1ère ÉDI­TION DE BEIRUT DESIGN FAIR UNE FOIRE QUI RÊVE GRAND

PARALLÈLEMENT À LA BEIRUT ART FAIR, S’EST TE­NUE LA 1ère ÉDI­TION DE BEIRUT DESIGN FAIR. UNE PRE­MIÈRE ÉDI­TION 100% LI­BA­NAISE, COMME L’EX­PLIQUE LE FONDATEUR DE BDF, GUILLAUME TASLÉ D’HÉLIAND.

Femme Magazine - - DESIGN - N. R.

Le Li­ban est un cas unique dans la ré­gion. Bey­routh est au­jourd’hui un vé­ri­table hub du design, ex­plique Guillaume Taslé d’Héliand. Preuve en est: dans l’es­pace du Biel, sont pré­sents plus d’une cen­taine d’ex­po­sants, créa­teurs li­ba­nais éta­blis ou jeunes ta­lents émer­gents, qui sont pas­sés au préa­lable par un co­mi­té de sé­lec­tion «qua­li­ta­tive», comme le pré­cisent les fon­da­teurs de la Foire, sa­luant le cou­rage et la foi de ces ex­po­sants qui ont pris le risque - l’ins­tal­la­tion d’un stand ayant un coût - de se lan­cer dans cette pre­mière édi­tion. Et Guillaume Taslé d’Héliand d’es­pé­rer que d’ici deux à trois ans, la Beirut Design Fair, à l’image de la Beirut Art Fair, s’ins­tal­le­ra comme un ren­dez­vous in­con­tour­nable sur la scène in­ter­na­tio­nale. La Beirut Design Fair a une vo­ca­tion in­ter­na­tio­nale, contrai­re­ment à la Beirut Design Week, dé­diée au pu­blic lo­cal.

Meubles, lu­mi­naires, ac­ces­soires d’in­té­rieur ef­feuillés dans les dé­tails, jus­qu’aux poi­gnées de portes, bi­nôme, stu­dio ou in­dé­pen­dants, mé­lange entre nou­velles tech­no­lo­gies et le fait-main tra­di­tion­nel, du concept à la réa­li­sa­tion à la col­la­bo­ra­tion entre de­si­gners et ar­ti­sans, du mo­derne et du contem­po­rain; la pro­me­nade se fait ar­rêts mul­tiples pour une quête plus ap­pro­fon­die au­tour des «hot spots», soit donc les jeunes ta­lents émer­gents en­core in­con­nus et aux­quels la Beirut Design Fair offre la pla­te­forme idéale pour se faire connaître. Vé­ri­table ca­bi­net de cu­rio­si­tés, les jeunes de­si­gners, en­core loin des «grandes créa­tions», pré­sentent cha­cun un ou deux ob­jets. Et c’est un coup de coeur pour le col­lec­tif Albi («coeur») et leurs ca­rafes tra­di­tion­nelles, plus jus­te­ment in­ti­tu­lées «breek», re­mo­de­lées au goût du jour, ma­riant verre et pierre, ou bien dans le pro­lon­ge­ment des tra­di­tions re­vam­pées, voi­là le «stouff» si­gné MAD. De dé­cou­verte en ex­plo­ra­tion, dans le mou­ve­ment de l’art contem­po­rain ur­bain, l’en­tre­prise D-tab lance sa 2ème col­lec­tion, «Slang», qui dé­cline dif­fé­rents usages des «ska­te­boards» à l’in­té­rieur: tables, éta­gères, pla­teaux… Et comment ne pas être in­tri­gué, pa­lais et pa­pilles di­la­tés, par le bou­quet de thym, notre tra­di­tion­nel «zaa­tar», pré­sen­té par Fa­dy Aziz au coeur de «The Good Thymes». Ou en­core par Ma­dar que Dar On­boz lance pour la pre­mière fois.

Pas de thé­ma­tique pour cette 1ère édi­tion de BDF, et il n’y en au­ra pro­ba­ble­ment pas pour les pro­chaines édi­tions, comme le laisse en­tendre sa co­fon­da­trice Ha­la Moubarak, afin de lais­ser toute la li­ber­té aux de­si­gners li­ba­nais, de créer, de s’ex­pri­mer, de nouer des col­la­bo­ra­tions, des ponts entre toutes les branches de cette in­dus­trie au suc­cès ga­lo­pant, au Li­ban et ailleurs dans le monde. Au mo­ment où le monde va si mal, nous plon­geant dans l’ère d’un «hé­do­nisme pri­vé», l’amé­na­ge­ment d’un «chez-soi» est de­ve­nu une prio­ri­té pour plus d’un. «La mai­son est notre coin du monde», écri­vait Gas­ton Ba­che­lard.

STU­DIO A.

BOISSELIER DU RIF.

D-TAB.

ALBI.

KARINA SUKAR INTERIOR AR­CHI­TEC­TURE & DESIGN.

MAD.

STARCH.

HA­LA MOUBARAK ET GUILLAUME TASLÉ D’HÉLIAND.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.