger, de prendre d’as­saut les trot­toirs de la ville. C’est bon pour la san­té (mal­gré la pol­lu­tion!), bon pour le mo­ral et aus­si pour l’hu­meur. Mais…

Mais faire de la marche à pied dans la ma­jo­ri­té des quar­tiers de Bey­routh est plus que jamais une entreprise ha­sar­deuse ja­lon­née d’écueils de toutes sortes, il faut être aven­tu­rier dans l’âme ou en­core acro­bate de mé­tier pour réus­sir à contour­ner les restes mal dé­blayés d’un vieux chantier, ou se fau­fi­ler entre les voi­tures al­lè­gre­ment ga­rées sur le trot­toir, ou en­core évi­ter de tré­bu­cher sur un tron­çon de dal­lage abî­mé… sans ou­blier d’es­qui­ver les dé­po­toirs dé­bor­dants, puants et en­va­his­sants ins­tal­lés à chaque coin de rue. Que du bon­heur!

Ajou­tez à ces plai­sirs dé­mo­dés, la pos­si­bi­li­té de tom­ber nez à nez (c’est le cas de le dire) avec une en­fi­lade de dé­jec­tions ca­nines fraîches ou des­sé­chées sur­vo­lées par de grosses mouches col­lantes! Veiller sur­tout à res­ter vi­gi­lant sans re­lâ­cher l’attention pour ne pas plon­ger lit­té­ra­le­ment dans la m…! Dé­goû­tant, in­fer­nal, in­to­lé­rable!

Que fait donc la mu­ni­ci­pa­li­té qui avait pro­mis de trans­for­mer Bey­routh en pa­ra­dis? Et vous, maîtres ci­vi­li­sés (?) de nos amies les bêtes do­mes­tiques, si vous êtes dé­pour­vus de sens ci­vique et de po­li­tesse, ayez au moins un mi­ni­mum de sa­voir­vivre et, de grâce, RA­MAS­SEZ les crottes de vos chiens.

Co­or­di­na­trice, Char­gée des ru­briques Beau­té | Cui­sine

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.