LES MÉ­TIERS DE LA MODE

UNE PA­NO­PLIE DE FOR­MA­TIONS AU LI­BAN

Femme Magazine - - FASHION - Ma­rianne Sa­ra­dar Ba­ra­kat

L’IN­DUS­TRIE DE LA MODE A DE PLUS EN PLUS D’EXI­GENCES QUI RE­QUIÈRENT UN VÉ­RI­TABLE IN­VES­TIS­SE­MENT PER­SON­NEL, DE LA CRÉA­TI­VI­TÉ, UN GRAND SENS DE L’ANA­LYSE ET UNE PARFAITE CONNAIS­SANCE DES MAR­CHÉS. DANS LA FA­SHION PLA­NET, LE PRO­FES­SION­NA­LISME EST DE MISE. LES ÉCOLES DE MODE SONT LÉ­GION UN PEU PAR­TOUT DANS LE MONDE. LE PAYS DU CÈDRE N’EST PAS EN RESTE OÙ DI­VERSES ÉCOLES PRO­POSENT DES FOR­MA­TIONS DE QUA­LI­TÉ DANS CE DO­MAINE.

AL­BA ÉCOLE DE MODE

Pour fon­der son École de Mode, l’Al­ba a choi­si de s’as­so­cier à La Cam­breMode(s), la pres­ti­gieuse sec­tion Sty­lisme et Créa­tion de Mode de l’École Na­tio­nale Su­pé­rieure des Arts Vi­suels - ENSAV. «…La pé­da­go­gie de La Cambre-Mode(s) est dif­fé­rente de celle des autres écoles de mode, elle dé­ve­loppe chez les étu­diants une grande part de créa­ti­vi­té, ac­com­pa­gnée par un ba­gage tech­nique im­por­tant, lui aus­si créa­tif. L’école gé­nère des sty­listes dé­ter­mi­nés à por­ter leur vi­sion plu­tôt que les at­tentes pré­di­gé­rées du mar­ché…» (Ex­traits de «La Cambre, une fa­brique de ta­lents» d’Éli­sa­beth Clauss / le Fi­ga­ro Ma­dame, 2013)

Ra­bih Kayrouz, par­rain de l’École de Mode de l’Al­ba, a par­ti­ci­pé ac­ti­ve­ment à l’éla­bo­ra­tion de son cur­sus. Outre sa pré­sence aux ju­rys d’exa­mens, il as­sure ré­gu­liè­re­ment des sé­mi­naires à l’École et ouvre la Mai­son Ra­bih Kayrouz aux étu­diants pour des stages et for­ma­tions di­verses.

La Li­cence en Sty­lisme et Créa­tion de Mode est une for­ma­tion ar­ti­cu­lée au­tour de ces deux axes. Le sty­lisme se fond

dans une stra­té­gie de marque sous tous ses as­pects: pro­duit, com­mu­ni­ca­tion, dis­tri­bu­tion, re­cherche, etc. La créa­tion de mode sup­pose une écri­ture plus per­son­nelle et in­no­vante. Les deux dis­ci­plines ont en com­mun la mise en exergue du corps à tra­vers l’uti­li­sa­tion de vo­lumes, d’images, de cou­leurs et de ma­tières. L’étu­diant est ame­né à tra­vailler sur des énon­cés concrets, à se consti­tuer un vo­ca­bu­laire tech­nique en coupe, cou­ture, ma­ni­pu­la­tion et en­no­blis­se­ment des tex­tiles, des­sin de sil­houettes, gra­phisme, et à dé­ve­lop­per au fil des pro­jets une écri­ture tou­jours plus per­son­nelle. Il ac­quiert la no­tion de col­lec­tion et ef­fec­tue deux stages ex­ternes dans une mai­son de cou­ture ou chez un créa­teur.

ESMOD BEY­ROUTH…

Née en 1999, Esmod Bey­routh fait par­tie du ré­seau in­ter­na­tio­nal d’Esmod pré­sent dans 16 pays. Elle s’est im­po­sée en ré­fé­rence créa­tive dans tout le MoyenO­rient et le bas­sin mé­di­ter­ra­néen. L’école forme prin­ci­pa­le­ment aux mé­tiers de sty­liste et de mo­dé­liste, de l’ate­lier aux struc­tures in­dus­trielles de pointe. Les for­ma­tions longues se dé­roulent sur un cycle de 3 an­nées ré­par­ties sur 6 se­mestres. Cours théo­riques et ate­liers in­ten­sifs, stages pro­fes­sion­nels, fa­cul­ta­tifs et obli­ga­toires in­dis­pen­sables à l’in­té­gra­tion sur le mar­ché du tra­vail. Pour clô­tu­rer le cur­sus, les étu­diants pré­sentent leur col­lec­tion per­son­nelle de­vant un ju­ry de pro­fes­sion­nels is­sus du sec­teur tex­tile / ha­bille­ment / dis­tri­bu­tion, qui dé­ter­mine l’ob­ten­tion du di­plôme Esmod. Éga­le­ment au pro­gramme: des for­ma­tions ac­cé­lé­rées va­li­dées par un cer­ti­fi­cat de for­ma­tion Esmod, des cours d’été de sty­lisme du­rant tout le mois de juillet, sans ou­blier les cours du soir, les ate­liers/work­shops, ap­proche ex­pé­rien­tielle de «l’en­tre­pre­neur­ship» de la mode et le jour­na­lisme de mode.

CAMM FA­SHION ACA­DE­MY

Elle a été fon­dée en 1989 par Da­vid Abi Kha­lil, l’un des plus fa­meux créa­teurs de la mode au Moyen-Orient, dont le but était de trans­mettre ses concepts et sa­voir-faire à d’autres gé­né­ra­tions. De­puis, le fon­da­teur a pour­sui­vi sa col­la­bo­ra­tion avec des icônes de la mode tels que Lo­ris Az­za­ro et Pa­co Ra­banne. La mis­sion de l’Aca­dé­mie? Pro­di­guer un cur­sus per­met­tant aux étu­diants de li­bé­rer leur créa­ti­vi­té, tout en les ini­tiant à toutes les fa­cettes de la mode. La plu­part de ses di­plô­més ayant créé leur propre en­tre­prise, ils sont dé­sor­mais bien connus: Ba­sil So­da, El­la Zeh­lan, Zuhair Murad et Mi­reille Da­gher. Le di­plôme est re­con­nu par l’État Li­ba­nais. Pour in­té­grer la CAMM, il suf­fit d’avoir le bac deuxième par­tie ou le bac tech­nique 3. Les étu­diants ob­tiennent un di­plôme de tech­ni­cien su­pé­rieur (T5) ou un di­plôme spé­cial tou­jours cer­ti­fié par l’État Li­ba­nais. Les cours sont as­su­rés en anglais, fran­çais et arabe.

CREATIVE SPACE BEIRUT

Il s’agit d’une école de mode gra­tuite as­su­rant une for­ma­tion de qua­li­té à des per­sonnes n’ayant pas les moyens fi­nan­ciers né­ces­saires pour s’ins­crire dans des ins­ti­tuts d’études su­pé­rieures. La Creative Space Beirut a été fon­dée en juin 2011 par Sa­rah Her­mez, di­plô­mée de la Par­sons School, et par son pro­fes­seur Ca­ro­line Si­mo­nel­li. Ici, les étu­diants is­sus de tous les mi­lieux, viennent de di­verses ré­gions li­ba­naises, des camps pa­les­ti­niens, de Saï­da, Tri­po­li, du Chouf ou de Bourj Ham­moud. Ce sont des per­sonnes mo­ti­vées, pos­sé­dant du ta­lent et une ap­ti­tude à la créa­ti­vi­té et au sty­lisme. L’école leur offre une op­por­tu­ni­té unique pour ap­prendre la mode aus­si bien que le de­si­gn in­dus­triel. Le pro­gramme s’étend sur trois an­nées. Les étu­diants sont in­vi­tés à créer des vê­te­ments qui sont ex­po­sés et ven­dus à la fin de chaque an­née. 100% des pro­fits gé­né­rés sont ré­in­ves­tis dans l’école. Le cur­sus de l’éta­blis­se­ment pro­digue les tech­niques es­sen­tielles au pro­ces­sus créa­tif et à ses mé­thodes en­cou­ra­geant de la sorte une com­pré­hen­sion ho­lis­tique du de­si­gn. En plus de ce pro­gramme, l’ins­ti­tut aide ses étu­diants à trou­ver du tra­vail.

Sa­rah Her­mez est une de­si­gner de mode li­ba­naise qui a gran­di au Ko­weït. Elle a pour­sui­vi ses études si­mul­ta­né­ment à la Par­sons the New School for De­si­gn ( fa­shion de­si­gn) et à Eu­gene Lang Col­lege The New School for Li­be­ral Arts à New York ( mé­dia et cul­ture). C’est en 2010 qu’elle rentre au ber­cail et fonde cette école de mode, joi­gnant les deux uni­vers qui la pas­sionnent: le so­cial et la créa­tion in­dus­trielle. LAU. Pro­fes­seur et men­tor, Ca­ro­line Si­mo­nel­li est une de­si­gner li­ba­no-américaine qui en­seigne le de­si­gn de mode à la Par­sons the New School for De­si­gn à New York. Ca­ro­line a sa propre ligne, sa col­lec­tion cou­ture et celle pour grandes tailles ven­dues à Bloo­ming­dale’s chez Saks à la Fifth Ave­nue. Elle ef­fec­tue des al­lers­re­tours entre New York et Bey­routh.

LAU FA­SHION PRO­GRAM

En 2013, un pres­ti­gieux pro­gramme de sty­lisme a été lan­cé à la Le­ba­nese Ame­ri­can Uni­ver­si­ty (LAU) en col­la­bo­ra­tion avec Le Lon­don Col­lege of Fa­shion (LCF) et Elie Saab, afin de dé­ve­lop­per un pro­gramme de sty­lisme

dans la ré­gion, se­lon les plus hauts critères in­ter­na­tio­naux. C’est la pre­mière col­la­bo­ra­tion ma­jeure dans le do­maine de la créa­tion de mode entre une Mai­son de re­nom­mée in­ter­na­tio­nale, une grande uni­ver­si­té américaine au Moyen-Orient et une école de mode re­con­nue. «Je suis ra­vi de cet ac­cord, une nou­velle étape ma­jeure afin de créer un es­pace qui cen­tra­lise les ta­lents créa­tifs de la ré­gion», a dé­cla­ré Elie Saab, pré­sident d’hon­neur de ce pro­jet. Avec ce Di­plôme des Arts de la Créa­tion de Mode, le pro­gramme de sty­lisme qui a été conçu est em­preint d’une cul­ture arabe et in­ter­na­tio­nale. Le Lon­don Col­lege of Fa­shion, qui a une re­nom­mée in­ter­na­tio­nale dans l’ap­pren­tis­sage de la mode, sa re­cherche et son ex­per­tise, su­per­vise la mise en oeuvre de ce cur­sus en ap­por­tant à la LAU un gage de qua­li­té.

BA EN FA­SHION DE­SI­GN Le mar­ché li­ba­nais a be­soin de créa­teurs com­pé­tents ca­pables de conju­guer leurs idées et leur ima­gi­na­tion pour créer des vê­te­ments ins­pi­rés des ten­dances. Grâce à l’af­fi­lia­tion et l’ac­cord pas­sé entre l’AUST et l’école de mode de Mi­lan, Po­li­tec­ni­co di Mi­la­no, le pro­gramme de ce cur­sus uni­ver­si­taire per­met à de jeunes ta­lents de se frayer une place dans l’uni­vers de la mode, en leur don­nant une double op­por­tu­ni­té com­bi­nant les der­niers concepts du de­si­gn et les tech­no­lo­gies de pointe en la ma­tière. Un par­cours qui leur ouvre des ho­ri­zons et une pos­si­bi­li­té de pour­suivre d’autres for­ma­tions dans ce do­maine au Li­ban. Un dé­ten­teur d’un BA en Fa­shion De­si­gn de l’AUST se­ra en me­sure d’ex­pri­mer son sens créa­tif en ré­pon­dant aux be­soins du mar­ché. Les étu­diants pour­ront com­men­cer leur for­ma­tion à l’AUST au Li­ban et la pour­suivre en Ita­lie pour ob­te­nir leur di­plôme au Li­ban ou en Ita­lie se­lon leur choix. 105 cré­dits sont re­quis pour l’ob­ten­tion du BA en Fa­shion De­si­gn à l’AUST.

BA EN FA­SHION DE­SI­GN La mis­sion du BA en de­si­gn de mode de la NDU consiste à as­su­rer une for­ma­tion de qua­li­té su­pé­rieure aux étu­diants pour leur per­mettre de dé­ve­lop­per leur sens cri­tique tout aus­si bien que créa­tif à tra­vers le des­sin de mode, les tech­niques de coupe, les concepts et la réa­li­sa­tion, ain­si que le mar­ke­ting et la dis­tri­bu­tion. Des ate­liers sont or­ga­ni­sés axés sur l’ap­pli­ca­tion des ac­quis en sty­lisme, modélisme, de­si­gn tex­tile et mise en si­tua­tion réelle. La for­ma­tion glo­bale et com­plète pro­po­sée aux étu­diants ins­crits à ce cur­sus a pour ob­jec­tifs de: dé­ve­lop­per leurs ta­lents en com­mu­ni­ca­tion vi­suelle (illus­tra­tions et des­sins) dé­ve­lop­per leurs concepts créa­tifs ac­qué­rir des connais­sances en fa­shion de­si­gn au double plan his­to­rique et cultu­rel et in­ter­pré­ter l’ac­tua­li­té cultu­relle, po­li­tique et so­ciale à tra­vers la mode sa­voir adap­ter le concept de de­si­gn aux sil­houettes, cou­leurs, tis­sus, styles et dé­tails conce­voir des plans de mar­ke­ting ap­pro­priés gui­dés par les re­cherches ef­fec­tuées et les ten­dances du mar­ché.

Du­rant la pre­mière an­née, les can­di­dats de­vront com­plé­ter un cours d’anglais avan­cé et, pour l’ob­ten­tion du di­plôme, l’étu­diant doit avoir com­plé­té avec suc­cès 102 cré­dits.

AL­BA.

ESMOD.

CAMM FA­SHION ACA­DE­MY.

CREATIVE SPACE BEIRUT.

NDU.

AUST.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.